Un infarctus, mais pas deux

Dernière mise à jour 17/07/12 | Article
Poignée de mains entre le médecin et son patient
Lancé en 2010, le programme national d’enseignement thérapeutique contre la récidive de l’infarctus du myocarde ELIPS® porte ses premiers fruits.

En Suisse, chaque année 30000 personnes sont victimes d’un infarctus du myocarde et quelque 8500 en décèdent. Parmi les survivants, un sur sept fera une récidive dans l’année qui suit. C’est beaucoup. C’est trop. «Les études montrent que 30% des victimes d’une crise cardiaque arrêtent leur traitement un mois après l’événement qui a failli leur coûter la vie. Nous devons abaisser ce taux si nous voulons diminuer les récidives», martèle le Dr Pierre-Frédéric Keller, médecin adjoint au service de cardiologie.

Mais comment améliorer l’adhésion des patients à leur traitement? Par l’enseignement thérapeutique et la sensibilisation des soignants. «Mais nous ne pourrons faire baisser la mortalité que par une action conjuguée, ciblée à la fois sur les patients, les soignants et les réseaux de soins. Le programme ELIPS® répond à ce triple objectif», affirme le Dr Keller, initiateur et responsable de cette action d’envergure nationale.

Premiers résultats

Une vaste étude est en cours pour en évaluer les bénéfices. Les résultats définitifs ne seront publiés qu’en 2013, mais certains sont déjà connus. «Par exemple, la réadaptation cardiaque, dont les effets sur la baisse de la mortalité sont bien documentés, n’était prescrite qu’à 30% des patients. Aujourd’hui, un sur deux en bénéficie», se réjouit le médecin.

Lancé avec le soutien du Fonds national pour la recherche scientifique, ELIPS® est aujourd’hui développé dans les cinq hôpitaux universitaires suisses. Fresque murale didactique, dépliant, DVD, site Internet (www.elips.ch), application smartphone, cours de formation spécialisée en entretien motivationnel, e-learning, web TV, carnet de sortie… le programme se décline sur tous les supports possibles, en allemand et en anglais.

Informations au patient

© SIMON

Carnet de sortie made in USA

«Chaque axe mériterait à lui seul un article. De l’éducation thérapeutique à la formation des soignants à l’entretien motivationnel, tous apportent leur lot d’innovations. Le carnet de sortie, par exemple, inspiré des Etats-Unis, véhicule des informations détaillées sur les traitements, les facteurs de risque et la prévention. Signé par les soignants et les patients à la sortie de l’hôpital, il est donné au patient et à son médecin traitant. Cela crée une triple alliance thérapeutique. C’est un outil précieux», souligne le Dr Keller.

ELIPS® a reçu le label de la Fondation suisse de cardiologie. Mais les HUG ne s’en tiennent pas là. Une action du même genre est développée autour de l’insuffisance cardiaque. «Pour cette maladie, nous utilisons plus activement l’interactivité sur Internet. L’avenir de l’éducation thérapeutique passe par les nouveaux outils informatiques et l’utilisation croissante des réseaux sociaux. Et ceci, dans tous les domaines de la médecine», conclut le Dr Keller.

Pulsations - juillet-août 2012

Article original: http://bookapp.fr/api/hug/viewer/viewer.php?mag=HUGE_127#15

A LIRE AUSSI

Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Cholestérol
Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Depuis plus de vingt-cinq ans les statines ont été prescrites aux patients présentant un taux de cholestérol...
Lire la suite
Chirurgie cardiaque

Fistule artérioveineuse (dialyse)

La création d'une fistule est le type d'accès vasculaire préféré pour effectuer les dialyses dans le...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Infarctus et attaque cérébrale: les signes d’alarme

Infarctus et attaque cérébrale : les signes d’alarme

Dans les deux tiers des cas à peu près, l’organisme manifeste des signes précurseurs de l’infarctus du myocarde, et un tiers des patients victimes d’attaque cérébrale présente d’abord des signes d’alarme.

Le cœur, pompe autonome mécanique et électrique

Plus que tout autre organe du corps humain, le cœur est vital. L’entraîner en pratiquant une activité physique régulière et en mangeant sainement est utile pour prévenir les maladies qui peuvent le toucher.

Bienfaits de l'exercice physique: 5 coups gagnants!

Des chercheurs américains et australiens ont mené une analyse approfondie de 174 études prospectives consacrées aux éventuels bienfaits d'une activité physique soutenue. Conclusion? La réduction du risque d'être malade s'applique à cinq maladies chroniques majeures.
Videos sur le meme sujet

Infarctus: des secondes qui comptent

En Suisse, plus de 13'000 personnes sont hospitalisées pour un infarctus chaque année. Parfois les symptômes sont difficiles à cerner et les gens hésitent à consulter. Pourtant, le temps est un facteur extrêmement important dans la prise en charge. Alors comment reconnaître les signes et agir? Le point avec l'Antidote.

Infarctus du myocarde

Comment est prise en charge, dans l’urgence, une personne atteinte d'un infarctus ou d'une angine de poitrine ? Comment se déroulent les soins dans le service de cardiologie ? Quelles sont les précautions à prendre lors du retour à domicile ?
Maladies sur le meme sujet
Coeur

Infarctus du myocarde

L'infarctus du myocarde se produit lorsqu'une artère du coeur est bouchée ou rétrécie. Il provoque le plus souvent une douleur dans la poitrine.