Malade en vacances: que faire?

Dernière mise à jour 03/08/16 | Article
malade_vacances
Fièvre, morsures, diarrhée, «rash» cutané… en plus de gâcher vos vacances, ces désagréments peuvent parfois indiquer l’existence d’un problème de santé potentiellement grave nécessitant une consultation médicale d’urgence. Comment réagir et surtout, quand s’inquiéter? Les réponses avec le livre "J’ai envie de comprendre… Ma santé en voyage", de Pascaline Minet, en collaboration avec les docteurs Blaise Genton et Laurence Rochat du Centre de vaccination et médecine des voyages de la Policlinique médicale universitaire à Lausanne.

Fièvre

La fièvre (température corporelle supérieure à 38 °C) peut certes être causée par une affection bénigne, mais elle peut aussi être la manifestation d’une maladie grave, comme par exemple la malaria. Elle doit donc toujours être prise au sérieux et faire l’objet d’une consultation médicale, surtout si vous présentez des symptômes spécifiques: détérioration de l’état général, grande faiblesse, maux de tête importants associés à des nausées ou des vomissements, douleurs dans la nuque, troubles neurologiques (hypersensibilité au son ou à la lumière, paralysies ou pertes de sensation locales par exemple), confusion, somnolence, difficultés respiratoires ou essoufflement, saignements dans la bouche ou au niveau génital, apparition de taches sombres sur la peau, mais aussi en cas de douleurs abdominales, diarrhée, ganglions gonflés ou douloureux, jaunisse, ou encore lésions cutanées. Si vous ne constatez aucun de ces signes particuliers et que vous ne voyagez pas dans une zone de malaria, vous pouvez vous soigner vous-même. Mais attention: soyez bien attentif à l’évolution de votre fièvre et en cas d’apparition d’un ou plusieurs des symptômes mentionnés plus haut, consultez immédiatement un médecin.

Diarrhée

Deux à cinq personnes sur dix voyageant dans des pays tropicaux ou des régions aux conditions d’hygiène rudimentaires, souffriront de la tourista ou diarrhée du voyageur. Causée par différents types de microbes, elle est désagréable mais guérit normalement en quelques jours, sans nécessiter de traitement. Plus rarement, la diarrhée en voyage peut être le symptôme d’une pathologie nécessitant une consultation médicale. C’est le cas par exemple de certaines infections parasitaires, mais aussi de maladies tropicales telles que la malaria, la bilharziose ou encore le choléra. Dans les cas sans gravité, les symptômes disparaissent généralement en quelques jours. Mais si la diarrhée ne passe pas ou que votre état se dégrade, il faut impérativement consulter un médecin. Les signes qui doivent inquiéter? Une diarrhée qui dure depuis plus de cinq jours, du sang ou des glaires mélangés aux selles, des vomissements ou des crampes abdominales de plus en plus sévères. Une consultation s’impose également en cas de grossesse, de diabète, de déshydratation, ou si vos défenses immunitaires sont affaiblies. Dans tous les cas, pensez à bien vous hydrater car la diarrhée entraîne d’importantes pertes de liquides et de sels minéraux aux conséquences parfois graves.

Morsures

Même si vous aimez les animaux, mieux vaut garder vos distances avec eux lors de vos voyages. Une morsure est en effet vite arrivée. La principale menace lors de ce type d’accident est celle d’une transmission de la rage. Cette maladie très répandue dans le monde a une évolution presque toujours mortelle dès lors que les symptômes apparaissent (soit en moyenne entre 20 et 40 jours après la transmission).

Une vaccination préventive contre la rage est possible. Elle vous sera recommandée si vous partez dans une région à risque, en particulier si vous prévoyez de faire du trekking, du vélo, de visiter des grottes ou d’effectuer d’autres activités pouvant vous mettre au contact d’animaux, mais aussi si vous vous rendez dans une zone dépourvue d’infrastructures médicales. Malgré la vaccination, de nouvelles injections devront être pratiquées si vous vous faites mordre par un animal lors de votre voyage. Il est donc important de consulter un médecin si vous avez été mordu ou griffé par un animal sauvage, errant ou même domestique (à moins d’avoir la certitude que celui-ci a été vacciné contre la rage). Les animaux susceptibles de transmettre la maladie? Principalement les chiens, les chats et différents animaux sauvages, dont en particulier les chauves-souris, mais aussi les singes, les renards, les chacals, les blaireaux et les ratons laveurs. En cas de morsure ou de blessure, il faut aussi penser au tétanos, une maladie potentiellement grave provoquée par une bactérie présente dans la terre. La vaccination contre le tétanos fait partie des vaccins de base pratiqués durant l’enfance en Suisse. Pour maintenir une bonne protection contre la maladie, il est toutefois nécessaire de faire des rappels tous les vingt ans entre 25 et 65 ans, puis tous les dix ans.

Problèmes dermatologiques

Il existe un grand nombre de maladies de peau, dont certaines sont liées en particulier aux voyages dans des zones tropicales tandis que d’autres peuvent se produire partout. D’une manière générale, un problème dermatologique doit être pris particulièrement au sérieux s’il est étendu (c’est-à-dire qu’il touche l’ensemble du corps ou de larges zones) et s’il s’accompagne d’autres symptômes (fièvre par exemple).

