Cancer de la prostate, faut-il se méfier du dépistage?

Dernière mise à jour 22/09/15 | Article
Cancer de la prostate, faut-il se méfier du dépistage?
Le dosage du PSA a longtemps été un passage obligé pour les hommes ayant passé le cap de la cinquantaine. Les Etats-Unis condamnent aujourd’hui cette méthode de dépistage du cancer de la prostate. De quoi renoncer à cet examen?

Le dosage du PSA, cette protéine fabriquée par la prostate, est largement utilisé dans le dépistage du cancer de cet organe. Mais les Etats-Unis, après en avoir été les chantres, tournent casaque. Selon les nouvelles recommandations de prévention, parues dans les Annals of Internal Medecine, il ne faudrait plus procéder à cet examen. Les dommages collatéraux –faux positifs, traitements inutiles– seraient trop importants. De ce côté de l’Atlantique, les spécialistes sont plus nuancés. Les patients, doivent-ils renoncer à cet examen, au prix de quelles incertitudes? Explications de Christophe Iselin, médecin-chef du service d’urologie des Hôpitaux universitaires de Genève.

Que pensez-vous des nouvelles directives américaines concernant le dépistage du cancer de la prostate?

Christophe Iselin: Comme souvent avec les Etats-Unis, nous sommes dans les extrêmes! Nous passons d’un système de prévention où tous les hommes devaient faire doser leur PSA, à un arrêt complet de cet examen. Je m’étonne que l’analyse de l’organe de prévention s’appuie principalement sur deux études défavorables au dépistage.

La première, américaine, comporte de gros problèmes de méthodologie. La seconde, européenne, mieux faite, ne montre effectivement pas d’avantage marqué pour le dépistage. Par contre, l’organe de prévention passe trop rapidement sur une troisième étude tout à fait correcte du point de vue méthodologique. Elle montre pourtant que l’on peut sauver une vie pour trois cents hommes dépistés, dont douze sont opérés.

Ces chiffres parlent clairement en faveur du dépistage. Ils sont d’ailleurs analogues à ceux que l’on retrouve dans le dépistage du cancer du sein. Cela dit, je pense effectivement que l’on est allé trop loin dans le dosage du PSA. Un dépistage systématique ne se justifie pas.

Malgré tout, le dosage du PSA ne s’est pas avéré très fiable?

Le PSA agit un peu comme un voyant qui s’allume lorsque quelque chose ne va pas dans la prostate. Ce signal d’alarme n’est pas spécifique, il s’allume en cas de cancer mais aussi d’inflammation, ou tout simplement si la prostate s’est agrandie, comme c’est souvent le cas chez les personnes âgées. Il faut donc se servir de cet indicateur avec nuance.

Une étude a montré que le dépistage précoce ne changeait rien à la mortalité liée à ce cancer. Cela reste-t-il vrai?

C’est justement l’étude américaine qui pose des problèmes méthodologiques, on ne peut donc pas en tenir compte. Mais il est vrai que sur 30% des hommes qui risquent de développer un cancer de la prostate dans leur vie, seul un sur dix va décéder de cette maladie. Ce cancer évolue assez souvent lentement. Dans certains cas, il suffit de suivre les patients sans les traiter. L’important est d’arriver à détecter le groupe des cancers qui auront un impact sur la qualité de vie et la survie.

Nous pouvons faire un calcul de risque pour savoir s’il faut poursuivre les investigations sur la base d’un PSA élevé, en tenant compte de l’âge, du volume de la prostate, du résultat de l’examen clinique et de l’échographie, ainsi que de l’histoire familiale.

Nous pouvons ensuite décider de poursuivre avec une biopsie qui nous dira à quel type de cancer nous avons affaire. Toutefois cet examen peut déclencher des infections sévères chez un patient sur trente, voire des septicémies.

Le mot d’ordre, finalement, ne consisterait-il pas à individualiser le dosage du PSA?

Effectivement. Ainsi que la façon d’envisager les suites de la découverte d’un cancer. Certaines personnes voudront absolument un traitement, en dépit des effets secondaires possibles comme l’impuissance et l’incontinence. D’autres ne voudront pas en entendre parler car ils craignent de perdre leur activité sexuelle, malgré l’amélioration des techniques. C’est vraiment au médecin d’appréhender ce qui est important pour le patient.

_________

  

    

Extrait de :

Check-Up. Les réponses à vos questions santé
de Marie-Christine Petit-Pierre
Ed. Planète Santé / Le Temps, 2014

            

A LIRE AUSSI

Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
cancer_poumon_nouveau_depistage

Cancer du poumon: du nouveau pour le dépistage

Aucun dépistage du cancer du poumon n’est actuellement préconisé, même chez les gros fumeurs. Une nouvelle étude d’envergure est pourtant sur le point de révolutionner ces recommandations.
PULS_beatrice_arzel

Un nouveau programme cantonal contre le cancer colorectal

Directrice de la Fondation genevoise pour le dépistage du cancer (FGDC), la Dre Béatrice Arzel mène désormais un combat féroce contre ce «crabe» qui touche 4’000 nouveaux patients chaque année en Suisse. Son objectif? Faire chuter la mortalité liée à cette tumeur.
movember_parler_prostate

«Movember», un mois pour parler de la prostate

Le mois de novembre est désormais dédié aux cancers masculins à travers l’évènement «movember» (contraction du mot «moustache» en anglais et de «novembre»). Le but? Sensibiliser la population et soutenir la recherche mondiale sur ces maladies, parmi lesquelles le cancer de la prostate.
Videos sur le meme sujet

Cancer du côlon: qu'attend-on pour dépister?

4200 nouveaux cas par an, 1600 décès: en Suisse, le cancer du côlon rectum est l'un des trois cancers les plus fréquents

Cancer du côlon: dépister c'est soigner

Le cancer du colon est l'un des cancer les plus fréquents. Il est mortel pour 1600 personnes par année en Suisse. Ce cancer peut être pris en charge tôt afin d'améliorer les chance de traitement. Comment faire? L'antidote nous aide à en savoir plus.

Une détection du cancer du sein indolore et plus efficace

Bastien Confino dévoile un nouveau procédé qui permettrait de mieux détecter les cancers du sein.
Maladies sur le meme sujet
Organes génitaux masculins

Cancer du testicule

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 430 nouveaux cas de cancer du testicule, ce qui représente 2 % de toutes les maladies cancéreuses dans la population masculine. Le cancer du testicule touche surtout des hommes jeunes : 86 % des patients ont moins de 50 ans au moment du diagnostic.

Prostate

Cancer de la prostate

Chaque année en Suisse, environ 6100 hommes développent un cancer de la prostate, qui est le cancer le plus fréquent en général: 30% des cancers chez l’homme sont des cancers de la prostate. Pratiquement tous les patients (99%) ont plus de 50 ans au moment du diagnostic; 47% ont même 70 ans et plus.

Symptômes sur le meme sujet

Ganglion

J'ai une grosseur/un ganglion qui m'inquiète