Ménopause et sexualité: une action hormonale locale contre la sécheresse vaginale

Dernière mise à jour 26/01/16 | Article
Ménopause et sexualité: une action hormonale locale contre la sécheresse vaginale
Les résultats à paraître d’une étude américaine menée sur 500 femmes ménopausées plaident en faveur de l’usage intravaginal de la «DHEA» pour réduire l'inconfort lors de rapports sexuels. Explications.

La ménopause correspond à de nombreux bouleversements biologiques et psychologiques, et constitue ainsi bel et bien une nouvelle étape de la vie des femmes. Pour faire face aux profondes modifications hormonales qui la caractérisent (et les risques médicaux qui lui sont associés), différentes méthodes hormonales de «substitution» ont vu le jour ces dernières années et alimenté bien des controverses. Ces méthodes visaient aussi à prévenir ou à lutter contre différents symptômes post-ménopause qui peuvent notablement compliquer la vie sexuelle féminine. Il s’agit notamment de sécheresse vaginale plus ou moins compliquée, d’atrophie vulvo-vaginale ou encore de dyspareunie (rapports sexuels douloureux). Ce que certains spécialistes américains appellent désormais le «syndrome génito-urinaire».

Dans quelques semaines, le journal Menopause de la North American Menopause Society (NAMS) publiera les résultats de nouvelles recherches médicales qui pourraient rapidement connaître une traduction thérapeutique.1 Ces recherches prolongent un travail mené par une équipe de l’Université Laval (Québec) et publié dans le même journal en 2009.2 L’objectif? Définir quel usage pourrait être fait du sulfate de déhydroépiandrostérone, substance mieux connue sous le nom de DHEA. On désigne ainsiune molécule synthétisée par l’organisme, longtemps tenue pour avoir des propriétés antivieillissement. Son efficacité dans ce domaine soulève toutefois bien des interrogations et alimente de nombreuses controverses.

En 2000, une étude largement médiatisée dénommée «DHEAge» avait conclu à une amélioration relative de la densité osseuse et des propriétés mécaniques de la peau chez des femmes âgées de 70 ans ou plus. Une amélioration relative de la libido avait été également constatée. Effet placebo ou pas? Ces données n’ont jamais été clairement confirmées et les incertitudes demeurent.

Cette molécule pourrait-elle être utilisée dans la prise en charge des troubles uro-vulvo-vaginaux souvent observés après la ménopause? Des troubles qui, pour diverses raisons, ne sont pas toujours évoqués auprès des médecins généralistes ou gynécologues. De plus, ils sont encore mal compris et insuffisamment pris en charge. Une situation d’autant plus regrettable qu’ils peuvent avoir des conséquences négatives sur l’équilibre psychologique, la vie sexuelle, l’autonomie et la qualité de vie.

Muqueuse vaginale modifiée

Les nouveaux résultats à paraître dans Menopause sont issus d’une étude originale, dite de phase III et menée en double aveugle chez 492 femmes ménopausées. Parmi elles, 325 ont testé (quotidiennement durant douze semaines) l’efficacité d’ovules intravaginaux dosés à 0,5% de DHEA, soit 6,5 mg/ovule. Les autres participantes utilisaient un placebo. Les auteurs expliquent que les femmes du premier groupe présentaient, par rapport à celles du groupe placebo, des améliorations significatives au terme des douze semaines. Ces améliorations concernaient les douleurs pouvant être ressenties durant une relation sexuelle. Mais elles portaient également sur la structure de la muqueuse vaginale (augmentation du nombre des cellules superficielles) ainsi que sur la sensation de «sécheresse vaginale» et la production de sécrétions vaginales augmentée. De manière objective, le «pH vaginal» semblait rééquilibré, gagnant en acidité.

Pour les auteurs de ce travail, il s’agit là d’effets locaux d’une application hormonale locale. La DHEA se transformerait en œstrogènes dans certaines cellules de la muqueuse vaginale (les cellules parabasales), réactivant alors le processus de maturation qui les transforme en cellules superficielles. Responsable de la North American Menopause Society, la Dresse JoAnn V. Pinkerton souligne que l’action hormonale est ici cantonnée à la sphère vaginale, ne se diffusant pas au-delà via la circulation sanguine et n’exposant pas de ce fait les femmes aux risques inhérents à l’administration générale d’hormones –notamment celles chez qui la prise d’œstrogène est contre-indiquée.

Les auteurs font aussi valoir qu’à la différence des hydratants et lubrifiants non hormonaux (qui peuvent temporairement fournir des solutions palliatives pratiques), cette méthode permet de corriger de manière physiologique, et donc durable, les causes du phénomène à l’origine des symptômes. Les promoteurs américains de ce travail ne cachent pas, désormais, leur souhait que cette nouvelle présentation intravaginale de DHEA soit prochainement autorisée à la commercialisation.

_________

1. Un résumé (en anglais) de l’étude à paraître (en mars 2016) dans la revue américaine spécialisée Menopause est disponible ici: «DHEA improves vaginal discomfort after menopause».

2. Un résumé (en anglais) de cette publication est disponible ici: «Intravaginal dehydroepiandrosterone (Prasterone), a physiological and highly efficient treatment of vaginal atrophy»

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Pilule contraceptive
Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Il suscite de nombreuses questions, craintes et fantasmes auprès des adolescentes. Le premier rendez-vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le temps de la ménopause

Le temps de la ménopause

Accompagnée de symptômes parfois gênants, la fin de la période fertile chez la femme se vit entre sentiment de perte ou de libération.
Ménopause: surtout ne pas arrêter de marcher

Ménopause: surtout ne pas arrêter de marcher

Une étude américaine montre que la marche (6000 pas quotidiens, sans contraintes particulières) est une excellente manière pour les femmes ménopausées de prévenir les risques qui les guettent du fait de ce bouleversement hormonal.
Jupe écossaise

Dimensions culturelle et biologique de la santé sexuelle

La santé sexuelle a une dimension biologique, mais elle est aussi culturelle, et influence la santé des femmes.
Videos sur le meme sujet

La ménopause : une nouvelle étape de la vie

En un siècle, l'espérance de vie d'une femme est passée de 50 à 84 ans. C'est pourquoi la femme doit désormais vivre post ménopausée plus de 30 ans. Comment appréhender ce changement bouleversant ?
Maladies sur le meme sujet
Examen de la thyroïde

Hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie est la conséquence d’une production excessive d’hormones par la glande thyroïde.

Cou

Hypothyroïdie

L’hypothyroïdie est la conséquence d’une trop faible production d’hormones par la glande thyroïde.