Le cauchemar des jambes sans repos

Dernière mise à jour 21/10/19 | Article
PULS_cauchemar_jambes_repos
Ce syndrome concerne 7 à 10% de la population, en particulier des femmes.

«C’est extrêmement difficile à vivre, confie Marina, 48 ans, atteinte du syndrome des jambes sans repos (SJSR) depuis l’adolescence. Il y a une forme d’impuissance, car on ne peut pas vraiment lutter contre, ni l’anticiper.» Ce trouble d’origine neurologique se traduit par un besoin irrépressible de bouger les jambes, le soir, une fois assis ou couché, lorsque la personne se détend. Ceux qui en sont atteints décrivent des sensations désagréables (dysesthésies) qui ne peuvent être calmées qu’en changeant de position ou en marchant.

Alors que le SJSR survient à l’éveil, un autre syndrome y est fréquemment associé: les mouvements périodiques des jambes au cours du sommeil (MPJS), répétés et incontrôlés, entraînant bien souvent des microréveils qui perturbent le sommeil. «Environ 80 % des patients qui souffrent de SJSR ont des MPJS », explique le Dr Stephen Perrig, neurologue au Centre de médecine du sommeil des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Dans leurs formes les plus graves, ces syndromes affectent la vie quotidienne, que ce soit le jour (somnolence, problèmes de concentration, fatigue extrême) ou la nuit (difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, sommeil non réparateur). «On a également observé une accélération de la fréquence cardiaque lors des MPJS, poursuit le spécialiste. Tout laisse à penser qu’il y a une relation entre le syndrome des jambes sans repos et l’hypertension.»

De la méditation aux opiacés

Pour soulager ces sensations désagréables, chacun y va de sa propre astuce: gymnastique avant de se coucher, douche froide, méditation de pleine conscience, phytothérapie ou encore alimentation. Mais dans les formes les plus graves, un traitement médicamenteux est nécessaire.

«Le médecin généraliste a toutes les clés pour détecter un SJSR, explique le Dr Perrig. Souvent, la porte d’entrée est une insomnie persistante et handicapante.» Après un diagnostic clinique, on recherche les facteurs favorisants: carence en fer, médicaments (antidépresseurs, neuroleptiques), etc. Le diagnostic peut être confirmé par une polysomnographie (enregistrement de différentes données durant le sommeil), comme cela est proposé au Centre de médecine du sommeil.

_______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Sommeil
endormissement_etranges_sensations

Endormissement: quand d’étranges sensations surviennent

Chez certaines personnes, l’endormissement est tout sauf un moment relaxant. Sensation de chute, hallucinations...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Apnée du sommeil
apnee_air_vient_manquer

Apnée obstructive du sommeil: quand l’air vient à manquer

De longues pauses respiratoires nocturnes, presque imperceptibles mais générant une grande fatigue, peuvent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Illustre_sommeil_biphasique_invention

Sommeil biphasique : dormir en un bloc de huit heures, une invention récente

Le sommeil de nos ancêtres était structuré en deux périodes. Les insomnies nocturnes en seraient un vestige et non un trouble. Mais alors, dormir d’une traite est-il bon pour la santé?
Illustré_bien_dormir

Bien dormir en 6 leçons

Difficile de s’endormir? Difficile de faire une nuit d’une traite? Voici quelques conseils.
Illustré_dents_grincent

Quand les dents grincent pendant la nuit…

Si vous avez déjà dormi à côté d’une personne concernée par le bruxisme, vous savez à quel point ce trouble peut être inconfortable. Mais s’il l’est pour vos oreilles, il l’est aussi pour la personne touchée.
Videos sur le meme sujet

Vous avez bien dormi ?

Une récente étude menée par le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) explique pourquoi nous avons une perception souvent biaisée de la qualité de notre sommeil.

Bien dormir pour de bons yeux

Une personne sur 4 souffre de myopie.

Les fumeurs ne dorment que dʹun œil

Les fumeurs ont un sommeil profond, un sommeil réparateur, moins important que les non-fumeurs.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.