«La neuro-pédiatrie est une spécialité multidisciplinaire par excellence»

Dernière mise à jour 24/11/20 | Questions/Réponses
pulsations_interview_Korff
Tandis que son domaine connaît une véritable révolution grâce à l’essor de la génétique, le Dr Christian Korff, responsable de l’Unité de neuropédiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), reste mobilisé sur des enjeux majeurs en lien avec le quotidien des enfants.

        

Quels sont les troubles dont souffrent les enfants adressés à l’Unité de neuropédiatrie des HUG?

Dr Christian Korff  Le domaine est vaste. Il inclut les nombreuses formes d’épilepsie, les céphalées, les mouvements anormaux (tics,  tremblements, etc.), les pathologies du muscle et  du nerf périphérique, le handicap au sens large, ainsi que les troubles complexes des apprentissages scolaires. La neuropédiatrie est une spécialité multidisciplinaire par excellence.

En effet, du fait de la rareté et la complexité des pathologies rencontrées, il est souvent nécessaire d’aborder en parallèle plusieurs aspects de la santé de l’enfant. De longue date, nous travaillons donc en synergie avec un grand nombre de collègues, personnel infirmier et des soins, neuropsychologues, neurologues ou encore spécialistes en génétique. La participation active des parents aux soins de leurs enfants fait également partie intégrante du suivi.

En quoi la génétique a-t-elle changé la prise en charge au sein de votre unité?

Depuis quelques années, un changement majeur de paradigme s’est opéré. Auparavant, il nous arrivait d’hésiter avant de lancer des investigations génétiques, souvent coûteuses et longues, le tout sans aucune garantie d’obtenir un diagnostic clair et encore moins de disposer de traitements appropriés. Pour ne citer qu’un exemple, aujourd’hui un diagnostic génétique peut être posé jusque dans 40% des cas impliquant un retard du développement et une épilepsie sévère. Il s’agit d’un progrès considérable, d’autant plus qu’un traitement spécifique peut parfois être proposé. Bien sûr, un long chemin reste à parcourir pour généraliser ces avancées…

Car rappelons-le, repérer un gène défectueux ne signifie pas trouver un traitement dans la foulée.

Effectivement. Les investigations génétiques sont d’une complexité inouïe: plus nous ouvrons de portes, plus nous en découvrons d’autres restant à forcer. Un gène défectueux n’explique pas forcément les symptômes de l’enfant. Comme souvent en médecine, tout résultat doit être interprété dans son contexte et mis en lien avec les bases cliniques de notre métier. Celles-ci incluent le dialogue et l’examen neurologique, éléments capitaux à ne pas négliger.

Les thérapies géniques, visant à «réparer» des gènes défectueux, demeurent extrêmement coûteuses. L’aspect financier est-il souvent en question?

C’est incontournable. Pour certaines pathologies neuromusculaires par exemple, une approche par thérapie génique est maintenant disponible. Ces prises en charge soulèvent de nombreuses questions éthiques, liées notamment aux coûts des traitements disponibles et à leur remboursement par les assurances. Des éléments à mettre en balance avec les bénéfices cliniques – réels ou espérés – pour les enfants et leurs familles. La science avance à pas de géant et le débat doit être ouvert. Nous multiplions nous-mêmes les échanges et les discussions à ce sujet, à l’instar du symposium d’éthique en neuropédiatrie que nous avons organisé aux HUG en février dernier, en présence d’experts et d’expertes de renommée internationale.

Que vous inspirent ces enfants que vous recevez, pour des pathologies souvent sévères et parfois sans perspective thérapeutique?

Les enfants ont une capacité de résilience et d’acceptation stupéfiante. Ils parviennent souvent à faire cohabiter un mélange d’abnégation et de courage avec un univers fait de jeux et de vie dans l’instant présent. Les pathologies touchant le système nerveux sont pourtant extraordinairement complexes à gérer au quotidien par les enfants eux-mêmes, leurs parents, leur fratrie. Le regard porté à leur encontre est souvent négatif. L’un des rôles capitaux de tous les membres de l’équipe de neuropédiatrie est de les accompagner pour que leur intégration dans la société soit la plus satisfaisante possible.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Burnout
LMD_burn-out_sortir

Burn-out, comment s’en sortir?

De plus en plus de personnes en Suisse souffrent d’épuisement professionnel. Avec l’aide d’un psychothérapeute,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_competences_reussir_ecole

Les compétences clés à cultiver pour réussir à l’école

Dans une nouvelle étude, des chercheurs et chercheuses de l’Université de Genève montrent que connaître les émotions, savoir coopérer et être habile avec son corps sont des compétences fondamentales pour les apprentissages mathématiques chez les plus jeunes enfants.
PS_premices_cortex_cerebral

Aux prémices du cortex cérébral

Siège de notre réflexion, du langage et de nos aptitudes les plus élaborées, le cortex cérébral est d’une complexité infinie que la recherche ne cesse d’explorer. Une récente étude genevoise lève le voile sur la façon dont il s’organise, étape par étape, à la naissance.
VS_soin_sante_mentale

Prendre soin de sa santé mentale: oui, mais comment?

Arrêter de fumer pour préserver les poumons, adopter une alimentation saine pour prévenir le risque de diabète ou d’infarctus: les recettes pour prendre soin de nos organes et artères sont désormais bien connues. Qu’en est-il de celles qui s’appliquent à notre santé mentale?