Don croisé de rein

Dernière mise à jour 21/08/14 | Article
Don croisé de rein
Depuis 2011, la greffe croisée de rein entre donneurs vivants pallie le manque d’organes.

La question est récurrente: comment faire face au manque d’organes? Les patients en attente de greffe rénale peuvent bénéficier d’un don d’une personne en bonne santé, membre de la famille ou proche lié affectivement. Condition préalable toutefois à la greffe, la compatibilité immunologique entre le donneur et le receveur.

Et c’est là que le bât blesse: dans 20% à 30% des cas, il y a une incompatibilité. Mais il existe une solution pour la contourner: la greffe croisée.

La première a été réalisée aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), en septembre 2011: deux frères qui ne pouvaient donner leur rein à leur propre sœur étaient en revanche compatibles avec la sœur de l’autre. En mai 2012, un pas de plus est franchi: un triple don croisé, réalisé par les Hôpi­taux universitaires de Zurich et de Genève, entre un couple ge­nevois et deux Zurichois. A ce jour, treize binômes ont parti­cipé à un don croisé en Suisse. Le succès d’un tel processus dé­pend d’un travail d’équipe entre plusieurs établissements hospi­taliers œuvrant tous ensemble au bénéfice des patients. «Les opérations ont lieu le même jour et à la même heure, ce qui repré­sente un défi logistique pour les hôpitaux, avec coordination du personnel médico-chirurgical (chirurgiens, anesthésistes, in­firmiers, coordinateurs, etc.) de chacun des sites», relève la Dre Karine Hadaya, médecin adjoint aux services de néphrologie et de transplantation des HUG.

Chaîne de donneurs

Un donneur vivant peut aussi vouloir offrir un rein à un patient qui souffre d’insuffisance rénale et est dialysé, mais qu’il ne connaît pas. Dans ce cas-là, le don demeure anonyme. C’est Swisstransplant qui attribue le rein au patient le plus compatible en liste d’attente, selon les mêmes critères d’allocation que pour un donneur décédé. Cette forme de don non dirigée, altruiste, ne peut pas encore intervenir dans le programme de dons croisés. «Nous menons des discussions avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour qu’une ordonnance autorise ces donneurs altruistes à s’impliquer dans les dons croisés en initiant une chaîne, comme c’est déjà le cas dans de nombreux pays et notamment aux Pays-Bas, leader européen dans le domaine. Ce système permet, en moyenne, à cinq patients provenant de couples incompatibles d’être greffés», explique la Dre Hadaya.

Plateforme de coordination

La spécialiste insiste sur un autre point: «Il faut également mettre en place une plateforme de coordination au niveau national avec un logiciel qui gère tous les paramètres médicaux et recherche les meilleures combinaisons entre tous les couples donneurs-receveurs incompatibles.» Là aussi, les professionnels de la santé attendent l’aval de l’OFSP. Au final, l’objectif des greffes croisées et des chaînes est de ne pas récuser un donneur vivant lorsqu’il se présente, augmentant ainsi significativement le nombre de transplantations en provenance de donneurs vivants.

Rappelons qu’à Genève, entre 40% et 75% des greffes de rein (en moyenne 30 par an) sont effectuées à partir d’un donneur vivant et que 102 patients, en dialyse trois fois par semaine, sont en liste d’attente.

Greffe de reins à partir d’un donneur vivant

__________

Pulsations – Mai-Juin 2014

Article original: http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/mai-juin_2014.pdf

A LIRE AUSSI

Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Droits du patient
PS38B_droits_employé_arrêt_travail

Droits et devoirs de l’employé en arrêt de travail

Lorsque l’employé est en incapacité de travail pour cause de maladie ou d’accident, il lui est légitime...
Lire la suite
Droits du patient
juridique_medicale_concubin

En matière médicale, le conjoint ou le concubin a-t-il son mot à dire?

Face à un problème de santé, le choix d’un traitement ou son refus incombent au patient. En cas d’incapacité...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_espoir_greffe_foie

Un espoir pour celles et ceux qui attendent une greffe du foie

Une machine, conçue à Zurich, permet de conserver quelques jours des foies et même de réparer ceux qui sont endommagés, donc impropres à la transplantation. Un premier patient en a bénéficié.
BV04_comprendre_don_cornée

Mieux comprendre le don de cornée

Avec quelque 650 opérations pratiquées en Suisse chaque année, dont plus d’une centaine réalisées par l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, le don de cornée est le don de tissu le plus fréquent. Le don de tissu – distinct, notamment de par sa logistique, du don d’organe – concerne également les cellulessouches, les valves cardiaques, etc. Bien qu’en tête de liste, le don de cornée continue d’interroger, d’inquiéter et de manquer. Aujourd’hui, les délais d’attente pour les personnes devenues malvoyantes en raison de cornées malades ou blessées dépassent les six mois.
bv_greffe_cornee_flou

La greffe de cornée pour dissiper le flou

À tout âge, en raison d’une maladie ou d’un accident, la cornée, structure transparente située devant l’iris et la pupille, peut s’abîmer. Pour les cas extrêmes, la greffe est un moyen fantastique de la réparer, avec des bénéfices énormes pour les patients.
Videos sur le meme sujet

Les coulisses du don d'organes

En marge de la votation du 15 mai sur la modification de la loi sur la transplantation, Stéphane Délétroz vous propose de découvrir les coulisses du don dʹorganes et les questions qui se posent, tant pour le donneur que pour ses proches.

Les animaux, futurs donneurs dʹorganes

Lʹidée de transplanter des organes d'animaux chez des patients pour pallier au manque de donneurs refait surface.

Hommage aux donneurs de sang

"Le don dans le sang", cʹest le titre d'un livre qui rend hommage aux donneurs de sang de Suisse romande.