L’électrocardiogramme, pas encore recommandé en tant qu’outil de dépistage

Dernière mise à jour 16/12/14 | Article
L’électrocardiogramme, pas encore recommandé en tant qu’outil de dépistage
Simple, non invasif et peu coûteux, l’électrocardiogramme (ECG) est un examen fréquemment utilisé par les médecins chez un patient souffrant de signes cardiaques. En revanche, il n’est pas, à l’heure actuelle, recommandé chez les patients ne présentant aucun symptôme.

Largement prescrit, l’électrocardiogramme est utilisé par les cliniciens pour diagnostiquer divers symptômes d’origine cardiaque: dyspnée, douleurs, palpitations, malaise… En revanche, chez un patient ne présentant a priori aucun signe cardiaque, son utilité est débattue. En effet, l’ECG n’est pas inclus dans les scores cliniques utilisés par les médecins pour évaluer un risque cardiovasculaire. La question est donc de savoir si une révision de ces scores, en y ajoutant l’examen de l’électrocardiogramme, serait pertinente.

De récentes études montrent que des patients âgés de 70 à 79 ans sans symptômes cardiaques présentent tout de même des anomalies de leur électrocardiogramme. L’examen a également été ajouté à titre expérimental, pour évaluer les risques cardiovasculaires des patients selon trois stades: bas, intermédiaire ou haut. L’étude montre que l’ECG a permis une meilleure classification des patients, en diminuant le nombre de ceux à haut risque et en augmentant le nombre de patients à risque faible.

Fiabilité de l’outil dans le dépistage

L’amélioration du classement des patients ne rend pas l’électrocardiogramme incontournable pour autant. Il offre une interprétation électronique, standardisée, tout en étant fiable et peu coûteux. En revanche, des limites existent: un ECG négatif doit-il (peut-être faussement!) rassurer un patient ou, à l’inverse, un électrocardiogramme positif sera-t-il obligatoirement suivi d’examens plus approfondis?

L’ECG répond à un grand nombre d’attentes et semble pouvoir être utilisé un jour en tant qu’examen de dépistage. Mais d’autres interrogations subsistent. L’ECG change-t-il suffisamment l’estimation du risque cardiovasculaire pour être utilisé? Des études plus poussées doivent être envisagées pour le savoir. Tout comme pour déterminer si l’électrocardiogramme améliore suffisamment le devenir des patients.

En conclusion, l’ECG pourrait être un examen de dépistage envisagé, en raison du nombre de personnes classées à risque plus faible suite à son utilisation. Mais il ne faut pas oublier les examens supplémentaires engendrés dans le cas d’anomalies, examens qui pourraient n’apporter aucun bénéfice clinique au patient. Des études complémentaires doivent donc être envisagées pour répondre complètement à la question.

__________

Référence

Adapté de «Faut-il faire des ECG de dépistage chez les adultes asymptomatiques?», Drs Baris Gencer, Reto Auer, Prs Dipen Shah, Nicolas Rodondi, Service de cardiologie, HUG, Genève, Médecine interne générale, PMU Lausanne, Clinique universitaire et Policlinique de médecine interne générale, Hôpital de l’Ile, Berne. In Revue Médicale Suisse 2014:10:549-53. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Cancer de la prostate
Témoin de l'effet du cancer de la prostate sur la vie sexuelle

La vie sexuelle après un cancer de la prostate ? Témoignage

La chirurgie du cancer de la prostate a des conséquences physiques et psychologiques. Un homme témoigne...
Lire la suite
Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Troubles sexuels après une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

En Suisse, le cancer colorectal est le 3e cancer le plus fréquent

Entre 50 et 69 ans, le dépistage du cancer colorectal par recherche de sang dans les selles ou coloscopie est très efficace.
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains et inquiéter d’autres. Il est toutefois important de la montrer à son médecin traitant qui pourra rapidement déterminer si le cas est bénin ou s’il nécessite une surveillance ou des investigations supplémentaires. Car il peut aussi bien s’agir d’un kyste que d’une tumeur bénigne ou maligne.
Videos sur le meme sujet

Cancer du sein: dépister pour mieux soigner

Cancer le plus fréquent chez la femme, surtout après 50 ans, le cancer du sein touche les femmes dans leur intégrité et a une connotation particulière. L'antidote nous aide à faire la lumière sur cette maladie.

Cancer du côlon: dépister c'est soigner

Le cancer du colon est l'un des cancer les plus fréquents. Il est mortel pour 1600 personnes par année en Suisse. Ce cancer peut être pris en charge tôt afin d'améliorer les chance de traitement. Comment faire? L'antidote nous aide à en savoir plus.

Cancers: faire pencher la balance du bon côté

Avec les progrès de la médecine moderne, les gens vivent plus longtemps et certaines maladies ont quasiment disparu. Mais le cancer fait de plus en plus de morts et s'annonce comme un des défis de la médecine. Cette émission se penche sur cette maladie.
Symptômes sur le meme sujet

Ganglion

J'ai une grosseur/un ganglion qui m'inquiète