Le scandale des «listes unilatérales»

Dernière mise à jour 10/05/12 | Article
médecin
Dans tous les cantons, les caisses maladie établissent des listes dites unilatérales de médecins avec lesquels elles acceptent de travailler – provisoirement du moins.

Vous habitez une région décentralisée où il y a peu de médecins-généralistes; vous avez opté pour un modèle d’assurance dit «médecin de famille», pour alléger vos charges; heureusement, votre médecin de famille, qui vous suit depuis des années, est aussi rhumatologue, ce qui vous arrange bien. Mais un jour, votre caisse maladie vous retourne vos factures et ne vous rembourse plus rien: elle a décidé abruptement, en effet, de ne plus rembourser les honoraires de votre médecin. Lequel, par effet collatéral, ne pourra plus assumer de gardes. Quant à vous, patient, ou bien vous payez de votre poche, ou vous changez de médecin, quitte à faire des kilomètres.

Pourquoi? Comment? Vous n’avez pas le droit de le savoir, et la caisse n’a pas jugé utile, ni même courtois, d’en informer votre médecin. C’est comme ça: un fait du prince, un caprice d’assureur!

Dans tous les cantons où les caisses maladie établissent, dans le cadre de produits d’assurances réputés bon marché, des listes dites unilatérales de médecins avec lesquels elles acceptent de travailler – provisoirement du moins – leur politique à l’égard de tel ou tel médecin peut changer d’un jour à l’autre. Il n’y a aucune concertation avec les praticiens, et aucun recours n’est possible.

Depuis des années, les sociétés médicales tempêtent contre cet arbitraire, qui confine parfois à l’absurde, explique Pierre-André Repond, Secrétaire général de la Société vaudoise de médecine: il arrive qu’on trouve parmi les médecins de famille agréés des praticiens... décédés, ou des spécialistes qui n’ont nulle intention de devenir généralistes. Souvent, comme chez Assura et Supra, le patient ne peut même pas savoir si son médecin de famille est sur la bonne liste, car les listes ne sont pas publiées. Et lorsque le médecin découvre qu’il est une sorte de pestiféré, il peut tout au plus s’en plaindre auprès de la caisse et tenter d’obtenir son admission. Le seul droit dévolu aux généralistes est de... refuser de figurer sur la liste d’une caisse.

Face à cet abus de pouvoir manifeste de la part des caisses, les médecins tentent de réagir auprès du Conseil fédéral et des Chambres, mais on sait celles-ci très proches des assureurs. Une solution radicale serait que tous les médecins refusent d’être sur ces listes, mais cela impliquerait une solidarité sans faille de la corporation.

Encore et toujours, la sélection des risques

Pour le conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard, on retrouve là les deux défauts rédhibitoires du système: le problème de la gestion des réserves qui ne suivent pas l’assuré – on l’a vu avec l’affaire EGK – qui ne peut être résolu qu’en mutualisant les réserves, selon le ministre vaudois de la Santé; l’autre vice fondamental à ses yeux, c’est que l’organisation actuelle récompense ceux qui sélectionnent les risques: «Les avantages à sélectionner les risques sont toujours supérieurs aux charges que représente la compensation des risques.» Tant que ce système sera en place, les assureurs chercheront des modèles particuliers d’assurances en fonction de cette sélection des risques: si par exemple, ils élaborent un modèle «médecin de famille», ils vont s’arranger pour écarter les malades: on ne remboursera pas le médecin de famille qui est aussi diabétologue, puisqu’il a des diabétiques parmi ses patients!

Que faire? «On ne peut rien faire, soupire Pierre-Yves Maillard: on a beau retourner la législation dans tous les sens, elle est faite sur mesure pour favoriser la sélection des risques, la concurrence entre les caisses et la déresponsabilisation des cantons. Il faut changer la loi, ou alors – c’est une réflexion que nous menons – il faut que les partenaires de soins renversent la logique du système et disent, eux, avec quels assureurs, et à quelles conditions, ils acceptent de travailler. Les sociétés médicales devraient s’unir pour refuser des modèles d’assurances qui ne respectent pas un certain nombre de règles.»

Où l’on retrouve la loi sur le Managed Care

Sur le plan juridique, il semble que la position des caisses soit difficilement attaquable, puisque la loi est de leur côté. Un opposant courageux et fortuné pourrait éventuellement invoquer la concurrence déloyale, ou l’entrave à la liberté du commerce et de l’industrie... En attendant, ce défaut du système est devenu un des principaux arguments des opposants au Managed Care, attaqué par un référendum (voir en page 14). En effet, la nouvelle mouture de la LaMal autorise expressément des formes d’assurances impliquant une limitation de la liberté de choix du patient, et donc des listes unilatérales.

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Génétique
Être père après 45 ans fragilise la santé de l’enfant

Être père après 45 ans fragilise la santé de l’enfant

Dans les pays industrialisés, les hommes ont tendance, tout comme les femmes, à faire des enfants de...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
couts_sante_cache

Coûts de la santé: ce que l’on vous cache

Peu de gens le savent, mais les primes d’assurance-maladie augmentent deux fois plus vite que les coûts de la santé. À qui la faute? De manière paradoxale, à des mesures d’économie efficaces et favorables aux patients qui modèrent un peu la facture des Cantons, mais alourdissent beaucoup celle des assurés. (TEXTE: Dr Philippe Eggimann, Président de la Société Vaudoise de Médecine)
combien_coute_vie

Combien coûte une vie plus longue?

La question du coût du système de santé ressurgit inlassablement dans le débat politique. Et si, changeant de perspective, on s’interrogeait pour une fois sur ce qu’il nous donne pour notre argent? (TEXTE*: POLITIK+PATIENT)
Des médicaments

Médicaments génériques: de fidèles répliques?

Depuis qu’ils existent les génériques alimentent les polémiques. Au centre de la controverse on trouve la question de leurs hypothétiques différences d’avec les médicaments dont ils sont la copie. Que faut-il en penser?
Videos sur le meme sujet

L’honneur perdu de l’AI

Faire valoir ses droits en cas d’invalidité dans notre pays: un parcours du combattant, un cauchemar administratif ou une interminable bataille juridique.

Trop de médecine nuit!

En comparant les pratiques médicales, on a constaté d’énormes disparités cantonales. Des écarts injustifiés qui signifient que certaines régions reçoivent plus de traitements que nécessaire.

Pour la santé des populations vulnérables

C’est une première suisse et même européenne: une Chaire de médecine des populations vulnérables a été créée à l’Université de Lausanne.