Une app pour connaître son état de santé en temps réel

Dernière mise à jour 12/06/18 | Audio
Loading the player ...
Stéphane Délétroz présente une application de santé connectée en cours de développement.

Incorpus se définit comme une interface intelligence entre son état physiologique, ses différents modes de vie, son coach et son médecin. Cette appli repose sur un système de mesure encore très peu utilisé pour le grand public: la variabilité de la fréquence cardiaque et un algorithme maison.

Les détails avec le médecin Pascal Zellner, président de l’Ifremont, l’Institut de formation et de recherche en médecine de montagne et fondateur de Be.care.

Le site d'Incorpus

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Fin de vie et soins palliatifs

Soins palliatifs: vivre le temps qui reste

Les soins palliatifs, c’est une démarche qui vise à aider les personnes gravement malades atteints de maladies incurables à maintenir une certaine qualité...
Lire la suite
Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Relation patient - médecin

Patients-soignants: vers une relation de confiance

Les relations entre les patients et les soignants ont évolué. Aujourd'hui le corps médical doit aussi être à l'écoute, collaborer et établir une relation...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
«Mieux informés, les patients contribuent à une médecine plus intelligente»

«Mieux informés, les patients contribuent à une médecine plus intelligente»

«Empowerment» du patient, littératie en santé, décisions partagées… sont les nouveaux codes de la santé. Décodage avec le Pr Jean-Michel Gaspoz, directeur du Département de Médecine communautaire, de premier recours et des urgences des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Cohorte «All Of Us»: un million d’Américains appelés à participer

La santé personnalisée à la rencontre des citoyens

Il sillonne la Suisse romande pour informer la population des enjeux de la médecine personnalisée. Le bus «À notre santé!» fait une halte au Salon valaisan de la santé. Informations, partage et expériences seront au rendez-vous.
Big data: pour le meilleur et pour le pire

Big data: pour le meilleur et pour le pire

Les données, désormais produites en masse, sont à l’origine de l’essor de la médecine personnalisée.
Videos sur le meme sujet

La 3D pour tester en 5 jours les traitements personnalisés

Des chercheurs genevois et lausannois font faire à la recherche un nouveau pas en direction de la médecine personnalisée dans le traitement du cancer.

Big data: que doit-on savoir? Faut-il en avoir peur?

De plus en plus de données sont accumulées dans les instituts de recherche et les hôpitaux, avec la promesse de pouvoir les exploiter pour améliorer des soins de santé et la compréhension des maladies.