Des traces objectives de la douleur chronique

Dernière mise à jour 12/11/21 | Article
LMD_traces_objectives_douleur
Des chercheurs genevois et valaisans ont identifié des signatures biologiques de la douleur qui pourraient permettre de mieux soulager ce mal persistant.

Il y a douleur et douleur

Pour les personnes qui en souffrent, une douleur, d’où qu’elle vienne – du dos, de la tête, des articulations, d’un traumatisme, etc. – est une douleur. Mais pour les médecins, il existe divers types de douleurs chroniques qu’ils ont classifiées. Parmi elles figurent deux catégories principales.

Les premières sont dites «nociceptives». Elles résultent d’une activation des récepteurs situés au bout des fibres nerveuses (dans les muscles et les articulations par exemple). Ce sont celles que l’on ressent quand on souffre notamment d’une entorse, d’une fracture ou de rhumatismes.

Les secondes, dites «neuropathiques», découlent soit d’une atteinte d’une structure nerveuse due à la compression ou à la section d’un nerf, soit d’un trouble du fonctionnement de cette structure. Elles se manifestent en particulier lors d’une sciatique, chez les personnes amputées, chez certaines personnes souffrant du diabète ou encore d’un zona.

Un adulte sur cinq souffre de douleur chronique. Cela peut durer des mois, voire des années. Quand le mal s’est installé, il perturbe souvent la vie personnelle, professionnelle et sociale des personnes concernées que les médecins n’arrivent parfois pas à soulager. Cela pourrait changer grâce à des équipes de Genève et de Sion qui ont, pour la première fois, identifié dans le génome une trace biologique permettant de classifier la douleur.

Lorsqu’on se brûle ou que l’on subit un choc, on éprouve une douleur aiguë.  Cette sensation est positive, car elle permet de protéger l’organisme contre une menace et d’accélérer sa guérison. À l’issue de son parcours le long du système nerveux, le signal douloureux arrive au cerveau qui, «par un mécanisme de rétrocontrôle, envoie à son tour des messages aboutissant, à terme, à l’atténuer», précise Bertrand Léger, chef du Service recherche de la Clinique romande de réadaptation (CRR) à Sion (Valais).

Il en va tout autrement quand la douleur perdure au-delà de trois mois. Elle devient alors chronique et, dans ce cas, le mécanisme de rétrocontrôle perd de son efficacité. Chez de nombreuses personnes, des phénomènes de sensibilisation se mettent alors en place. Dans certains cas, «un stimulus qui, au départ, n’était pas douloureux, le devient – on ne supporte plus le contact d’un vêtement par exemple. Dans d’autres, une douleur qui était tolérable devient insupportable», explique le biologiste.

Un mal difficile à évaluer

Toutes les douleurs chroniques n’ont pas la même origine. Les cliniciens en distinguent plusieurs types, les principales étant celles nommées «nociceptives» et celles dites «neuropathiques» (lire l’encadré).

Pour soulager les patients et leur prescrire le traitement le mieux adapté (lire l’encadré), il faudrait savoir précisément de quelle douleur ils souffrent. Mais cela reste difficile, car la douleur est un phénomène subjectif dont il n’est pas possible de détecter la trace par des examens médicaux ni de mesurer l’intensité. Tout ce dont disposent les médecins sont des échelles visuelles, sur lesquelles les patients notent leur mal de 0 à 10, ou des questionnaires qu’ils remplissent. Ce mode d’évaluation n’est pas très précis. En outre, «il n’est utilisable que si la personne parle français, qu’elle est consciente ou qu’elle ne souffre pas d’un handicap mental», constate Ariane Giacobino, professeur au Département de génétique et développement de l’Université de Genève (UNIGE). 

La situation pourrait toutefois changer, puisque les chercheurs genevois et sédunois ont identifié des biomarqueurs, c’est-à-dire des signatures biologiques, permettant de classifier, objectivement, la douleur. 

À cette fin, les généticiens de l’UNIGE ont analysé la totalité du génome de 57 personnes traitées à la CRR – 20 ne ressentant aucune douleur, 18 ayant des douleurs nociceptives et 19 des douleurs neuropathiques. «Nous n’avions pas d’idées préconçues, précise la généticienne. Nous avons simplement voulu comparer les génomes de ces trois groupes de patients qui avaient fait l’objet de bilans médicaux très complets à la CRR.» 

