Peut-on empêcher une allergie de se manifester?

Dernière mise à jour 06/11/17 | Article
empecher_allergie_manifester
Selon les recommandations actuelles, les parents sont invités... à ne rien faire de particulier pour éviter à leur enfant de devenir allergique.

Rappelons que l’atopie est une prédisposition familiale. Si l’un des deux parents est allergique, l’enfant a 30% de risques de l’être. Si les deux sont allergiques, le risque s’élève à 70%. Si aucun parent n’est allergique, le chiffre tourne autour de 10-15%.

Le risque de développer une allergie est un peu plus grand chez les garçons que chez les filles. Il est aussi plus grand chez les enfants nés au printemps, en pleine saison des pollens. Autres facteurs favorisants identifiés: les infections virales accompagnées de respiration sifflante pendant les premières années de vie ainsi que l’exposition précoce à la fumée de tabac.

Mesures de prévention inefficaces

Il y a encore dix ans, on conseillait aux parents, s’ils étaient eux-mêmes allergiques, de faire attention pendant la grossesse et de limiter les contacts de leur bébé avec des substances susceptibles de mettre en route le processus de sensibilisation. Aujourd’hui, cette recommandation n’est plus du tout d’actualité. La raison de ce revirement? On s’est rendu compte que l’éviction totale des allergènes était impossible et que la sensibilisation avait lieu de toute façon. Pendant la grossesse, les allergènes transportés dans l’air (pollens, poils d’animaux, etc.) parviennent à entrer dans l’organisme par la peau. Les études n’ont pas démontré d’effet préventif d’un régime sans œufs, lait et cacahuètes suivi par des femmes atopiques pendant la fin de leur grossesse.

Ensuite, l’enfant se sensibilise à divers allergènes de manière insidieuse car, malgré tous les efforts entrepris, leur suppression n’est jamais totale. Les chercheurs ont même pu montrer que cette sensibilisation à bas bruit chez les enfants prédisposés boostait leur risque de développer une allergie!

Que faut-il faire alors ?

Les recommandations aujourd’hui sont les mêmes pour tous les enfants et ne visent plus la prévention des allergies. Elles se résument ainsi: allaiter si possible six mois ou donner du lait hypoallergénique; à partir de 4-5 mois, sur conseil du pédiatre, introduire des aliments solides; éviter absolument la fumée de tabac.

En clair, les aliments souvent en cause dans les allergies (œufs, poisson, cacahuète, etc.) sont les bienvenus dans le cadre de la diversification de la nourriture. Cependant, une fois qu’ils font partie de l’alimentation de bébé, il est conseillé de continuer à lui en donner régulièrement pour entretenir la tolérance de son système immunitaire. Enfin, si l’enfant a déjà développé un eczéma atopique, il est fortement conseillé d’avoir un diagnostic précis avant de supprimer ou d’introduire des aliments allergéniques.

Laits de substitution pour nouveau-nés

Les laits de substitution hypoallergéniques (lait HA, dit à hydrolyse partielle) sont destinés aux enfants qui ne sont pas nourris au sein ou lorsque l’allaitement est fini. Mais ce type de lait n’est pas assez protecteur pour les bébés qui ont déjà développé une allergie au lait de vache. Pour eux, la seule solution est le biberon de lait à hydrolyse poussée. Traduction: les protéines de lait sont «cassées» en morceaux si petits que le système immunitaire n’est plus capable de les reconnaître. Une réintroduction du lait de vache «naturel» est généralement proposée à 12 ou 18 mois.

_________

Extrait de:

J’ai envie de comprendre… Les allergies, de Suzy Soumaille, en collaboration avec Philippe Eigenmann, Ed. Planète Santé, 2013.

A LIRE AUSSI

Troubles digestifs
pancreas

Le fragile pancréas est une glande essentielle à la digestion

Peu connu, c’est pourtant un organe majeur. On ne le prend en compte qu’à partir de l’apparition des...
Lire la suite
Régimes
LMD_citron_cafe_tendance

Du citron dans le café: la nouvelle tendance pour maigrir fonctionne-t-elle?

Ananas, thé vert, concombre… nombreux sont les aliments vantés pour leurs vertus amincissantes. Certains...
Lire la suite
Constipation
constipation_hemorroides_lies

Constipation et hémorroïdes: des phénomènes parfois liés

Les hémorroïdes sont plus fréquentes qu’on ne le pense. Dans certains cas, elles peuvent être prévenues...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_fodmaps_intolerance_alimentaire

Les Fodmaps, nouvelle intolérance alimentaire

La liste des intolérances alimentaires s’allonge. Après le lactose et gluten, voici les Fodmaps, c’est-à-dire les sucres fermentescibles comme le fructose et les fructanes, source d’inconfort intestinal.

Le lait sous la loupe

Délactosé, surprotéiné ou végétal: le lait se décline presque à l’infini. Difficile de faire un choix éclairé en fonction des besoins de la famille. Quelques pistes pour y voir plus clair, avec le Dr Dimitrios Samaras, médecin consultant à l’Unité de nutrition des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Des bactéries contre l'allergie aux cacahuètes

Bonne nouvelle sur le front des allergies aux cacahuètes.

Le lait: stop ou encore?

Depuis 10’000 ans, les populations des pays à tradition d’élevage boivent du lait et consomment des produits fermentés, yoghourts et fromages.