L’électrocardiogramme, pas encore recommandé en tant qu’outil de dépistage

Dernière mise à jour 16/12/14 | Article
L’électrocardiogramme, pas encore recommandé en tant qu’outil de dépistage
Simple, non invasif et peu coûteux, l’électrocardiogramme (ECG) est un examen fréquemment utilisé par les médecins chez un patient souffrant de signes cardiaques. En revanche, il n’est pas, à l’heure actuelle, recommandé chez les patients ne présentant aucun symptôme.

Largement prescrit, l’électrocardiogramme est utilisé par les cliniciens pour diagnostiquer divers symptômes d’origine cardiaque: dyspnée, douleurs, palpitations, malaise… En revanche, chez un patient ne présentant a priori aucun signe cardiaque, son utilité est débattue. En effet, l’ECG n’est pas inclus dans les scores cliniques utilisés par les médecins pour évaluer un risque cardiovasculaire. La question est donc de savoir si une révision de ces scores, en y ajoutant l’examen de l’électrocardiogramme, serait pertinente.

De récentes études montrent que des patients âgés de 70 à 79 ans sans symptômes cardiaques présentent tout de même des anomalies de leur électrocardiogramme. L’examen a également été ajouté à titre expérimental, pour évaluer les risques cardiovasculaires des patients selon trois stades: bas, intermédiaire ou haut. L’étude montre que l’ECG a permis une meilleure classification des patients, en diminuant le nombre de ceux à haut risque et en augmentant le nombre de patients à risque faible.

Fiabilité de l’outil dans le dépistage

L’amélioration du classement des patients ne rend pas l’électrocardiogramme incontournable pour autant. Il offre une interprétation électronique, standardisée, tout en étant fiable et peu coûteux. En revanche, des limites existent: un ECG négatif doit-il (peut-être faussement!) rassurer un patient ou, à l’inverse, un électrocardiogramme positif sera-t-il obligatoirement suivi d’examens plus approfondis?

L’ECG répond à un grand nombre d’attentes et semble pouvoir être utilisé un jour en tant qu’examen de dépistage. Mais d’autres interrogations subsistent. L’ECG change-t-il suffisamment l’estimation du risque cardiovasculaire pour être utilisé? Des études plus poussées doivent être envisagées pour le savoir. Tout comme pour déterminer si l’électrocardiogramme améliore suffisamment le devenir des patients.

En conclusion, l’ECG pourrait être un examen de dépistage envisagé, en raison du nombre de personnes classées à risque plus faible suite à son utilisation. Mais il ne faut pas oublier les examens supplémentaires engendrés dans le cas d’anomalies, examens qui pourraient n’apporter aucun bénéfice clinique au patient. Des études complémentaires doivent donc être envisagées pour répondre complètement à la question.

__________

Référence

Adapté de «Faut-il faire des ECG de dépistage chez les adultes asymptomatiques?», Drs Baris Gencer, Reto Auer, Prs Dipen Shah, Nicolas Rodondi, Service de cardiologie, HUG, Genève, Médecine interne générale, PMU Lausanne, Clinique universitaire et Policlinique de médecine interne générale, Hôpital de l’Ile, Berne. In Revue Médicale Suisse 2014:10:549-53. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS37_dépistage_frottis_anormal

Dépistage: ce que signifie un frottis anormal

Le frottis est devenu banal pour une grande majorité des femmes. Mais cet examen étant un outil de dépistage du cancer du col de l’utérus, recevoir des résultats anormaux peut susciter des inquiétudes souvent injustifiées.
PULS_quel_depistage_age

Quel dépistage, pour qui, à quel âge?

Ce tableau donne les recommandations générales élaborées par le Service de médecine de premier recours. Elles restent à discuter au cas par cas avec son médecin traitant et les spécialistes requis si besoin. Certains actes sont généralement inclus dans les consultations classiques (prise régulière de la tension artérielle par exemple), quand d’autres nécessitent une prescription médicale spécifique ou sont proposés dans le cadre d’un programme organisé le dépistage (cancer du sein, cancer colorectal)
cancer_poumon_nouveau_depistage

Cancer du poumon: du nouveau pour le dépistage

Aucun dépistage du cancer du poumon n’est actuellement préconisé, même chez les gros fumeurs. Une nouvelle étude d’envergure est pourtant sur le point de révolutionner ces recommandations.
Videos sur le meme sujet

Des chiens qui flairent le cancer

Sarah Dirren présente le projet K-dog dont l'objectif est d'utiliser l'odorat des chiens pour détecter les cellules cancéreuses, celles du cancer du sein.

Cancer du côlon: qu'attend-on pour dépister?

4200 nouveaux cas par an, 1600 décès: en Suisse, le cancer du côlon rectum est l'un des trois cancers les plus fréquents

Cancer du côlon: dépister c'est soigner

Le cancer du colon est l'un des cancer les plus fréquents. Il est mortel pour 1600 personnes par année en Suisse. Ce cancer peut être pris en charge tôt afin d'améliorer les chance de traitement. Comment faire? L'antidote nous aide à en savoir plus.
Symptômes sur le meme sujet

Ganglion

J'ai une grosseur/un ganglion qui m'inquiète