Dans le génome, les chercheurs ont trouvé des paraphes de la douleur, non pas génétiques, mais épigénétiques. En d’autres termes, les signatures se trouvent non pas dans les gènes eux-mêmes mais dans la manière dont ils s’expriment – dont ils s’allument ou s’éteignent. «À notre surprise, note Ariane Giacobino, nous avons constaté que ces signatures ne se chevauchent pas puisque, selon que la douleur était nociceptive ou neuropathique, les gènes concernés sont très différents.» Dans le premier cas, il s’agit de gènes intervenant dans le système opioïde, qui est impliqué dans les émotions et le système de la récompense, mais aussi «dans le contrôle de la douleur», souligne Bertrand Léger. Dans le second, ils sont liés au système GABA, «un neurotransmetteur (messager chimique) qui, lui, inhibe la douleur». 

Analyse de sang

Ces biomarqueurs étant identifiés, il pourrait bientôt être possible, à partir d’une simple prise de sang, de les détecter dans le génome des patients. On saurait ainsi précisément de quel type de douleur ils souffrent. «Actuellement, les traitements sont administrés de manière assez empirique, reconnaît Bertrand Léger. À l’avenir, dès le début de la prise en charge, on devrait pouvoir choisir le médicament le mieux adapté.» L’analyse de ces signatures pourrait aussi permettre «de suivre l’évolution de l’intensité de la douleur et ainsi de contrôler l’effet du traitement», ajoute Ariane Giacobino. Il ne s’agit encore que de recherche fondamentale, mais elle est de nature à donner une lueur d’espoir à celles et ceux qui sont handicapés par des douleurs chroniques.

Des traitements différents

Les douleurs nociceptives et neuropathiques ne se traitent pas avec les mêmes médicaments. Si, dans les deux cas, les médecins ont souvent recours à des antalgiques ou à des anti-inflammatoires, «le traitement des douleurs neuropathiques est plus complexe», constate Bertrand Léger, chef du Service recherche de la Clinique romande de réadaptation à Sion. Il implique en effet des antidépresseurs, des antiépileptiques, des infiltrations des nerfs, etc., «qu’il pourrait être délétère de prescrire à quelqu’un qui n’en a pas besoin».

Quant aux médicaments opioïdes qui sont parfois aussi utilisés, ils ne sont pas très efficaces et entraînent une forte dépendance. Aux Etats-Unis, où ils ont été fréquemment prescrits, ils ont provoqué une véritable épidémie qui a entraîné de nombreux décès pour cause de surdose. Un problème dont l’Europe n’est plus épargnée.

______________

Paru dans Le Matin Dimanche le 07/11/2021

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Emotions
Supp_La Côte_hypersensibilité

Hypersensibilité: quand les émotions nous submergent

On les décrit comme des éponges émotionnelles, des personnes qui ressentent tout intensément, et souvent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Paysage

L’hypnose soulage les douleurs

Dans l’arsenal thérapeutique utilisé pour apaiser les douleurs aiguës ou chroniques, l’hypnose constitue une arme de choix.
La douleur sous hypnose

La douleur sous hypnose

Après de nombreuses représentations mystiques, l’hypnose est de mieux en mieux connue et utilisée dans le traitement de la douleur.
Douleur chronique: il faut traiter

Douleur chronique: il faut traiter

Aujourd’hui, face à ces maux qui durent, épuisant le corps comme le moral, les traitements se multiplient.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur la proctalgie fugace

Bastien Confino évoque une pathologie un peu particulière et méconnue bien que touchant 3% de la population: la proctalgie fugace.

Zoom sur ces antidouleurs qui tuent

Le chanteur américain Tom Petty est décédé en octobre 2017 d’une crise cardiaque provoquée par une overdose de médicaments contre la douleur.

Gros plan sur les douleurs post-opératoires

Huma Khamis s'intéresse à la douleur post-opératoire avec une question: "la chirurgie doit-elle toujours faire mal?"
Maladies sur le meme sujet
syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

Syndrome douloureux régional complexe

Le SDRC est un état douloureux qui survient le plus souvent après un traumatisme (fracture) ou une opération d’un membre. Il peut aussi survenir à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

Lymphœdème

Lymphœdème

Le lymphoedème est un gonflement, le plus souvent du bras ou de la jambe. qui apparaît d’une manière insidieuse et a tendance à augmenter progressivement.

Goutte

Goutte

La goutte est due à un excès d'acide urique dans le sang et à une accumulation dans les tissus. Elle provoque le plus souvent des douleurs intenses des articulations.

Symptômes sur le meme sujet
Playmobil

Arthralgies

J’ai mal à une/plusieurs articulation(s)