Médecine personnalisée et Quantified Self, même combat?

Dernière mise à jour 19/01/15 | Article
Médecine personnalisée et Quantified Self, même combat?
Profil génétique du patient, données biologiques sur son fonctionnement au quotidien… le patient de demain sera-t-il mieux soigné? Questions au Dr Idris Guessous, médecin adjoint, responsable de l’Unité d’épidémiologie populationnelle du Service de médecine de premier recours.

Quels liens y a-t-il entre la quantification de soi et la médecine personnalisée?

Dans les deux approches, le patient reprend le pouvoir sur son corps et sur sa santé. En médecine personnalisée, lorsqu’il existe plusieurs traitements contre une maladie, médecin et patient coopèrent et partagent la décision. En raison des progrès techniques toujours plus grands, on a de plus en plus d’informations sur les patients. Parallèlement, on connaît de mieux en mieux les risques des médicaments et des traitements. Tout cela rend les choix thérapeutiques toujours plus difficiles. Au vu de l’accélération des choses, sera-t-on toujours en mesure de mener des essais cliniques pendant dix ans? La personnalisation des traitements et la responsabilisation du patient pourraient bien être la solution à tout cela.

Grâce à cette personnalisation, à laquelle le Quantified Self (QS) participe, le patient sera-t-il mieux soigné au final?

En pharmacogénétique –un des domaines de la médecine personnalisée– on cherche à orienter un  traitement en fonction du profil, notamment. Le QS va dans le même sens. Grâce à ces outils, le patient viendra avec des données toujours plus fines le concernant. Mais les questions sont multiples: que faudrait-il quantifier pour pouvoir prédire la réaction d’un médicament dans l’organisme du patient? Le moment de la prise? Les aliments ingérés? On ne le sait pas encore. Si les espoirs d’une médecine plus personnalisée existent, on reste aujourd’hui encore très mauvais en matière de prédiction pour savoir quels médicaments (pharmacogénomique) et quelle alimentation (nutrigénomique) sont les plus adaptés à chacun.

Les informations collectées par le patient lui-même ne seront alors pas utiles?

Paradoxalement, et dans un premier temps, la personnalisation maximale des données servira sans doute plus la collectivité que l’individu lui-même. Grâce à elle, la recherche va faire des pas de géant.

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Caisse et assurance maladie
Chirurgie de l’obésité: quelle prise en charge par l’assurance de base?

Chirurgie de l’obésité: quelle prise en charge par l’assurance de base?

La chirurgie de l’obésité est prise en charge par l’assurance-maladie de base à certaines conditions....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Les biobanques au service de la médecine personnalisée

Les biobanques au service de la médecine personnalisée

Il fut un temps où les naturalistes constituaient des herbiers ou des planches de papillons pour ensuite les étudier à loisir. L’époque a beau avoir changé et l’émergence des nouvelles disciplines comme la génétique et la génomique bouleversé la donne, les biologistes gardent toujours le goût de la compilation.
«Mieux informés, les patients contribuent à une médecine plus intelligente»

«Mieux informés, les patients contribuent à une médecine plus intelligente»

«Empowerment» du patient, littératie en santé, décisions partagées… sont les nouveaux codes de la santé. Décodage avec le Pr Jean-Michel Gaspoz, directeur du Département de Médecine communautaire, de premier recours et des urgences des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
«Le Quantified Self rend au citoyen la maîtrise de ses données physiologiques»

«Le Quantified Self rend au citoyen la maîtrise de ses données physiologiques»

Où vont toutes les données collectées via le Quantified Self? Sont-elles protégées? Les réponses de Christian Lovis, médecin-chef du service des sciences de l’information médicale aux Hôpitaux universitaires de Genève.
Videos sur le meme sujet

La Suisse se dote de son premier centre de génomique

La Suisse avance à grands pas dans le domaine de la santé personnalisée en créant son premier centre de génomique.