Dans la recherche aussi, le Covid aggrave les inégalités

Dernière mise à jour 05/04/22 | Questions/Réponses
PULS_rencontre_ageron_gayet
La Pre Angèle Ageron-Gayet, médecin adjointe agrégée au Service d’épidémiologie clinique des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et professeure au Département de santé et médecine communautaires de l’Université de Genève, s’intéresse à la participation des chercheuses dans la production scientifique.

   

Vous vous intéressez depuis longtemps aux biais de genre dans la production scientifique. Quel a été l’impact de la pandémie?

Pre Angèle Ageron-Gayet: Dès 2018, le projet ATHENA, fondé sur une collaboration internationale entre l’Université de Genève, les HUG et plusieurs pays, est né, soutenu par un fonds national. Il vise à évaluer si les chances de publication – un marqueur important de la promotion académique – diffèrent entre les hommes et les femmes. Le prestigieux British Medical Journal et plusieurs autres revues scientifiques m’ont fourni un accès à leurs données pour les analyser. Lorsque le Covid est arrivé, nous avons trouvé intéressant de faire une comparaison entre ce qui était soumis avant et après la pandémie et d’analyser les places phares occupées par les femmes auteures, en particulier dans les études traitant du Covid-19 et donc réalisées en pleine pandémie.

Nous nous sommes penchées sur trois places en particulier: celle de premier ou première auteure (c’est-à-dire la personne qui en général a contribué le plus au papier), celle de dernier ou dernière auteure (occupée par celui ou celle qui chapeaute l’ensemble de la recherche) et, enfin, celle d’auteur ou auteure de correspondance (occupée par la personne qui peut répondre à toutes les questions sur l’étude).

Les résultats obtenus font état d’une diminution de près de 20% de femmes premières auteures lors de cette période. Que s’est-il passé?

x 2

Lorsque la dernière auteure (poste de supervision générale de la recherche) est une femme, il y a deux fois plus de chances que la première auteure en soit une également.

À la base, il y a déjà une différence de visibilité flagrante entre les hommes et les femmes dans la production scientifique. En 2018, les chiffres montraient à peu près 40% de femmes premières auteures et environ 20% de dernières auteures, qui est la place la plus «senior». Durant la crise, une baisse générale de la participation des femmes dans la production scientifique a été observée, toutes places confondues. Cette perte de visibilité était surtout très marquée durant les premiers mois de la pandémie, qui correspondaient à une période de confinement à travers le monde et aussi à une surcharge de travail dans le milieu des soins. Les femmes auraient porté le plus lourd tribut de l’organisation familiale et celles qui étaient impliquées à la fois sur des activités de recherche et de soins ont dû délaisser leurs travaux de recherche pour se concentrer en priorité sur la clinique et la réorganisation des enseignements. Ces constats faits par d’autres chercheurs pourraient expliquer en partie nos résultats.

Quelles pistes proposez-vous pour réduire ces inégalités?

Il y a un énorme travail à mettre en œuvre pour aller vers plus d’égalité, à commencer par l’éducation de nos enfants. Ensuite, il faut adapter nos modes de fonctionnement familiaux et de travail, proposer une organisation plus flexible afin de ne pas bloquer les femmes dans leur désir de progression et leur donner le même accès que les hommes aux postes de direction. Plus concrètement, il y a aussi des incitatifs à mettre en place. Le système des quotas pour l’attribution de certains postes à responsabilités, par exemple, ou la shortlist de candidatures uniquement féminines utilisée en Angleterre dans certains partis politiques sont, selon moi, des modèles intéressants. La question des modes de leadership doit aussi être repensée avec l’application de nouveaux modèles de management. Enfin, le nouveau CV facultaire adopté par notre université donne moins de poids à des indicateurs de production scientifique, connus pour être discriminants, ce qui est un excellent moyen de diminuer les inégalités.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Droits du patient
juridique_medicale_concubin

En matière médicale, le conjoint ou le concubin a-t-il son mot à dire?

Face à un problème de santé, le choix d’un traitement ou son refus incombent au patient. En cas d’incapacité...
Lire la suite
Dossier médical
PS45_numeriser_donnees_sante

Pourquoi numériser les données de santé?

L’échange d’informations entre les différents acteurs du système de santé permet d’améliorer la prise...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_materiovigilance

La matériovigilance veille sur nous

De la simple compresse au respirateur, rien ne doit échapper à l’équipe de matériovigilance des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) pour assurer la sécurité des patient·es. Dix secteurs clés de l’hôpital y contribuent également, évitant ainsi des préjudices graves aux personnes soignées.
Illustré_médecine_genre_inverser_recherches

Médecine: et si on parlait de sexe en même temps que de genre?

De nombreuses différences hommes-femmes ne sont pas assez considérées dans les prises en charge médicales. Le point avec la professeure Carole Clair, spécialiste de la question.
pulsations_but_tout_toujours_parfait

Stérilisation: «Notre but est que tout soit toujours parfait»

Le travail du Service de stérilisation des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sort rarement de l’ombre. Pourtant, ses missions sont capitales pour le bon fonctionnement de l’hôpital. Visite de ces locaux remplis de puissantes machines en compagnie d’Audrey Piégay, responsable de secteur.
Videos sur le meme sujet

En direct de la Clinique romande de réadaptation

Dans certains cas de maladie ou d'accident, un séjour en hôpital ne suffit pas.

La CRR et la réadaptation en général

La Clinique romande de réadaptation (CRR) de Sion appartient à la Suva, la Caisse nationale suisse dʹassurance en cas dʹaccidents.

Les évolutions du métier d’infirmier-ère

Le système de santé évolue pour faire face à la transition épidémiologique et aux besoins des patients et de leurs proches. Les infirmiers-eres contribuent à cette transformation.