Une consultation médicale doit avoir lieu rapidement si vous avez des rougeurs diffuses sur l’ensemble du corps et de la fièvre («rash» cutané pouvant être le signe de différentes maladies infectieuses plus ou moins dangereuses comme la dengue, la rougeole, une rickettsiose, une leptospirose ou encore une infection par le VIH); si vous avez des rougeurs sur le corps mais pas de fièvre (à moins d’un coup de soleil, il est possible qu’il s’agisse d’une allergie médicamenteuse); si votre peau et le blanc de vos yeux sont jaunâtres et vos urines sont foncées (vous pourriez avoir été infecté par un des virus de l’hépatite (A, B, C, etc.) ou avoir contracté la leptospirose, voire la fièvre jaune, qui constitue une urgence médicale).

En ce qui concerne les lésions localisées (pustules, sillons ou soulèvements de la peau, boutons, nodules, ulcérations, etc.), elles ne constituent en général pas une urgence médicale, mais peuvent tout de même être le signe d’une pathologie grave. Une consultation est indispensable pour établir un diagnostic précis, qui nécessitera parfois des examens approfondis tels que des analyses sanguines ou des prélèvements de tissus.

Malade au retour: faut-il consulter?

Si vous vous sentez mal après un voyage dans un pays tropical ou si vous pensez avoir été exposé à une infection au cours de votre séjour, il est utile de rendre visite à votre médecin. En effet, il faut vous assurer que vous ne souffrez pas d’une maladie grave pouvant vous mettre en danger et/ou être transmise à vos proches. Par exemple, une consultation médicale s’impose au retour d’un séjour en Afrique, en Asie ou en Amérique centrale et du Sud si vous avez une température corporelle supérieure à 38 °C (risque de malaria, mais aussi d’affections moins graves comme la grippe), en cas de diarrhée accompagnée de fièvre ou de sang dans les selles (risque d’infection bactérienne), de maux de tête persistants et/ou de douleurs dans la nuque (risque de méningite), de saignements des muqueuses ou sous la peau (risque de fièvre hémorragique telle que la fièvre jaune ou de fièvre due aux virus Ebola ou Lassa). D’autre part, si vous avez fait un long voyage assis, une forte douleur dans un mollet peut être le signe d’une thrombose. Consultez un médecin rapidement, car un caillot sanguin peut se détacher et obstruer un vaisseau pulmonaire, entraînant alors une affection respiratoire potentiellement fatale, l’embolie.

______

Extrait de J’ai envie de comprendre… Ma santé en voyage, de Pascaline Minet, en collaboration avec le Dr Blaise Genton et la Dre Laurence Rochat, Ed. Planète Santé, 2015.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Altitude
bienfaits_l’altitude

Les bienfaits de l’altitude

Vivre ou séjourner à moyenne altitude est bénéfique, surtout si on y fait de l’exercice. Tout particulièrement...
Lire la suite
Noyade
noyade_seche

La noyade sèche existe-t-elle?

Depuis le début du mois de mai, la Centrale Téléphonique des Médecins de Garde (CTMG) a reçu plus de...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_junior_mal_transports

Malade dans les transports, mais pourquoi?

Il y a plus de deux mille ans, Hippocrate – le père de la médecine – décrivait déjà le mal des transports. A l'époque, les gens ne se déplaçaient bien sûr ni en voiture, ni en avion, ni en train, mais en bateau. Et parfois, cela les rendait malades. Voici pourquoi.
eau_nourriture_voyage

L’eau et la nourriture en voyage: prudence!

Qui, en voyage, n’a jamais souffert de problèmes gastriques ou intestinaux liés aux changements de régime alimentaire? L’eau et la nourriture peuvent en effet être la cause de nombreux désagréments pouvant gâcher les vacances. Quelques conseils utiles pour limiter les risques.
long_sejour_etranger

Long séjour à l’étranger: comment se préparer?

Un séjour de longue durée à l’étranger entraîne statistiquement plus de risques d’attraper une maladie qu’un voyage de quelques jours ou semaines. Que vous partiez pour une mission humanitaire, une expatriation professionnelle ou un long voyage, des dispositions particulières sont donc à envisager. Sur place, adoptez de bons comportements afin de préserver votre santé tout au long du séjour.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Valérie d’Acremont, une spécialiste de la médecine tropicale

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Mal des transports: un conflit de sensations

Les plus sensibles d'entre-nous vivent le mal des transports comme un véritable cauchemar... et se voient même limités dans leurs activités et leurs déplacements. L'antidote enquête sur cette question.

Résistance aux insecticides chez les vecteurs du paludisme

La résistance de plus en plus forte des moustiques aux insecticides pourrait ruiner les efforts en matière de lutte contre la malaria.
Maladies sur le meme sujet
moustique qui transmet le paludisme

Paludisme

Appelé aussi malaria, le paludisme est une infection causée par un parasite microscopique (Plasmodium) transmis par la piqûre de la femelle d'une race de moustique.