Médecine légale: ces morts violentes que personne ne détecte

Dernière mise à jour 19/04/17 | Vidéo
Au moment de déclarer un décès, des accidents, des suicides ou même des meurtres seraient parfois considérés à tort comme des morts naturelles. Des erreurs aux conséquences légales et humaines désastreuses, pour la justice comme pour les proches.

(TEXTE Aude Raimondi)

Lors d’un décès dans un milieu non médicalisé, par exemple à domicile, les médecins appelés sur place pour constater la mort sont souvent des généralistes. Or, ceux-ci n’ont pas toujours reçu de formation spécifique en médecine légale, une branche peu présente dans leur cursus universitaire. Un manque de formation qui pourrait expliquer pourquoi, parfois, d’importantes blessures ne sont pas relevées. Par ailleurs, la Suisse ne compte que sept instituts spécialisés dans ce domaine, dont un seul en Suisse romande.

Des chiffres qui interpellent

Il y a trois ans déjà, Christian Jackowski, directeur de l’Institut médico-légal de Berne, citait de sérieuses études allemandes aux résultats inquiétants. Plus de la moitié des morts violentes ne seraient pas détectées, la faute à un examen du corps déficient. Selon lui, la Suisse n’est pas en reste: «Je suis convaincu que ces chiffres sont réels, déclare-t-il. Dans notre travail quotidien, nous voyons régulièrement des morts violentes qui ne sont pas repérées lors du premier examen du corps». A noter que lorsque le médecin responsable de constater le décès certifie une mort naturelle, aucun autre examen complémentaire n’est en principe effectué.

Des erreurs parfois grossières

Or, d’importantes erreurs peuvent être commises. Récemment à Berne, un homme âgé est retrouvé mort, effondré devant le lavabo de sa salle de bains. Le médecin de famille appelé sur place reste à distance et remplit le certificat de décès en cochant la case «mort naturelle». Plus tard, lorsque l’employé des pompes funèbres soulève le corps, il découvre un couteau et de nombreuses plaies à l’abdomen. L’enquête démontrera qu’il s’agissait en fait d’un suicide, une mort violente qui a bien failli ne pas être identifiée comme telle.

Il est temps d’agir

Des mesures sont néanmoins envisagées afin de pallier le problème. Certains cantons, comme le Valais, ont engagé un médecin légiste pour venir en aide aux intervenants sur le terrain. Dans plusieurs pays étrangers comme l’Allemagne, un second examen du corps est obligatoire avant toute incinération. Une solution qui pourrait permettre de réduire le nombre d’erreurs.

______

Une émission 36.9 - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Fin de vie et soins palliatifs

Soins palliatifs: vivre le temps qui reste

Les soins palliatifs, c’est une démarche qui vise à aider les personnes gravement malades atteints de maladies incurables à maintenir une certaine qualité...
Lire la suite
Santé personnalisée

Santé personnalisée, une santé sur mesure

C’est l’histoire d’une médecine sur mesure, de précision, qui propose une analyse moléculaire pour chaque patient, pour chaque maladie, et un traitement...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
experts_tele

«Les Experts» dans la vraie vie, mieux qu'à la télé

Sur petit écran, le médecin légiste démasque l’assassin en un temps record, aidé d’une technologie clinquante. Dans la réalité, tout va moins vite, mais les prouesses se révèlent bien plus impressionnantes. Contre-enquête menée avec la professeure Silke Grabherr, directrice du Centre universitaire romand de médecine légale.
juge_psychiatre

«Un juge et un psychiatre peuvent travailler ensemble»

L’un, Jean Fonjallaz, est docteur en droit et juge fédéral au Tribunal fédéral. L’autre, Jacques Gasser, est professeur à la faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne et directeur du Département de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). A deux, ils ont entamé un dialogue sur les rapports entre la justice et la psychiatrie. Leur ouvrage, Le juge et le psychiatre*, fait la lumière sur le rôle de chacun et les relations entre la justice pénale et la psychiatrie.
Puls_Grabherr_autopsie

Autopsie d’une passion

A 37 ans, Silke Grabherr est non seulement la directrice du Centre universitaire romand de médecine légale, mais également celle qui est parvenue à mettre au point l’angiographie post-mortem. Une technique aujourd’hui plébiscitée dans le monde entier. Portrait entre deux avions, deux autopsies, deux tranches de vie.
Videos sur le meme sujet

La 2e victime d'une erreur médicale

Les médias évoquent régulièrement des erreurs médicales.

Rencontre avec Marc Augsburger, un spécialiste de la médecine légale

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Le destin des déchets anatomiques

Que deviennent les parties détachées du corps humain: placenta, biopsie, échantillons biologiques, adn?