Savoir-être : du cockpit au bloc opératoire

Dernière mise à jour 18/07/17 | Article
cockpit_bloc_operatoire
Ancien pilote chez Swissair, François Emery donne des cours de gestion des ressources d’une équipe –Crew Resource Management (CRM)– aux médecins. Il s’inspire des processus mis en place dans l’aviation pour valoriser le «savoir-être». Un moyen de mieux faire circuler les informations et d’éviter erreurs et accidents. Interview.

Bio express

1955 Naissance à Cheseaux-sur-Lausanne.

1977 Brevet d’instituteur.

1982 Entrée à l’Ecole Suisse d’Aviation de Transport.

Dès 1984 Pilote chez Swissair.

1992 Devient formateur CRM.

2014 Prend sa retraite de pilote. Depuis, il donne des formations.

Planète Santé: Comment un ancien pilote peut-il venir en aide au personnel médical?

François Emery: Dans chaque métier, il y a tout un savoir-faire qui est enseigné, mais il est rarement question de communication, d’interaction au sein d’une équipe. Suite à un grave accident survenu aux États-Unis en 1978, l’aviation a mis en place une formation sur le savoir-être. J’ai moi-même dirigé un groupe de travail chez Swissair qui a établi des cours pour pilotes axés sur la gestion du stress et du conflit, le travail sur la critique, entre autres. C’est ce que j’enseigne au personnel médical.

 

Quelles sont les similitudes entre les métiers de pilote et de médecin?

Avant toute chose, ce sont des êtres humains qui doivent interagir entre eux. Une mauvaise communication peut mener à la catastrophe. Si le commandant de bord n’écoute pas l’hôtesse qui a constaté un problème en cabine, ou si le médecin ne prend pas en considération les informations de l’infirmière sur l’état du patient, cela peut avoir de graves conséquences.

 

Que peut-on faire pour éviter cela?

Il faut apprendre à écouter et à gérer les problèmes ensemble. Dans un grand nombre d’entreprises, on dépense une énergie incroyable en gestion de crise. En améliorant les rapports humains, on parvient à utiliser cette énergie pour faire le travail correctement et avancer. Par exemple, si un chirurgien fait des remarques sexistes dans la salle d’opération, comment voulez-vous que les soignantes parviennent à communiquer avec lui en cas de problème?

 

Que peut-on changer pour que les informations circulent mieux?

Il faut commencer par apprendre la «communication en boucle». Lorsque deux personnes se parlent, il y a un émetteur et un récepteur. L’information part de l’émetteur (la personne qui a la parole), passe à travers différents filtres sociétaux, et arrive à l’émetteur (celui qui écoute). Ce dernier doit ensuite être en mesure d’émettre à son tour le message reçu, de le reformuler. Cela nous arrive à tous de parler entre deux portes, de ne pas s’assurer que le message ait bien été entendu et compris. Dans la vie de tous les jours, ça ne prête pas forcément à conséquence, mais il en va autrement dans une salle d’opération ou dans un cockpit. Être capable d’écouter, d’entendre et de saisir les conséquences du message reçu peut sauver des vies. Certains accidents d’avion auraient certainement pu être évités si l’écoute avait été meilleure entre le commandant et l’équipage.

 

Que faire une fois que l’erreur a été commise?

Il faut l’utiliser pour éviter les suivantes. C’est ce qu’on appelle la culture de l’erreur.

 

De quoi s’agit-il?

Dans un premier temps, plutôt que de systématiquement punir les mauvais comportements, on commence par récompenser les bons. Ensuite, lorsqu’une erreur survient, on la partage avec l’équipe, on l’analyse et on regarde comment elle aurait pu être évitée. Ainsi, cette faute peut être profitable au reste du personnel. Une erreur dissimulée a bien des chances de se reproduire. Je ne parle évidemment pas de violation des règles ou de négligence, des comportements qui doivent être immédiatement sanctionnés.

 

Meilleure communication et culture de l’erreur suffisent à éviter les accidents?

