«J’ai foi en l’humain»

Dernière mise à jour 25/11/20 | Article
P20-04_Hans Wolff
Dans les couloirs sombres des prisons, le professeur Hans Wolff, chef du Service de médecine pénitentiaire des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) depuis 2007, avance l’œil clair. Équité, justice et liberté sont ses maîtres-mots.

Biographie

1963 Naissance à Rottweil, en Allemagne.

1968-1975 Scolarité à Istanbul, Turquie.

1992 Doctorat de médecine à Marburg, en Allemagne.

1993 Début d’activité aux HUG.

1998-2004 FMH en médecine interne, puis master en santé publique.

2012 Membre de la Commission centrale d’éthique de l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM).

Dès 2013 Représentant de la Suisse auprès du Comité européen pour la prévention de la torture du Conseil de l’Europe (CPT).

«Pour entrer à Champ-Dollon, il faut passer sept portes, plus épaisses les unes que les autres. Après mes premières visites, je ressentais très intensément l’enfermement, puis ce vent de liberté lorsque je repartais à vélo», se souvient le Pr Hans Wolff. Des destins qui basculent, il en a vu plus d’un: «Les gens qui sont derrière les barreaux sont comme vous et moi. Un jour, ils ont commis un crime ou un délit et la grande majorité le regrette toute leur vie», observe-t-il. Mais certains ont cumulé de nombreuses difficultés, avec souvent des traumatismes dès l’enfance. Hans Wolff, lui, mesure sa chance d’être bien né.

À l’âge de 5 ans, il quitte l’Allemagne pour la Turquie. Son père enseigne les mathématiques et la physique à l’école allemande d’Istanbul. «Je passais beaucoup de temps dehors, je parlais le turc.» Vivre à l’étranger façonne le garçon: «J’ai connu la position de migrant, même si nous étions privilégiés.» Une ouverture sur le monde qui lui sert aujourd’hui lorsqu’il arpente les couloirs de Champ-Dollon, qui abrite 115 nationalités. À douze ans, il retourne en Forêt noire: «C’était l’automne, il faisait froid, la solitude liée au déracinement pesait. Jouer dans une équipe de volley-ball m’a permis de m’intégrer.»

Puis vient le temps des études. Au droit et à l’enseignement, Hans Wolff préfère la médecine, guidé par son intérêt pour l’humain. «Je voulais un métier que je pouvais exercer partout dans le monde». À la fin de son cursus, il part à Genève avec son épouse, médecin elle aussi. C’est là, à la Policlinique de Médecine dirigée par Hans Stalder, que sa fibre pour la médecine sociale et communautaire se révèle: «J’ai travaillé au développement de l’accès aux soins pour les personnes sans domicile fixe.» Très touché par cette expérience, Hans Wolff ressent le privilège de pouvoir œuvrer à plus de justice sociale. Son chef lui demande de reprendre le Service de médecine pénitentiaire. Il accepte ce poste très exposé aux critiques: «Cette spécialité est perçue comme une médecine de seconde zone. Tout le monde a un avis sur la prison, d’où la nécessité de faire preuve de transparence et d’excellence, par la recherche scientifique et une bonne communication.» Il apprécie de pouvoir compter sur un appui fort des autorités hospitalières. Son réseau dépasse la seule Genève internationale. Hans Wolff a visité plus de cent lieux de privation de liberté, dans plus de vingt pays différents. En tant que membre du Comité Européen de prévention de la torture (CPT), il milite, en Suisse et dans le monde, pour le respect de l’individu, des droits humains, et pour une équivalence des soins à l’intérieur des prisons: «Mes patients sont des patients, pas des prisonniers. Tout le défi de la médecine est d’envisager le patient comme une personne et d’être dans une relation thérapeutique.»

Les défis sanitaires en prison sont vastes: addictions, santé mentale, maladies infectieuses, blessures, mais le plus grand d’entre eux est sans doute la surpopulation: «Dans la capitale des droits humains, le taux d’occupation dépasse les 160 % pour culminer à 235 % en 2014. Cette promiscuité engendre la violence et met la santé en péril», s’indigne Hans Wolff. Face à une population en très grande difficulté, il croit fermement à son action: «Lorsqu’on parvient à aider les gens, on ressent une intense satisfaction.» Mais certaines situations sont plus compliquées sur le plan émotionnel. C’est le cas des visites du CPT et des lieux de détention administrative de migrants, où les conditions sont très dures: «Cela fait écho à l’état précaire de notre monde, aux flux migratoires, etc. Les gens sont dans une détresse totale. La prise en charge médicale y est compliquée car les patients restent peu de temps. Cela soulève de lourds problèmes éthiques.»

Malgré tout, Hans Wolff avance. Dans l’écoute, le dialogue et l’exigence. Des projets innovants lui tiennent à cœur, comme le programme d’échange de seringues, par exemple. Mais ce dont il est le plus fier, c’est de partager des valeurs avec ses collaborateurs et collaboratrices: «Leur parole est libre, cela du courage et de l’engagement. Personne ne se sent enfermé dans un carcan.» Dans un milieu aussi surveillé et empreint de suspicion, il a l’art de faire confiance et de faire ressortir les qualités de chacun.

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Droits du patient
juridique_medicale_concubin

En matière médicale, le conjoint ou le concubin a-t-il son mot à dire?

Face à un problème de santé, le choix d’un traitement ou son refus incombent au patient. En cas d’incapacité...
Lire la suite
Politiques de santé

Comprendre (enfin) le système de santé suisse

La gestion de la santé en Suisse est renommée, aussi bien pour son efficacité que pour sa complexité....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS37_wolff_prison_public

«Il existe une crainte d'exposer la prison au grand public»

Consolider la dignité et les droits du patient avec les exigences sécuritaires est un des enjeux délicats mais nécessaires de la médecine carcérale. Le Pr Hans Wolff, médecin-chef du Service de la médecine pénitentiaire aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), représentant suisse du Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) et co-auteur de Santé en prison*, répond à nos questions.
interview_ralf_jox_bioethiques

Pr Ralf Jox: «Nos avis sur les questions bioéthiques ont un énorme impact sur la société et la politique»

Passionné par diverses disciplines, le Pr Ralf Jox a de multiples casquettes. Responsable de l’Unité d’éthique clinique et co-titulaire de la chaire des soins palliatifs gériatriques du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il est aussi professeur d’éthique médicale au sein de l’Institut des humanités en médecine à la Faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne. Un profil atypique qui lui a valu d’être nommé, en mai 2019, membre de la Commission nationale d’éthique pour la médecine humaine.
PULS_Portrait Samia Hurst

La place de l’humain dans les soins

Visage souriant de l’éthique médicale dans les médias romands, la Pre Samia Hurst, actuelle directrice de l’Institut Ethique, Histoire, Humanités (iEH2), avait suivi en 1995 le premier cours de bioéthique donné par une faculté de médecine suisse.
Videos sur le meme sujet

Psychiatrie hospitalière: la folie des tarifs réglementés

Le contrôle des coûts débarque en psychiatrie. L’incitation à raccourcir la durée des hospitalisations inquiète les professionnels.

Quand l’effet des gaz d’échappement est testé sur des humains

L’affaire a fait grand bruit en janvier 2018.

Pas de cannabis en pharmacie

L'Université de Berne ne pourra pas mener son étude sur la vente légale de cannabis dans des pharmacies agréées.