Assurances privées et données médicales: le médecin est le seul rempart

Dernière mise à jour 13/06/12 | Article
Dossier médical
Les assurances sont avides d'informations sur leur clients présents et futurs, et n'hésitent pas à exiger un accès quasi sans limites aux dossiers médicaux. Désarmé face aux pressions des assurances, le client ne peut compter que sur la vigilance de son médecin, qui doit évaluer jusqu'où il peut donner des renseignements.

Chacun a fait l'expérience des ces propositions d'assurances privées qui exigent du proposant qu'il délie son médecin de son secret professionnel, pour que celui-ci transmette le dossier médical à l'assurance. Le candidat à une assurance-vie (par exemple) n'a aucun choix: soit il accepte l'ensemble des conditions générales, soit sa demande finira à la corbeille. Cette pratique est abusive, mais n'en est pas moins courante, voire la règle. Qu'en est-en droit?

Le secret professionnel qui lie les médecins est très strict, et sa violation peut entraîner des conséquences en cascade pour un médecin indélicat: peines pécuniaires ou de prison, peines sur le plan civil (compensation du dommage causé au patient), sanctions disciplinaires et professionnelles... Dès lors, en transmettant des données de patients à un tiers, il viole ses devoirs légaux, et cela, quels que soient les destinataires de ces informations: assurances, parents du patient, autorités, collègues médecins... Les seules exceptions relèvent de cas particuliers prévus par la loi, notamment en droit pénal, et lorsque le patient délie son médecin du secret médical. On parle alors d'un consentement qui doit être «libre et éclairé», accordé par rapport à une situation concrète connue, et le patient doit pouvoir savoir quelles informations sont demandées. Ceci implique qu'une libération générale du secret professionnel à l'égard de toutes les données du patient serait disproportionnée et excessive.

Dans l'idéal, le consentement du patient doit être donné en dehors de toute pression, menace ou tromperie. Dans les faits, on voit bien que la personne qui sollicite une assurance-vie subit une pression, puisqu'elle ne dispose d'aucun choix dans les clauses du contrat.

C'est dire que dans ce genre de situation, le patient n'a d'autre choix que de confier la défense de sa sphère privée à son médecin. En principe, le médecin devra interpréter de manière restrictive la clause signée par le patient – clause abusive en elle-même – qui le délie du secret professionnel. Il devra prendre l'initiative de demander à l'assurance quelles sont les données dont elle a besoin pour évaluer le risque de la prime, puis soumettre ces demandes à son patient, en lui expliquant leur justification. Le patient ou le médecin lui-même peuvent de plus demander que ces renseignements ne soient remis qu'au médecin-conseil de l'assurance... qui n'a pas d'obligation légale de les garder pour lui !

En résumé, le patient doit pouvoir compter sur le respect, pas son médecin, du principe de proportionnalité dans la transmission de données sensibles, et s'assurer que son dossier médical dans son entier ne sera jamais transmis à une assurance.

Référence

D'après Olivier Guillod et Damian Koenig in Médecin et droit médical, Editions Médecine & Hygiène.

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Génétique
epigenetique

Épigénétique, quand les gènes s’allument ou s’éteignent

Comme tout être vivant, l’homme est déterminé par son héritage biologique, mais pas seulement. Il est...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Personnages en réseau

Les réseaux de soins, un modèle unique?

Les électeurs vont devoir se prononcer le 17 juin 2012 sur les réseaux de soins, dits encore Managed Care. En effet, un référendum a été lancé contre cette réforme de la LA Mal, qui a récolté 131000 signatures.
prix_medicaments

Prix des médicaments: la pilule ne passe pas

En Suisse, les médicaments sont plus chers en comparaison européenne et ce, même en prenant en compte le pouvoir d’achat supérieur des Helvètes. Au cœur du problème, la manière dont les tarifs sont fixés et réévalués ainsi que la pression continue qu’exerce l’industrie pharmaceutique sur les politiques.
Doigts groupés: loyauté

Malversations: la caisse CPT/KPT décapitée par la FINMA

Les administrateurs d'une caisse-maladie peuvent-ils acheter des actions de leur propre société à bas prix, peu avant une fusion avec une autre entreprise, qui fera exploser le prix des actions?
Videos sur le meme sujet

Directives anticipées: une vie dans un formulaire

Les directives anticipées demandent une réflexion profonde sur nos valeurs, sur le regard que l’on porte sur la médecine, la douleur.

Coordination des soins: musique d’avenir

Les systèmes de santé sont fait de réseaux, de connections, de failles aussi. Ils sont plus complexes que ce que l’on imagine.

La prévention: c'est l'affaire de tous

De nos jours, la prévention est présente aussi bien dans les foyers, que sur les lieux professionnels ou dans les espaces publics. Petit tour d'horizon de la prévention avec L'antidote.