En partie, mais il faut aussi penser à travailler dans «l’ici et le maintenant». Ne pas taper un SMS en conduisant, ne pas poser son dossier négligemment sur le plateau stérile destiné à la salle d’opération… Etre attentif à ce qu’on fait, ne pas laisser le stress ou la pression de l’entourage guider nos gestes.

«L’avance de l’aviation dans le domaine de la gestion des erreurs est profitable au monde médical»

La formation de CRM donnée à Espace Compétences s’inscrit dans le cursus de Management pour médecins cadres. Le Pr Bernard Vermeulen, directeur de l’Hôpital neuchâtelois, est à l’origine de cette formation. Il explique: «Les médecins connaissent tout ce qui est scientifique et clinique, mais n’ont pas les outils pour gérer les personnes. Grace à ces cours, ils apprennent à écouter et respecter leurs collaborateurs, à prendre conscience de leur façon de fonctionner, à mieux s’organiser et à atténuer ainsi l’angoisse liée à la gestion d’une équipe.»

Xavier Degallier, médecin adjoint à l’Hôpital intercantonal de la Broye, constate à quel point l’avance prise par l’aviation dans le domaine de la gestion des erreurs est profitable au monde médical. Il explique: «Dans ses cours, François Emery nous a rendus attentifs au fait que si trois petits éléments se sont mal déroules dans la journée, il faut être plus vigilants durant les heures qui suivent, puisque le risque d’erreur est alors augmenté. Ces détails doivent servir d’alerte pour nous permettre de réaliser que nous ne sommes peut-être pas concentrés ou dans le bon état d’esprit. La vigilance dans le détail est de mise à ce moment!»

______

Paru dans Planète Santé magazine N° 26 - Juin 2017

A LIRE AUSSI

Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Don du sang

Don du sang: vrai ou faux?

Le sang est un thème fortement émotionnel. Il draine toutes sortes de fausses croyances. Certaines peuvent...
Lire la suite
Caisse et assurance maladie
Chirurgie de l’obésité: quelle prise en charge par l’assurance de base?

Chirurgie de l’obésité: quelle prise en charge par l’assurance de base?

La chirurgie de l’obésité est prise en charge par l’assurance-maladie de base à certaines conditions....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS37_hospitaliser_canton_pieges

Se faire hospitaliser dans un autre canton: attention aux pièges!

En Suisse, les patients couverts par l’assurance-maladie de base bénéficient du «libre choix» de l’hôpital en ce qui concerne le traitement hospitalier, de sorte qu’il est possible de se faire hospitaliser dans un autre canton. Ce «libre choix» est toutefois régi par des règles dont il convient de tenir compte afin d’éviter des mauvaises surprises en ce qui concerne le remboursement.
PULS_robots_enfants_hospitalises

Hoppy et Billy, robots de compagnie en pédiatrie

«Il aide beaucoup mon fils durant ses soins pas très sympathiques. Il nous aide aussi à passer le temps, qui est parfois bien long aux soins intensifs.» Celui dont parle Caroline, maman de Hugo, 7 ans, n’est ni un infirmier, ni un médecin, mais… un robot.
avenir_systeme

Quel avenir pour notre système de santé?

Face aux évolutions majeures de notre société, le système de santé doit s’adapter et entamer sa mue. Mais comment? Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d'État vaudois et chef du Département de la santé et de l'action sociale, nous livre son point de vue.
Videos sur le meme sujet

En direct de la Clinique romande de réadaptation

Dans certains cas de maladie ou d'accident, un séjour en hôpital ne suffit pas.

La CRR et la réadaptation en général

La Clinique romande de réadaptation (CRR) de Sion appartient à la Suva, la Caisse nationale suisse dʹassurance en cas dʹaccidents.

Les évolutions du métier d’infirmier-ère

Le système de santé évolue pour faire face à la transition épidémiologique et aux besoins des patients et de leurs proches. Les infirmiers-eres contribuent à cette transformation.