Assurances privées et données médicales: le médecin est le seul rempart

Dernière mise à jour 13/06/12 | Article
Dossier médical
Les assurances sont avides d'informations sur leur clients présents et futurs, et n'hésitent pas à exiger un accès quasi sans limites aux dossiers médicaux. Désarmé face aux pressions des assurances, le client ne peut compter que sur la vigilance de son médecin, qui doit évaluer jusqu'où il peut donner des renseignements.

Chacun a fait l'expérience des ces propositions d'assurances privées qui exigent du proposant qu'il délie son médecin de son secret professionnel, pour que celui-ci transmette le dossier médical à l'assurance. Le candidat à une assurance-vie (par exemple) n'a aucun choix: soit il accepte l'ensemble des conditions générales, soit sa demande finira à la corbeille. Cette pratique est abusive, mais n'en est pas moins courante, voire la règle. Qu'en est-en droit?

Le secret professionnel qui lie les médecins est très strict, et sa violation peut entraîner des conséquences en cascade pour un médecin indélicat: peines pécuniaires ou de prison, peines sur le plan civil (compensation du dommage causé au patient), sanctions disciplinaires et professionnelles... Dès lors, en transmettant des données de patients à un tiers, il viole ses devoirs légaux, et cela, quels que soient les destinataires de ces informations: assurances, parents du patient, autorités, collègues médecins... Les seules exceptions relèvent de cas particuliers prévus par la loi, notamment en droit pénal, et lorsque le patient délie son médecin du secret médical. On parle alors d'un consentement qui doit être «libre et éclairé», accordé par rapport à une situation concrète connue, et le patient doit pouvoir savoir quelles informations sont demandées. Ceci implique qu'une libération générale du secret professionnel à l'égard de toutes les données du patient serait disproportionnée et excessive.

Dans l'idéal, le consentement du patient doit être donné en dehors de toute pression, menace ou tromperie. Dans les faits, on voit bien que la personne qui sollicite une assurance-vie subit une pression, puisqu'elle ne dispose d'aucun choix dans les clauses du contrat.

C'est dire que dans ce genre de situation, le patient n'a d'autre choix que de confier la défense de sa sphère privée à son médecin. En principe, le médecin devra interpréter de manière restrictive la clause signée par le patient – clause abusive en elle-même – qui le délie du secret professionnel. Il devra prendre l'initiative de demander à l'assurance quelles sont les données dont elle a besoin pour évaluer le risque de la prime, puis soumettre ces demandes à son patient, en lui expliquant leur justification. Le patient ou le médecin lui-même peuvent de plus demander que ces renseignements ne soient remis qu'au médecin-conseil de l'assurance... qui n'a pas d'obligation légale de les garder pour lui !

En résumé, le patient doit pouvoir compter sur le respect, pas son médecin, du principe de proportionnalité dans la transmission de données sensibles, et s'assurer que son dossier médical dans son entier ne sera jamais transmis à une assurance.

Référence

D'après Olivier Guillod et Damian Koenig in Médecin et droit médical, Editions Médecine & Hygiène.

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Caisse et assurance maladie
Le burnout est-il une «maladie professionnelle»?

Le burnout est-il une «maladie professionnelle»?

Le burnout est caractérisé par un épuisement émotionnel, une distanciation et une baisse de la performance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
tourisme_medical_mal

Tourisme médical: et si cela se passait mal?

Lorsque des prestations médicales ne sont pas prises en charge en Suisse par l’assurance obligatoire de soins (AOS) ou par une éventuelle assurance complémentaire, certains patients se rendent à l’étranger pour y bénéficier de soins meilleur marché. En cas de complications médicales, ce choix a priori économiquement avantageux n’est pas sans conséquences, ce que le patient apprend parfois à ses dépens.
nouveaux_tarifs_medicaux

Nouveaux tarifs médicaux: une solution contraire au droit?

Pour le magazine Politik+Patient, organe officiel de la Conférence des sociétés cantonales de médecine, dont nous reprenons ici le dossier, la structure tarifaire de Tarmed, voulue par le Conseil fédéral, affaiblit la prise en charge ambulatoire des patients. La revue affirme que ce n’est pas par de tels moyens que l’on résoudra le problème du coût du système de santé. Que faut-il en penser? Présentation des arguments et réactions des présidents des sociétés médicales de Suisse romande. (Texte*: POLITIK+PATIENT)
Une péréquation occulte?

Réserves des caisses-maladie: une péréquation occulte?

Pour le Ministre vaudois de la santé, les assurés de certains cantons tels que Genève, Vaud, Neuchâtel et Zurich financent les réserves des petits cantons alémaniques.
Videos sur le meme sujet

Pour la santé des populations vulnérables

C’est une première suisse et même européenne: une Chaire de médecine des populations vulnérables a été créée à l’Université de Lausanne.

Télémédecine : se soigner au rabais ?

La proposition de certaines assurances: un contrat passant par la télémédecine en échange d'un rabais de prime.