Médecine personnalisée et Quantified Self, même combat?

Dernière mise à jour 19/01/15 | Article
Médecine personnalisée et Quantified Self, même combat?
Profil génétique du patient, données biologiques sur son fonctionnement au quotidien… le patient de demain sera-t-il mieux soigné? Questions au Dr Idris Guessous, médecin adjoint, responsable de l’Unité d’épidémiologie populationnelle du Service de médecine de premier recours.

Quels liens y a-t-il entre la quantification de soi et la médecine personnalisée?

Dans les deux approches, le patient reprend le pouvoir sur son corps et sur sa santé. En médecine personnalisée, lorsqu’il existe plusieurs traitements contre une maladie, médecin et patient coopèrent et partagent la décision. En raison des progrès techniques toujours plus grands, on a de plus en plus d’informations sur les patients. Parallèlement, on connaît de mieux en mieux les risques des médicaments et des traitements. Tout cela rend les choix thérapeutiques toujours plus difficiles. Au vu de l’accélération des choses, sera-t-on toujours en mesure de mener des essais cliniques pendant dix ans? La personnalisation des traitements et la responsabilisation du patient pourraient bien être la solution à tout cela.

Grâce à cette personnalisation, à laquelle le Quantified Self (QS) participe, le patient sera-t-il mieux soigné au final?

En pharmacogénétique –un des domaines de la médecine personnalisée– on cherche à orienter un  traitement en fonction du profil, notamment. Le QS va dans le même sens. Grâce à ces outils, le patient viendra avec des données toujours plus fines le concernant. Mais les questions sont multiples: que faudrait-il quantifier pour pouvoir prédire la réaction d’un médicament dans l’organisme du patient? Le moment de la prise? Les aliments ingérés? On ne le sait pas encore. Si les espoirs d’une médecine plus personnalisée existent, on reste aujourd’hui encore très mauvais en matière de prédiction pour savoir quels médicaments (pharmacogénomique) et quelle alimentation (nutrigénomique) sont les plus adaptés à chacun.

Les informations collectées par le patient lui-même ne seront alors pas utiles?

Paradoxalement, et dans un premier temps, la personnalisation maximale des données servira sans doute plus la collectivité que l’individu lui-même. Grâce à elle, la recherche va faire des pas de géant.

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Caisse et assurance maladie
Chirurgie de l’obésité: quelle prise en charge par l’assurance de base?

Chirurgie de l’obésité: quelle prise en charge par l’assurance de base?

La chirurgie de l’obésité est prise en charge par l’assurance-maladie de base à certaines conditions....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_incertitude_decision_medicale

«Il restera toujours une part d’incertitude dans une décision médicale»

La médecine personnalisée est pleine de promesses. Elle annonce notamment qu’elle pourra, grâce à l’analyse des données des individus, prédire leur réaction aux traitements avec une précision inégalée. Mais la réalité résiste à cette simplicité. Derrière une majorité de décisions médicales subsiste une grande part d’incertitude. Comment aborder ce défi posé à la toute-puissance des données? En apprenant à mieux partager la décision entre médecins et patients, répond le docteur Thomas Agoritsas, médecin adjoint agrégé au Service de médecine interne générale des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Interview.
PULS_pharmacogenomique

La pharmacogénomique au secours des douleurs chroniques

En partie à cause de différences génétiques qui influencent la réponse individuelle à une substance, chaque patient répond différemment à l’administration d’un médicament.
PULS_big_data_meilleur

Big data: pour le meilleur et pour le pire

Les données, désormais produites en masse, sont à l’origine de l’essor de la médecine personnalisée.
Videos sur le meme sujet

Santé personnalisée, une santé sur mesure

C’est l’histoire d’une médecine sur mesure, de précision, qui propose une analyse moléculaire pour chaque patient, pour chaque maladie, et un traitement individuel.

Le quantified self 2.0 ou la prévention personnalisée

90 étudiants lausannois portent depuis bientôt quatre mois une montre qui mesure leur activité physique.

Une app pour connaître son état de santé en temps réel

Stéphane Délétroz présente une application de santé connectée en cours de développement.