Vivre avec les douleurs rebelles

Dernière mise à jour 27/11/18 | Questions/Réponses
PULS_vivre_douleurs_rebelles
Quatre questions à la Dre Valérie Piguet, responsable du Centre multidisciplinaire pour l’évaluation et le traitement de la douleur aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

                 

Comment soulager les douleurs rebelles?

Dre Valérie Piguet Par une prise en charge globale et personnalisée qui combine plusieurs approches: médicamenteuse et interventionnelle (infiltration, neurostimulation), voire chirurgicale, physique (physiothérapie, ergothérapie) et psychologique (TCC par exemple).

Quel est le rôle des médicaments?

La médication est l’une des pierres angulaires de la prise en charge, mais ne suffit pas à elle seule. Souvent, les antalgiques classiques (paracétamol, anti-inflammatoires, opiacés) sont peu efficaces. Les traitements qui agissent sur la sensibilisation centrale sont plus indiqués: antidépresseurs, antiépileptiques, etc.

Quelle est la place des approches plus alternatives?

Pour fermer la porte à la douleur, on peut aussi recourir à l’hypnose, l’acupuncture, la sophrologie, la méditation, le yoga, etc. L’idée est que le patient constitue sa propre palette de peinture, avec différentes couleurs en fonction de ses douleurs, son expérience et sa personnalité.

Peut-on en venir à bout?

Oui, à condition de se fixer des buts réalistes. On vise en première ligne une amélioration de la qualité de vie, souvent en acceptant de vivre avec une sensation résiduelle. Instaurer du plaisir dans sa vie envoie au cerveau d’autres informations que celle de la douleur. On arrive probablement ainsi à moduler les voies de la douleur, à atténuer la perception et à la rendre plus gérable.

Osez bouger!

Lorsqu’on a mal, le premier réflexe est souvent de rester tranquille. Pourtant, dans le cas des douleurs chroniques, il existe des exercices de physiothérapie adaptés. «Grâce à des mouvements réguliers, nous encourageons les patients à repousser leurs limites, sans toutefois aller dans la zone rouge», explique Jean-Paul Gallice, physiothérapeute spécialiste de l’appareil locomoteur. Si les douleurs ne disparaissent pas forcément, travailler le mouvement permet de gagner en mobilité et donc d’être capable de faire plus d’activités. Un gros bénéfice en termes de qualité de vie. «L’essentiel de cette approche, c’est que le patient ait du plaisir à bouger. Il est donc important de trouver une activité physique qu’il aime pratiquer.»

________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Santé du couple
liberer_pervers_narcissique

Se libérer d’un pervers narcissique

S’il ne correspond à aucune entité nosographique officielle, le pervers narcissique inflige néanmoins...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
GEN20_Amadouer_douleur

Amadouer la douleur en douceur

Hypnose, méditation de pleine conscience, mais aussi taï-chi ou yoga, aident à moins ressentir les sensations désagréables et sont complémentaires à une approche médicamenteuse.
anne_francoise_allaz_002

«Quand quelqu’un tombe malade, c’est souvent à un moment très particulier»

La Pre Anne-Françoise Allaz, ancienne cheffe du Département de médecine interne générale, de réhabilitation et de gériatrie des Hôpitaux universitaires et de la Faculté de médecine de Genève, a mené de nombreuses recherches dans le domaine de la douleur chronique et des aspects psychosociaux des maladies chroniques. Elle continue de se passionner pour ces thématiques, notamment dans son prochain livre*. Rencontre.
PS38B_Acupuncture_douleurs_chroniques

L’acupuncture au secours des douleurs chroniques

Quand il s’agit de traiter les douleurs chroniques, on pense aussitôt aux médicaments. Or l’acupuncture, thérapie issue de la médecine traditionnelle chinoise, est dans certains cas tout aussi efficace pour réduire la douleur. Plusieurs comités d’experts recommandent de l’inclure dans le traitement de certaines affections douloureuses dès le début de la prise en charge.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur la proctalgie fugace

Bastien Confino évoque une pathologie un peu particulière et méconnue bien que touchant 3% de la population: la proctalgie fugace.

Zoom sur ces antidouleurs qui tuent

Le chanteur américain Tom Petty est décédé en octobre 2017 d’une crise cardiaque provoquée par une overdose de médicaments contre la douleur.

Gros plan sur les douleurs post-opératoires

Huma Khamis s'intéresse à la douleur post-opératoire avec une question: "la chirurgie doit-elle toujours faire mal?"
Maladies sur le meme sujet
syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

Syndrome douloureux régional complexe

Le SDRC est un état douloureux qui survient le plus souvent après un traumatisme (fracture) ou une opération d’un membre. Il peut aussi survenir à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

Lymphœdème

Lymphœdème

Le lymphoedème est un gonflement, le plus souvent du bras ou de la jambe. qui apparaît d’une manière insidieuse et a tendance à augmenter progressivement.

Goutte

Goutte

La goutte est due à un excès d'acide urique dans le sang et à une accumulation dans les tissus. Elle provoque le plus souvent des douleurs intenses des articulations.

Symptômes sur le meme sujet
Playmobil

Arthralgies

J’ai mal à une/plusieurs articulation(s)