Médicaments: que mettre dans ses valises?

Dernière mise à jour 05/02/18 | Article
medicaments_mettre_valises
Avant de partir en voyage, pensez à vous constituer une trousse à pharmacie. Certains médicaments, très pratiques à avoir avec soi, peuvent vous éviter des problèmes sur place! Quelques conseils pour voyager en limitant les risques.

Pensez-y!

Répartissez vos médicaments entre votre valise et vos bagages à main; ainsi vous les aurez toujours à disposition, même en cas de perte ou de vol. Essayez dans la mesure du possible de les préserver des chocs et de la chaleur.

 Dans la mesure du possible, lorsque vous partez en voyage, emportez avec vous tous les médicaments dont vous pourriez avoir besoin. Mieux vaut ne pas compter sur le fait d’en acheter sur place, surtout si vous vous rendez dans un pays aux infrastructures de santé précaires: la vente de médicaments contrefaits y est courante. Quelques médicaments de base sont importants à avoir, mais cependant n’hésitez pas à demander à votre pharmacien ou votre médecin des conseils plus personnalisés. Certains traitements peuvent notamment être contre-indiqués chez la femme enceinte.

Les médicaments essentiels

En plus de vos traitements habituels (pilule contraceptive, par exemple) en quantité suffisante, et de votre éventuel traitement antimalarique selon votre destination, votre trousse d’urgence devrait comporter un médicament contre la fièvre et les douleurs, à base de paracétamol (par exemple Dafalgan®) ou un anti-inflammatoire non stéroïdien (par exemple Voltarène® ou Brufen®).

Contre la diarrhée, il est utile d’avoir avec soi un médicament antidiarrhéique à base de charbon activé (par exemple Carbolevure® ou Norit®). Chez les adultes, les médicaments antidiarrhéiques à base de lopéramide (par exemple Imodium®) sont plutôt à privilégier en cas de long confinement (par exemple lors de déplacements). Ils sont déconseillés chez les enfants, plus sensibles à leurs effets secondaires.

Contre la déshydratation, il existe des solutions de réhydratation orale (par exemple Elotrans). Il faut en particulier faire attention à la déshydratation chez les jeunes enfants et les personnes âgées qui y sont particulièrement sujets.

Pour remédier au mal des transports, vous pouvez prendre un antinauséeux à base de dompéridone (par exemple Motilium®).

En ce qui concerne les affections respiratoires, il est utile d’avoir des gouttes nasales, des comprimés à sucer contre le mal de gorge et un antitussif.

Contre les allergies, il est important d’avoir avoir sur soi un médicament antihistaminique (par exemple Zyrtec® ou Aerius®) et une crème contre les démangeaisons (par exemple Dermacalm®). Les personnes qui se savent allergiques et qui ont déjà fait des réactions sévères devraient partir avec un médicament d’urgence sous forme d’une seringue d’adrénaline à s’injecter dans la cuisse (par exemple Epipen®) en cas de réaction grave.

En cas de blessure, pensez à avoir avec vous du désinfectant et des pansements pour soigner les petites coupures ou blessures.

Finalement, afin de prévenir les maladies sexuellement transmissibles, emportez avec vous des préservatifs de qualité car il est parfois difficile d’en trouver sur place. Utilisez-les lors de tout rapport sexuel, même oral.

Partir avec des antibiotiques?

La prise d’antibiotiques par les voyageurs de manière préventive, notamment afin d’éviter les diarrhées, n’est pas recommandée. Ces traitements peuvent entraîner des effets secondaires sérieux, tels que des réactions allergiques ou des troubles gastro-intestinaux. Ils induisent également un sentiment de fausse sécurité et peuvent masquer momentanément des pathologies dangereuses. Enfin, leur utilisation abusive entraîne l’émergence de souches de microbes résistants, qu’il devient alors plus difficile de traiter. Seuls certains voyageurs devraient emporter avec eux une boîte d’antibiotiques: ceux dont le système de défense immunitaire est affaibli à cause du VIH ou de la prise de médicaments immunosuppresseurs, de même que les personnes qui prévoient de voyager dans des conditions extrêmes pendant une longue période, loin de toute structure médicale.

Voyager avec la pilule

Si vous prenez une contraception orale, n’oubliez pas que l’intervalle entre deux prises consécutives ne devrait pas dépasser 36 heures pour les pilules œstroprogestatives. En cas de décalage horaire, si vous voyagez vers l’est, prenez votre pilule à l’heure habituelle au lieu de séjour. Si vous voyagez vers l’ouest avec un décalage de plus de sept heures, vous devrez prendre un comprimé surnuméraire (tiré d’une boîte de réserve) douze à quinze heures après la dernière pilule prise avant le départ, puis le suivant à l’heure habituelle au lieu de séjour. Si vous prenez une minipilule, le délai à respecter entre deux prises est plus bref (27 heures). Demandez conseil à votre pharmacien ou médecin avant de partir.

