Prévenir très tôt les facteurs de risque

Dernière mise à jour 14/01/14 | Article
Prévenir très tôt les facteurs de risque
Des travaux sur des souris montrent que la vulnérabilité aux maladies psychiatriques peut se développer déjà au stade fœtal.

La psychiatrie vit des moments fascinants. Deux continents longtemps séparés, la médecine du corps (somatique) et celle de l’esprit (psychologique), se rapprochent, se touchent, se confondent. Du coup, leurs coutumes et leur langue fusionnent. Avant, les médecins parlaient organes, fonctions, lésions. Tandis que les psychiatres discutaient complexes, affects, représentations. Aujourd’hui, ils s’entendent sur des termes comme processus cérébraux, gènes, molécules ou protéines, et ils travaillent dans les mêmes laboratoires.

A la fois médecin, psychiatre et neurobiologiste, le Dr Alexandre Dayer, médecin adjoint agrégé au service des spécialités psychiatriques et professeur boursier du fonds national, est l’incarnation parfaite de cette convergence. Il codirige un axe de recherche dans un pôle de recherche national dans le domaine de la psychiatrie. Le sujet de sa recherche? L’importance des altérations précoces des circuits cérébraux dans l’émergence des maladies psychiatriques.

«La schizophrénie ou les troubles bipolaires touchent 1 à 2% de la population. Mais les diagnostics sont posés à un stade relativement tardif de la maladie. D’où un intérêt scientifique grandissant pour mieux comprendre leur apparition et pourquoi certaines personnes y sont plus vulnérables que d’autres», explique le chercheur.

Le Dr Dayer et son équipe, affiliés au département des neurosciences fondamentales, mènent cette étude en expérimentant sur des modèles animaux. «Nous avons montré que des facteurs génétiques associés aux maladies psychiatriques influencent la mise en place des circuits cérébraux au stade fœtal de la souris. Ces modifications précoces vont jouer un rôle à l’âge adulte et influer sur l’anxiété ou la réactivité au stress», reprend le Dr Dayer.

Prise de conscience

Ces résultats guident ensuite des recherches sur des groupes humains à risque, notamment dans le domaine de la périnatalité chez des mamans souffrant de troubles anxio-dépressifs pendant la grossesse et le post-partum. «Les psychiatres prennent conscience aujourd’hui de la nécessité d’intervenir de plus en plus tôt, et de prévenir des facteurs de risque survenant déjà pendant la périnatalité», relève le chercheur.

Les neurosciences nous enseignent qu’il existe, au cours du développement cérébral, des périodes critiques propres à chaque système: visuel, perceptif ou émotionnel. A un stade embryonnaire, lorsque les circuits neuronaux se mettent en place, il suffit de bloquer les transporteurs de la sérotonine (une protéine essentielle pour le bon fonctionnement du système nerveux) pour que le souriceau développe à l’âge adulte une prédisposition aux comportements anxieux.

A l’inverse, le traitement de l’anxiété, chez un sujet adulte, passe précisément par le blocage des transporteurs de sérotonine. «Le développement des circuits neuronaux et le fonctionnement adulte de ces mêmes circuits obéissent à des logiques différentes. De tels résultats, essentiels pour la compréhension des mécanismes neuronaux à la base des maladies psychiques, sont parfaitement imprévisibles. Seule l’expérimentation animale peut les révéler», conclut le chercheur.

Pulsations - juillet-août 2013

Article original: https://docs.google.com/viewer?url=http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/puls-juillet-aout2013.pdf&chrome=true

Articles sur le meme sujet
VS23_depression_armes_combattre

Dépression: quelles armes pour la combattre?

Psychothérapie, antidépresseurs, phytothérapie, activité physique, yoga, méditation de pleine conscience, musicothérapie, vitamine D, fleurs de Bach: l’arsenal à disposition pour lutter contre la dépression semble infini. Mais prudence…
GEN22_happer_conjoint_depressif

Comment ne pas se laisser happer par un conjoint dépressif?

La dépression est un mal qui ronge près d’une personne sur dix. Pour les proches, le conjoint en particulier, la maladie peut entraîner des répercussions importantes. Comment aider son partenaire atteint d’un syndrome dépressif tout en se préservant soi-même?
GEN22_perte_elan

Perte d’élan: faut-il s’inquiéter?

Réaction normale après le tsunami qu’a représenté la pandémie de Covid-19 ou vraie dépression? Nombreuses sont les personnes à avoir senti leur moral s’assombrir et qui peinent, aujourd’hui encore, à faire face. Comment en sortir? Pistes de réflexions.
Videos sur le meme sujet

Des actifs alimentaires contre la dépression

Une équipe de chercheurs française a découvert que la dépression pourrait être soignée en rééquilibrant "le microbiote" dans la flore intestinale avec une combinaison dʹactifs alimentaires.

Sérotonine et dépression: une relation remise en question

Le lien entre dépression et sérotonine, un neurotransmetteur souvent associé à lʹétat de bonheur, est connu depuis longtemps par la communauté scientifique.

La kétamine au secours de la dépression

La kétamine au secours de la dépression.
Maladies sur le meme sujet

Schizophrénie

On utilise parfois le terme de «psychose», qui s’applique à un ensemble de maladies psychiatriques dans le cadre desquelles apparaissent des symptômes psychotiques tels que des hallucinations, des idées délirantes ou une désorganisation de la pensée: la schizophrénie n’est cependant qu’un cas particulier de psychose. Dans le langage courant, on confond régulièrement la schizophrénie avec le dédoublement de la personnalité, qui est une entité complètement différente.

Anxiété

Anxiété

L'anxiété est un sentiment de tension interne. Normale dans certaines situations, elle peut aussi révéler des maladies ou devenir gênante au quotidien.

Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)

Angoisse

Je suis angoissé(e)