Quand un patient dit qu'il a mal, c'est qu'il a mal!

Dernière mise à jour 07/05/12 | Article
Patiente sous perfusion
La notion de douleur intègre aujourd’hui des dimensions psychologiques et sociales. Les traitements, plus complexes, mobilisent de nombreux spécialistes.

Un article du magazine

Grâce à la réglette douleur, les patients peuvent objectiver leur souffrance. © JULIEN GREGORIO/PHOVEA

Certaines douleurs résistent aux traitements habituels. Elles persistent des mois ou des années, parfois sans raison, sans cause visible, même sur un scanner. Pourtant, elles détruisent des vies, usent des familles ou signent la fin brutale d’une carrière.

La compréhension actuelle de la douleur en dit long sur l’évolution des mentalités au sein du corps médical. Le scientisme pur et dur – un effet est produit par une cause objective et quantifiable – a perdu du terrain. «Même si on ne trouve pas la cause physiologique d’une douleur, quand un patient nous dit qu’il a mal, c’est qu’il a mal», affirme la Dre Valérie Piguet, médecin adjointe, responsable du centre multidisciplinaire de la douleur.

Engagement du patient

Le programme contre la douleur, en vigueur aux HUG depuis plusieurs années, repose sur trois piliers: l’évaluation, le traitement, le suivi. «Pour décider quelle approche thérapeutique proposer, nous devons savoir si la souffrance est liée à un dommage organique, à une lésion du système nerveux, si elle est aiguë ou chronique. Il s’agit également de mettre à jour ses composantes émotionnelles, mentales et sociales», détaille la Dre Piguet.

Une fois le diagnostic posé, le soignant examine les différentes approches thérapeutiques possibles. «Le succès dépend pour une part importante de l’engagement du patient. Il faut qu’il soit partie prenante, que le traitement ait un sens pour lui», relève Valérie Piguet. La dernière phase concerne le suivi. L’efficacité de la thérapie est évaluée avec précision. A défaut de résultats, elle est adaptée ou modifiée.

D.R.

La douleur chronique: une maladie

Lorsqu’une demande provient d’un service médical de l’hôpital, la personne hospitalisée est vue par un membre de l’équipe intra-hospitalière. Tandis que les patients adressés aux HUG par leur médecin traitant sont pris en charge par le centre multidisciplinaire de la douleur.

Après un premier entretien avec un médecin, la situation est discutée en présence du patient par une équipe de spécialistes. Celle-ci est généralement composée d’un pharmacologue clinique, un interniste, un rhumatologue, un médecin spécialisé en réhabilitation, un anesthésiste, un neurologue et un psychiatre.

La présence d’un psychiatre ne signifie en aucun cas que la souffrance n’est pas prise au sérieux, comme le craignent encore beaucoup de patients. Elle découle au contraire d’une meilleure compréhension de ses mécanismes. La mémoire, les émotions, la situation personnelle, affective et sociale sont autant de facteurs dont il faut tenir compte. «Aujourd’hui, la douleur chronique n’est plus traitée comme un symptôme, mais comme une maladie complexe à part entière», résume Valérie Piguet.

Tous concernés

Près de 80% des patients des hôpitaux sont confrontés à la douleur. Créé en 2003, le Réseau douleur a pour mission de sensibiliser les professionnels de la santé, mais aussi les patients, à cette problématique.

«Il est impossible d’avoir un spécialiste derrière chaque patient. Donc tous les acteurs de la chaîne de soins, de l’aide soignant au médecin, en passant par l’infirmier, l’ergothérapeute, le logopédiste ou le physiothérapeute, doivent se mobiliser, explique le Dr Christophe Luthy, médecin adjoint au service de médecine interne de réhabilitation et président de ce Réseau.

Après bientôt dix ans d’activité, les résultats sont tangibles. «S’enquérir de la douleur devient un réflexe presque naturel, comme de prendre la température. Les services médicaux utilisent davantage les outils standardisés élaborés par le Réseau comme les réglettes douleur ou les guides. Et les prescriptions d’antalgiques ont également augmenté », énumère le Dr Luthy.

A terme, tous les services des HUG disposeront d’un «référent douleur» pour informer les soignants des approches possibles et de la documentation disponible. «Les progrès sont réels à tous les niveaux. Mais il reste du chemin à parcourir. Nous pouvons notamment améliorer les transmissions de données lors d’un transfert de patient ou à sa sortie de l’hôpital», estime le président du Réseau douleur.

Douleur aiguë

• Utile. Elle signale un danger.

• De courte durée. Symptôme d’une lésion ou d’une maladie.

• Répercussions socio-professionnelles temporaires.

Douleur chronique

• Inutile. Elle ne signale plus un danger.

• Elle persiste au-delà de 3 à 6 mois, malgré un traitement antalgique.

• Lésion réelle ou décrite en ces termes.

• Handicap physique.

• Répercussions psychologiques, socio-professionnelles majeures et persistantes.

Lire +

Deux brochures éditées par les HUG «Vous avez mal? Agissons ensemble.»

«Morphine des réponses à vos questions.»

Téléchargeables sur www.hug-ge.ch

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Prendre de la morphine, c'est être dépendant?

Prendre de la morphine, c'est être dépendant?

Comment gère-t-on le risque de dépendance quand la morphine est prescrite pour des douleurs chroniques?

Les antidouleurs opioïdes tuent 40 fois par jour aux USA

Peu avant sa mort, Prince aurait été traité pour une overdose de médicaments opiacés. Ce genre d’accident explose outre-Atlantique, où les autorités sanitaires parlent de véritable épidémie.
Douleur chronique: il faut traiter

Douleur chronique: il faut traiter

Aujourd’hui, face à ces maux qui durent, épuisant le corps comme le moral, les traitements se multiplient.
Videos sur le meme sujet

Douleurs extrêmes: vers moins de souffrances

Malgré les efforts de la médecine pour soulager la douleur, de très nombreuses personnes souffrent encore au quotidien. L'antidote faite le point sur les moyens à disposition des soignants.

L'addiction aux antidouleurs, un problème lancinant aux Etats-Unis

Anne Baecher se penche sur un problème de santé publique préoccupant aux Etats-Unis.

Contre la douleur articulaire

Le 27 septembre 2016 démarre une campagne mondiale de lutte contre la douleur articulaire.
Maladies sur le meme sujet
Lymphœdème

Lymphœdème

Le lymphoedème est un gonflement, le plus souvent du bras ou de la jambe. qui apparaît d’une manière insidieuse et a tendance à augmenter progressivement.

Goutte

Goutte

La goutte est due à un excès d'acide urique dans le sang et à une accumulation dans les tissus. Elle provoque le plus souvent des douleurs intenses des articulations.

syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

Syndrome douloureux régional complexe

Le SDRC est un état douloureux qui survient le plus souvent après un traumatisme (fracture) ou une opération d’un membre. Il peut aussi survenir à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

Symptômes sur le meme sujet
Playmobil

Arthralgies

J’ai mal à une/plusieurs articulation(s)