Notez également que les vomissements ou diarrhées peuvent compromettre l’efficacité de votre pilule. Si ces problèmes se produisent dans les quatre heures qui suivent la prise du dernier comprimé, il est recommandé de prendre une pilule supplémentaire. Si les symptômes persistent, utilisez une méthode de contraception supplémentaire, par exemple un préservatif jusqu’au début de votre prochain cycle.

A ne pas oublier!

Pour vous protéger du soleil, pensez aussi à prendre une crème solaire avec un indice de protection adapté à votre destination et type de peau, ainsi que des lunettes de soleil, un chapeau et une crème apaisante contre les coups de soleil comme Biafine®.

Pour vous protéger des moustiques, vous pouvez prendre une lotion antimoustique à appliquer sur la peau, par exemple Exopic®, un répulsif à appliquer sur vos vêtements, par exemple Nobite®, et éventuellement une moustiquaire imprégnée.

La fièvre pouvant signaler une maladie dangereuse comme la malaria, il est important que vous puissiez la mesurer. Prenez donc avec vous un thermomètre afin de pouvoir prendre votre température le cas échéant.

Pour prévenir les thromboses (formation de caillots de sang dans une veine), il peut être utile d’avoir avec vous des bas/chaussettes de contention, surtout en cas de longs voyages en avion.

Pour décontaminer l’eau, il existe des tablettes désinfectantes (par exemple Micropur forte®). Il est recommandé d’en prendre si vous pensez ne pas avoir accès à de l’eau de boisson sûre au cours de votre voyage.

Afin d’être en règle et vous réapprovisionner en cas de pertes, pensez également à emporter vos ordonnances. Des certificats médicaux sont par ailleurs utiles si vous transportez du matériel d’injection ou si vous portez un stimulateur cardiaque.

Enfin, pour les cas d’urgence, n’oubliez pas votre carte d’assurance-maladie, certificat de vaccination, carte de groupe sanguin et certificat médical en cas d’allergie à un médicament. Vous mettez ainsi toutes les chances de votre côté pour que votre voyage se passe au mieux, sans risques!

______

Extrait de J’ai envie de comprendre… Ma santé en voyage, de Pascaline Minet, en collaboration avec le Dr Blaise Genton et la Dre Laurence Rochat, Ed. Planète Santé, 2015.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Natation et baignade
plongee_negliger_oedeme

Plongée: ne pas négliger l’œdème pulmonaire d’immersion

Mal connu, l’œdème pulmonaire d’immersion peut survenir lors d’une plongée avec bouteilles, en apnée,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_junior_mal_transports

Malade dans les transports, mais pourquoi?

Il y a plus de deux mille ans, Hippocrate – le père de la médecine – décrivait déjà le mal des transports. A l'époque, les gens ne se déplaçaient bien sûr ni en voiture, ni en avion, ni en train, mais en bateau. Et parfois, cela les rendait malades. Voici pourquoi.
eau_nourriture_voyage

L’eau et la nourriture en voyage: prudence!

Qui, en voyage, n’a jamais souffert de problèmes gastriques ou intestinaux liés aux changements de régime alimentaire? L’eau et la nourriture peuvent en effet être la cause de nombreux désagréments pouvant gâcher les vacances. Quelques conseils utiles pour limiter les risques.
long_sejour_etranger

Long séjour à l’étranger: comment se préparer?

Un séjour de longue durée à l’étranger entraîne statistiquement plus de risques d’attraper une maladie qu’un voyage de quelques jours ou semaines. Que vous partiez pour une mission humanitaire, une expatriation professionnelle ou un long voyage, des dispositions particulières sont donc à envisager. Sur place, adoptez de bons comportements afin de préserver votre santé tout au long du séjour.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Valérie d’Acremont, une spécialiste de la médecine tropicale

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Mal des transports: un conflit de sensations

Les plus sensibles d'entre-nous vivent le mal des transports comme un véritable cauchemar... et se voient même limités dans leurs activités et leurs déplacements. L'antidote enquête sur cette question.

Résistance aux insecticides chez les vecteurs du paludisme

La résistance de plus en plus forte des moustiques aux insecticides pourrait ruiner les efforts en matière de lutte contre la malaria.
Maladies sur le meme sujet
moustique qui transmet le paludisme

Paludisme

Appelé aussi malaria, le paludisme est une infection causée par un parasite microscopique (Plasmodium) transmis par la piqûre de la femelle d'une race de moustique.