Le lait sous la loupe

Dernière mise à jour 12/03/20 | Vrai/Faux
Délactosé, surprotéiné ou végétal: le lait se décline presque à l’infini. Difficile de faire un choix éclairé en fonction des besoins de la famille. Quelques pistes pour y voir plus clair, avec le Dr Dimitrios Samaras, médecin consultant à l’Unité de nutrition des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Le lait fait grossir.

Faux. Le lait de vache n’est pas une boisson très calorique en soi. Prendre un cappuccino plutôt qu’un expresso le matin ne va pas engendrer de surpoids. Le lait contient toutefois des sucres, des protéines et des matières grasses. Un verre de 250 ml de lait entier apporte ainsi 165 kcal, soit 8% de l’énergie quotidienne dont a besoin un adulte.

En cas d’intolérance au lactose, on ne doit pas consommer de lait.

Faux. Le lait délactosé que l’on trouve en grande surface est un lait dont le lactose est détruit. Ceux qui souffrent d’intolérance au lactose peuvent donc en boire. Mais attention, il ne convient pas aux personnes allergiques aux protéines de lait. Pour elles, les boissons végétales, que l’on nomme à tort «laits» d’amande, de soja, sont une bonne alternative. Elles peuvent aussi convenir aux intolérants au lactose.

Le lait est riche en calcium.

Vrai. En plus de vitamines comme la B2 et la B12, le lait contient 120 mg de calcium par 100 ml. Une eau riche en calcium en contient 50 mg par 100 ml.

Le lait enrichi en protéines est meilleur pour la santé.

Faux. Les personnes qui n’ont pas de difficulté à consommer leur quota quotidien de protéines (entre 0,7 et 0,8 g par kg corporel pour un adulte) n’ont pas besoin de ce type de lait. En revanche, pour les personnes âgées, dont les besoins en protéines augmentent (de 1 à 1,2 g/kg après 75 ans), ce produit est intéressant. Il leur permet de consommer facilement davantage de protéines.

Le lait est bon pour la santé.

Vrai et faux. Par le passé, le lait était un aliment important, car il était une source de protéines et de micronutriments facile à obtenir. Aujourd’hui, en période d’abondance et d’épidémie d’obésité, le rôle du lait pour la survie de la population est largement débattu. La vraie question à se poser est de savoir si le lait est bénéfique pour la santé. Pour les adultes, il n’y aurait aucun avantage nutritionnel à consommer du lait, d’autant plus qu’une grande partie de la population est intolérante au lactose. Par ailleurs, si de nouvelles études continuent à démontrer ses bienfaits sur certaines indications, d’autres remettent en cause son effet positif sur les os ou évoquent un possible lien avec la survenue de certains cancers, comme celui de la prostate.

__________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Reflux gastro-œsophagien
toux_agissait_reflux

Toux: et s'il s'agissait d'un reflux?

Connu pour causer remontées acides et douleurs, le reflux gastro-œsophagien est également responsable...
Lire la suite
Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Troubles digestifs
pancreas

Le fragile pancréas est une glande essentielle à la digestion

Peu connu, c’est pourtant un organe majeur. On ne le prend en compte qu’à partir de l’apparition des...
Lire la suite
Videos sur le meme sujet

"Food & You", un projet participatif consacré à la nutrition personnalisée

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) lance "Food & You", un projet de recherche citoyenne consacré à la nutrition personnalisée.

"Food and You", le bilan

Il y a trois semaines, Bastien Confino commençait une expérience de nutrition personnalisée, le programme "Food and You" de lʹEcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Prévention: une opportunité de santé pour tous

La prévention dans le domaine de la santé consiste à prévenir la survenue de maladies, à améliorer la qualité de vie au quotidien et à informer la population pour qu’elle devienne critique face à la publicité, pour qu’elle puisse choisir librement de ses comportements. C’est tout ce qu’on peut mettre à profit pour améliorer la santé maintenant et dans le futur.