Mieux traiter les douleurs chroniques chez l’adolescent

Dernière mise à jour 02/12/14 | Article
Mieux traiter les douleurs chroniques chez l’adolescent
En moyenne, 25 à 35% des adolescents souffrent de douleurs chroniques, continues ou récurrentes, qui persistent depuis au moins trois mois. Ces plaintes, qui peuvent paraître banales, doivent alerter les professionnels de santé pour permettre une prise en charge adaptée.

Douleurs musculo-squelettiques, abdominales ou encore maux de tête: ce sont là des plaintes fréquentes chez les adolescents. Le plus souvent sans gravité, ces troubles occasionnent tout de même des consultations et des prescriptions pas toujours adaptées. Des études sur la question montrent d’ailleurs que «ces plaintes sont plus fréquentes si les conditions d’aisance familiale ou environnementales sont mauvaises (climat scolaire, précarité…)».(1)

Traitements ciblés

En cas de douleurs chroniques liées ou non à une maladie sous-jacente, il est essentiel d’impliquer activement l’adolescent et sa famille dans le suivi de la douleur. La prise en charge d’un adolescent se plaignant de douleurs chroniques ne doit occulter aucun aspect de sa vie, aussi bien sur le plan familial, environnemental que scolaire. Sur le plan physique, l’examen du corps de l’adolescent permettra d’appréhender sa posture et notamment de déceler une éventuelle posture antalgique (position que l’on prend pour soulager une douleur). D’autres aspects plus subtils, comme la relation à son corps (hygiène, tatouage, piercing, sur ou sous poids …) peuvent aussi être décelés et donner de précieuses indications. Une estimation de la croissance et des stades pubertaires permet de répondre à des inquiétudes sur la normalité des changements physiques propres à cet âge. Sur le plan psychologique, la recherche de troubles de l’humeur ou d’anxiété chez l’adolescent ou dans sa famille est importante, car souvent associée aux douleurs chroniques.

Cas pratique

Une consultation détaillée permet donc d’apporter des réponses au professionnel de santé pour juger de la marche à suivre. Cela se complique lorsque rien n’est décelable sur le plan physique, et que les douleurs chroniques n’ont pas une cause définie. Rencontrer l’adolescent avec ses deux parents, en plus de souder le noyau familial, permettra de mettre le doigt sur différents aspects, comme: l’impact de la douleur sur la vie de l’adolescent (relationelle, affective, consommations, activité physique, estime de soi,…), l’évaluation de la douleur de l’adolescent selon différents points de vue (père, mère, fratrie, entourage scolaire,…), le cadre de vie et les éventuels événements qui peuvent être liés à cette plainte, les antécédents de douleurs au sein de la famille (chez d’autres membres)., l’importance de la croissance et du développement (à la fois pour comprendre et soigner la douleur) S’il n’est pas possible de faire venir les parents, il est judicieux de questionner le jeune sur les réactions de son entourage face à sa douleur et à l’ impact de celle-ci sur sa vie quotidienne.

Résultats encourageants

La prise en charge globale d’un adolescent souffrant de douleurs musculo-squelettiques montre que la guérison ou l’amélioration très importante des symptômes reste possible. Les facteurs de succès sont : une  communication efficace entre le patient, sa famille et le réseau de soins et l’école ainsi que  la mise en place rapide d’un programme de remobilisation active par des physiothérapeutes formés à ces approches combiné à un suivi médical régulier qui sera adapté aux besoins du patient et de sa famille.  Ces traitements efficaces doivent donc tendre à se développer, car à l’heure actuelle, encore beaucoup d’enfants n’y ont pas accès.

_________

Référence

(1) Adapté de «Perdre du temps… pour en gagner. Mieux soigner l’adolescent souffrant de douleurs chroniques», Drs Anne Meynard et Françoise Narring, Programme adolescents et jeunes adultes Département de l’enfant et de l’adolescent et Département de médecine communautaire et de premier secours HUG, Genève. In Revue Médicale Suisse 2014:10:1287-91. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Les antidouleurs opioïdes tuent 40 fois par jour aux USA

Peu avant sa mort, Prince aurait été traité pour une overdose de médicaments opiacés. Ce genre d’accident explose outre-Atlantique, où les autorités sanitaires parlent de véritable épidémie.
Douleur chronique: il faut traiter

Douleur chronique: il faut traiter

Aujourd’hui, face à ces maux qui durent, épuisant le corps comme le moral, les traitements se multiplient.
Maladies sur le meme sujet
Lymphœdème

Lymphœdème

Le lymphoedème est un gonflement, le plus souvent du bras ou de la jambe. qui apparaît d’une manière insidieuse et a tendance à augmenter progressivement.

Goutte

Goutte

La goutte est due à un excès d'acide urique dans le sang et à une accumulation dans les tissus. Elle provoque le plus souvent des douleurs intenses des articulations.

syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

Syndrome douloureux régional complexe

Le SDRC est un état douloureux qui survient le plus souvent après un traumatisme (fracture) ou une opération d’un membre. Il peut aussi survenir à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

Symptômes sur le meme sujet

Maux de gorge

Mon enfant a mal à la gorge
peluche avec une oreille rouge

Mal à l'oreille

Mon enfant a mal à l'oreille
Playmobil

Arthralgies

J’ai mal à une/plusieurs articulation(s)