Cancer du côlon: dépister pour diminuer la mortalité

Dernière mise à jour 12/04/17 | Article
P17-02_cancer_côlon
Le cancer du côlon est une maladie difficile à diagnostiquer car elle progresse longtemps de manière silencieuse. La dépister après 50 ans, soit par coloscopie, soit en testant la présence de sang dans les selles, diminue par deux le risque de mourir de ce type de cancer.

La place du côlon dans la digestion

  1. Estomac : Il débute la digestion des aliments.
  2. Intestin grêle : Les enzymes digestives du pancréas et de l’intestin achèvent la digestion.
  3. Côlon (gros intestin) : Il absorbe l’eau résiduelle et pousse les déchets vers le rectum.
  4. Rectum

Du polype au cancer

En chiffres

90% des cancers colorectaux peuvent être traités s’ils sont diagnostiqués tôt.

2e : Le cancer du côlon est le cancer le plus meurtrier après celui des poumons.

La maladie commence par un polype, une forme d’excroissance qui se développe sur la paroi intestinale. 10 % de ces polypes grossissent suffisamment pour devenir cancéreux.

Deux méthodes de dépistage

Les tests sont remboursés par l’assurance maladie de base entre 50 et 69 ans. 45% des personnes diagnostiquées sont des femmes, 55% des hommes.

Test de la présence de sang dans les selles

  1. Des selles sont recueillies à domicile à l’aide du matériel fourni par un professionnel de la santé (flacon + gobelets).
  2. Prélevés à trois endroits différents des selles, des échantillons sont collectés sur un bâton puis insérés dans un flacon qui contient une solution liquide.
  3. Après avoir répété l’opération trois fois sur trois jours, les flacons doivent être ramenés au laboratoire dans les 7 jours.

Les plus:

  • Le test est effectué à domicile.
  • Il n’y a pas forcément besoin de prendre rendez-vous chez un médecin.
  • Le test est bon marché.

Les moins:

  • Il faut répéter le test tous les 2 ans.
  • Risque de « faux positif » : le sang dans les selles peut être dû à autre chose que des polypes.
  • Risque de « faux négatif » : les polypes et les cancers ne saignent pas toujours.
  • Si le test est positif, une coloscopie doit être effectuée.

Coloscopie

  1. Un rendez-vous doit être pris avec un gastroentérologue. La veille du rendez-vous, une solution pour nettoyer l’intestin doit être ingurgitée.
  2. L’intervention, qui consiste à introduire dans le rectum une sonde munie d’une caméra, dure de 30 à 45 minutes. Les polypes sont directement retirés.
  3. Le médecin donne les résultats de l’examen et demande des analyses complémentaires si nécessaire. Si un sédatif a été administré, il faudra rentrer à pied.

Les plus:

  • Les polypes sont directement enlevés et leur contenu est ensuite analysé pour juger de leur dangerosité.
  • Le geste ne doit être répété que tous les 10 ans.

Les moins:

  • Un geste médical doit être effectué.
  • Si la progression de la sonde est généralement indolore, des douleurs peuvent apparaître quand le médecin insuffle de l’air pour distendre l’intestin.
  • La prise de la solution laxative à avaler la veille de l’examen peut être désagréable.

____________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Troubles sexuels après une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être...
Lire la suite
Videos sur le meme sujet

Des immunothérapies efficaces contre les cancers colorectaux

Une équipe américano-suisse décrypte pourquoi les cancers colorectaux résistent aux immunothérapies et propose une nouvelle combinaison thérapeutique potentiellement efficace.
Maladies sur le meme sujet
Une biopsie

Cancer de l’anus (carcinome anal)

Chaque année en Suisse, près de 170 personnes développent un cancer de l’anus, ce qui correspond à moins de 1% de toutes les maladies cancéreuses.

Symptômes sur le meme sujet

Ganglion

J'ai une grosseur/un ganglion qui m'inquiète