Mieux vivre la ménopause grâce au traitement hormonal

Dernière mise à jour 22/01/14 | Article
Mieux vivre la ménopause grâce au traitement hormonal
Si les symptômes de la ménopause vous sont difficiles à supporter, le traitement hormonal substitutif (THS) peut vous aider à traverser cette période. En effet, il reste à ce jour le plus efficace pour faire face à ce changement hormonal.

Cap inévitable, la ménopause marque un tournant dans la vie d'une femme. Les bouleversements qu'elle engendre sont parfois difficiles à vivre. Le traitement hormonal substitutif (THS) aide alors à mieux traverser cette période de la vie où le corps change de façon irréversible. En effet, le THS permet de diminuer les symptômes habituels tels que les bouffées de chaleur, une baisse du moral ou encore une sécheresse vaginale.

Cependant, la sécurité du THS a été remise en question il y a une dizaine d'années par une vaste étude américaine, semant alors le doute dans la population mais aussi chez les médecins. Depuis ce raz-de-marée scientifique, d'autres recherches ont été menées pour analyser les différents résultats de cette étude de manière plus approfondie. En se basant sur les dernières données relatives à ce traitement hormonal, un groupe d'experts internationaux a récemment publié une directive à l'intention des médecins. Les auteurs sont arrivés à la conclusion que le THS restait, à certaines conditions, un traitement efficace avec plus de bénéfices que de risques.

La polémique

Lancée par l'Institut national de la santé américaine, la «Women's Health Initiative» (WHI) a été, à l'époque, l'étude la plus large jamais réalisée sur la ménopause, en incluant un échantillon de 160 000 femmes. Les auteurs prétendaient que les risques encourus avec le THS étaient beaucoup plus grands que les bénéfices, avec notamment un risque important de complications cardiovasculaires et de cancer du sein.

A la suite de ces déclarations, les résultats de l'étude américaine ont été passés au crible et plusieurs points ont été remis en question. Tout d'abord, l'échantillon, même s'il était gigantesque, n'était pas représentatif. En effet, la majorité des femmes observées avaient beaucoup plus de 60 ans et présentaient des problèmes de santé comme de l’hypertonie, obésité, etc.

En analysant les données de cette étude par tranche d'âge, on constate que chez les femmes entre 50 et 59 ans, les avantages sont nettement supérieurs aux risques qui, eux, sont faibles, à la condition que le THS soit prescrit en début de ménopause.

La nouvelle directive

Sur la base d'une pléthore d'études récentes, un groupe d'experts internationaux, mandaté par les principales sociétés européennes et américaines actives dans ce domaine, recommande le THS pour traiter le syndrome climatérique chez les femmes entre 50-59 ans. Selon les études effectuées, ce traitement demeure le meilleur remède contre les bouffées de chaleur. En même temps, le THS diminue aussi les fractures ostéoporotiques chez les femmes à risque.

De plus, les bénéfices du THS restent beaucoup plus importants que les risques, à condition de ne pas le prescrire pour la première fois à des femmes de plus de 60 ans ou plus de dix ans après le début de la ménopause. Par contre, le traitement est contre-indiqué chez les patientes qui ont eu un cancer du sein ou qui en sont actuellement atteintes.

Les risques

Les risques les plus connus sont les maladies thrombo-emboliques (la formation d'un caillot dans une veine qui boucherait la circulation sanguine) ainsi qu'un accident cérébral vasculaire. Toutefois, ces risques restent, sans autres facteurs de risques associés, minimes avant 60 ans. De plus, la probabilité d'un cancer du sein dont la cause serait le THS est faible, même si cela demeure un problème complexe qui dépend fortement de la durée du traitement ainsi que de la prise ou non de progestérone. Enfin, le risque relatif de thrombose augmenterait avec une THS en forme de comprimés, mais serait faible avant 60 ans, et resterait inchangé avec une THS sous forme de gel ou patch.

THS combiné ou simple

Chez une femme avec un utérus, le THS doit être combiné (œstrogènes et progestérone). Toutefois, si la patiente n’a plus son utérus, le THS contient uniquement des œstrogènes.

Enfin, le groupe d'experts précise que la prise du THS doit reposer sur une décision individuelle, en pesant le pour et le contre. De plus, une réévaluation de la dose et de la durée du traitement doit être effectuée chaque année, de même qu'un suivi par examen clinique et mammographie régulier.

Le traitement hormonal substitutif est donc à nouveau considéré comme le traitement de référence contre le syndrome climatérique chez les patientes sans contre-indications. Alors Mesdames, si vous en ressentez le besoin, n'hésitez pas à consulter votre médecin.

 

Référence

Adapté de «A propos du consensus international 2013 sur le traitement hormonal de la ménopause», par Dr D. Wunder, Département de gynécologie-obstétrique, CHUV, par Dr T. D Pache, Clinique la Prairie, Montreux. In Revue médicale suisse 2013;9:1950-1953. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Pilule contraceptive
Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Il suscite de nombreuses questions, craintes et fantasmes auprès des adolescentes. Le premier rendez-vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le temps de la ménopause

Le temps de la ménopause

Accompagnée de symptômes parfois gênants, la fin de la période fertile chez la femme se vit entre sentiment de perte ou de libération.
Ménopause: surtout ne pas arrêter de marcher

Ménopause: surtout ne pas arrêter de marcher

Une étude américaine montre que la marche (6000 pas quotidiens, sans contraintes particulières) est une excellente manière pour les femmes ménopausées de prévenir les risques qui les guettent du fait de ce bouleversement hormonal.
Jupe écossaise

Dimensions culturelle et biologique de la santé sexuelle

La santé sexuelle a une dimension biologique, mais elle est aussi culturelle, et influence la santé des femmes.
Videos sur le meme sujet

La ménopause : une nouvelle étape de la vie

En un siècle, l'espérance de vie d'une femme est passée de 50 à 84 ans. C'est pourquoi la femme doit désormais vivre post ménopausée plus de 30 ans. Comment appréhender ce changement bouleversant ?
Maladies sur le meme sujet
Examen de la thyroïde

Hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie est la conséquence d’une production excessive d’hormones par la glande thyroïde.

Cou

Hypothyroïdie

L’hypothyroïdie est la conséquence d’une trop faible production d’hormones par la glande thyroïde.