Entre justice et médecine

Dernière mise à jour 26/09/11 | Article
Autopsies, constats d’agressions sexuelles ou de lésions traumatiques, expertises, le médecin légiste navigue entre deux mondes. Plongée dans cet univers avec la Dre Sandra Burkhardt.

« Centrale de police : une dame de 80 ans vient d’être retrouvée morte par un proche au pied de son lit. Venez sur place pour la levée de corps. »

L’unité de médecine forensique effectue quelque 200 autopsies par an.

L’unité de médecine forensique effectue quelque 200 autopsies par an.

La Dre Sandra Burkhardt, médecin adjointe agrégée à l’unité de médecine forensique (UMF), rattachée au centre universitaire romand de médecine légale, raccroche le téléphone de garde et se rend sur les lieux. Elle examine le corps, relève les paramètres utiles pour estimer l’heure de la mort (température, lividité, rigidité), passe en revue les autres pièces à la recherche d’indices (désordre, médicaments), s’entretient avec les proches et la police. « Nous signons un certificat de décès s’il s’agit clairement d’une mort naturelle. Par contre, si nous relevons un indice ou signe de mort violente ou que l’origine du décès est indéterminée, nous établissons un constat de décès et la justice nous mandate en principe pour une autopsie », explique-t-elle. Dans ce cas, une boîte vide d’anxiolytiques sème le doute : serait-ce un suicide ?

Rendez-vous le lendemain matin au Centre médical universitaire. Gants en kevlar pour éviter toute blessure, blouse, bonnet, lunettes de protection, tel un chirurgien, et assistée d’un préparateur en pathologie et d’une stagiaire médecin, elle procède d’abord à l’examen externe. Puis, le corps est ouvert de haut en bas. Le costotome, sorte de ciseaux servant à couper les côtes, permet d’accéder aux organes. Bribes de conversations : « Mesures du foie : 23 x 10 x 5,5 cm. Le coeur fait 398 gr. Tu peux m’aider à sortir les intestins ? » Des prélèvements ont lieu sur chaque organe et seront envoyés pour analyse aux laboratoires d’histologie et de toxicologie.

Intérêt scientifique

L’analyse microscopique est un élément de diagnostic essentiel.

L’analyse microscopique est un élément de diagnostic essentiel.

Trois heures plus tard, et avant même ces résultats, la cause  du décès semble connue et vraisemblablement naturelle: «Il y a une nécrose de la paroi de l’intestin sur 30 cm et les reins sont pâles parce que la personne a perdu beaucoup de sang. Elle est certainement morte d’une hémorragie interne consécutive à un infarctus de l’intestin», explique la médecin légiste. L’UMF procède à quelque 200 autopsies par an. Le contact quotidien avec des cadavres? «Ce n’est pas anodin. Il faut se couper de la réalité. Paradoxalement, les levées de corps sont plus difficiles: il y a une histoire, une ambiance, l’intimité de la personne, alors qu’en salle d’autopsies, l’intérêt scientifique prévaut sur le sentiment désagréable. Le soir, m’occuper des repas ou des devoirs m’aide à décompresser. »

Des fragments d’organes sont prélevés, fixés en formol et envoyés au laboratoire d’histologie.

Des fragments d’organes sont prélevés, fixés en formol et envoyés au laboratoire d’histologie.

Autre décor : la Maternité. Une infirmière prend en charge aux urgences gynécologiques une femme, victime d’un viol. Elle appelle la Dre Burkhardt et une collègue gynécologue pour un constat d’agression sexuelle. « Nous faisons une seule consultation pour éviter deux examens successifs à la victime. Ma mission est de constater les lésions sur l’ensemble du corps – hormis la zone génitale relevant de la compétence du gynécologue – et de procéder aux prélèvements médico-légaux au cas où la patiente dépose plainte auprès du procureur », explique-t-elle.

Kit pour les constats d’agression sexuelle.

Kit pour les constats d’agression sexuelle.

Expertises spéciales

Le médecin légiste est aussi amené à observer des lésions traumatiques sur les victimes de violence ou les auteurs présumés de délit, à la demande des autorités judiciaires et avec l’accord de la personne concernée. Il est sollicité dans d’autres situations, notamment l’estimation d’âge biologique chez des personnes se déclarant mineures au juge, l’expertise sur dossier en responsabilité médicale, l’évaluation d’une mise en danger de la vie, l’interprétation de lésions sur photographies, la participation à des reconstitutions, le témoignage au tribunal en qualité d’expert. « Nous sommes une interface entre justice et médecine. J’aime cette variété d’activités, ce contact avec les familles, la police, la justice, de pouvoir apporter un éclairage sur les éléments médicaux des dossiers », avoue la Dre Burkhardt.

Lors de l’examen externe, les lésions constatées sont annotées, puis répertoriées dans le rapport d’autopsie.

Lors de l’examen externe, les lésions constatées sont annotées, puis répertoriées dans le rapport d’autopsie.

Source

Pulsations - mars 2011 / Photos : Julien Gregorio / Phovea

Article original: http://www.hug-ge.ch/_library/pdf/Actualite_sante/Journal_Pulsations_03_2011/p10_11_REPORTAGE.pdf

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Hôpital et cabinets médicaux
medecine_famille_mutation

La médecine de famille en pleine mutation

Vieillissement de la population, augmentation des maladies chroniques, hausse des coûts de la santé:...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
juge_psychiatre

«Un juge et un psychiatre peuvent travailler ensemble»

L’un, Jean Fonjallaz, est docteur en droit et juge fédéral au Tribunal fédéral. L’autre, Jacques Gasser, est professeur à la faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne et directeur du Département de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). A deux, ils ont entamé un dialogue sur les rapports entre la justice et la psychiatrie. Leur ouvrage, Le juge et le psychiatre*, fait la lumière sur le rôle de chacun et les relations entre la justice pénale et la psychiatrie.
Puls_Grabherr_autopsie

Autopsie d’une passion

A 37 ans, Silke Grabherr est non seulement la directrice du Centre universitaire romand de médecine légale, mais également celle qui est parvenue à mettre au point l’angiographie post-mortem. Une technique aujourd’hui plébiscitée dans le monde entier. Portrait entre deux avions, deux autopsies, deux tranches de vie.

Planète Ciné, des films pour parler de santé

Burnout, addictions, médecine du futur… De nombreuses productions cinématographiques récentes abordent des questions de santé. Grâce à une dizaine de projections et des tables rondes animées par des experts, le cinéma fait son entrée au salon Planète Santé live. Trois questions à Alexandre Wenger, spécialiste en humanités médicales, professeur à la faculté de médecine de l’UNIGE et responsable de Planète Ciné.
Videos sur le meme sujet

La 2e victime d'une erreur médicale

Les médias évoquent régulièrement des erreurs médicales.

Rencontre avec Marc Augsburger, un spécialiste de la médecine légale

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Le destin des déchets anatomiques

Que deviennent les parties détachées du corps humain: placenta, biopsie, échantillons biologiques, adn?