Sodas chez les enfants: deux nouvelles raisons de leur dire non

Dernière mise à jour 27/08/13 | Article
Sodas chez les enfants: deux nouvelles raisons de leur dire non
Les boissons sucrées industrielles ne sont décidément pas à conseiller. On découvre régulièrement les conséquences négatives de leur consommation. Des conséquences parfois inattendues.

Deux récents travaux viennent d’identifier de nouveaux impacts potentiels négatifs de la consommation de sodas: d’une part des perturbations de la fertilité, de l’autre des troubles du comportement chez les enfants. De quoi s’agit-il précisément?

Sirop de maïs riche en fructose et saccharose

Les conclusions sur la fertilité résultent d’un travail mené par des chercheurs américains dont les résultats ont été publiés dans l’édition datée du 13 août de la revue Nature Communication1. Ces chercheurs (des Universités de l'Utah et de l'Arizona ainsi que de l’Institut de l'enfance de Californie) ont travaillé sur un modèle animal: des souris nourries avec un régime «sucré» comprenant l'équivalent humain de trois canettes de boissons gazeuses par jour. Plus précisément ce régime alimentaire sucré était élaboré à partir de sirop de maïs riche en fructose et en saccharose, soit un édulcorant couramment utilisé dans l’industrie agroalimentaire en général et dans les boissons sucrées industrielles tout particulièrement.

L’étude a duré vingt-six semaines durant lesquelles les souris étaient alimentées soit normalement soit avec ce surplus de sucres. Les chercheurs ont évalué la compétitivité, la reproduction, la durée de vie et différents paramètres biologiques chez ces animaux. Ils constatent au final que les souris femelles nourries avec le régime sucré présentent, par rapport à leurs congénères, un risque double de mortalité, des taux sanguins de cholestérol augmentés et des capacités de reproduction qui diminuent avec le temps.

Ne plus défendre qu’un tiers de son territoire

Chez les souris mâles «soumises au sucré» aucun effet sur la durée de vie n’est noté. En revanche les chercheurs observent chez elles une compétitivité réduite: ces rongeurs ne parviennent à défendre que 36% de leur territoire contre 48% pour les souris nourries normalement. Comme chez les femelles, les chercheurs observent une diminution de la fertilité.

Les auteurs de cette publication estiment que leurs résultats démontrent (une nouvelle fois et sous une nouvelle forme) les effets néfastes d'une alimentation enrichie en sucre et tout particulièrement les alimentations comportant des boissons industrielles sucrées. Il y a là, au minimum, un message incitant à modérer sa consommation, si consommation il y a.

L’agressivité augmente avec le nombre de canettes sucrées

L’impact de ces mêmes boissons sur les troubles du comportement chez les jeunes enfants fait l’objet d’un travail publié dans Journal of Pediatrics2. Ce travail a été conduit par des chercheurs des Université de Columbia, du Vermont et de Harvard. De précédentes études avaient déjà associé de tels troubles à la consommation de sodas chez les adolescents; celle-ci se focalise quant à elle sur la consommation de sodas chez les plus jeunes enfants. Et les conclusions vont jusqu’à laisser penser que le degré d’agressivité augmenterait avec le nombre de boissons consommées.

Les chercheurs américains ont évalué les données résultant d’environ trois mille enfants, âgés de 5 ans, inclus dans la cohorte Fragile Families and Child Wellbeing Study, qui suit des «couples mère-enfant» vivant dans vingt grandes villes américaines. Les mères ont ici à la fois signalé la consommation de boissons gazeuses et évalué le comportement de leur enfant. Les auteurs de ce travail constatent que 43% des enfants américains participant à l’étude consomment au moins une boisson gazeuse de type soda (sous forme de cannette) par jour et que 4% en consomment quatre ou plus.

Relation de causalité?

Les chercheurs observent aussi que l’agressivité et les troubles de l’attention sont associés à la consommation de soda – et même après correction statistique des facteurs de confusion possible. En d’autres termes, les enfants qui consomment quatre boissons gazeuses ou plus par jour s’avèrent ainsi deux fois plus susceptibles de dégradation du bien d’autrui, de bagarres ou encore d’agressions physiques. Ils sont également plus sujets aux troubles de l’attention et plus enclins à des attitudes de retrait par rapport aux enfants qui, eux, ne consomment pas de boissons gazeuses.

Le «score» d’agressivité de l'enfant augmente avec chaque boisson gazeuse supplémentaire, conclut cette étude. Les auteurs ne précisent toutefois pas la nature exacte des relations entre soda et comportement. Cette consommation est-elle la cause des ces comportement asociaux? Est-elle au contraire le fruit du plus grand des hasards? Eliminer les boissons gazeuses sucrées serait-il de nature à améliorer les comportements de ces enfants vers plus de sociabilité? Les expériences qui permettraient d’y répondre restent à faire.

1. Un résumé (en anglais) de cette étude est disponible ici.

2. Un résumé (en anglais) de cette étude est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Haut potentiel
Ces personnes au potentiel hors norme

Ces personnes au potentiel hors norme

Plus qu’un phénomène de librairie, l’intelligence à haut potentiel est une réalité pour environ 2 à 5...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
mon_enfant_psy

Mon enfant chez le psy

«Maman, j’ai mal au ventre!» Plaintes somatiques, agressivité ou tristesse, difficultés scolaires… les signaux qu’envoie un enfant pour dire qu’il ne va pas bien peuvent être nombreux. Parfois, le bon sens des parents, leurs ressources personnelles et les conseils de l’entourage ne suffisent pas pour décoder les difficultés ou aider l’enfant à les dépasser. Consulter un spécialiste peut alors être d’une grande aide. Quelques points de repère à l’attention des parents.
Des parents et leur enfant

Ocytocine, l’hormone qui rend fidèle?

Et s’il existait une hormone permettant de s’assurer la fidélité de son/sa partenaire? L’ocytocine est l’hormone permettant l’éjection du lait et les contractions utérines. Il semblerait qu’elle agisse aussi sur le comportement et les émotions au sein d’un couple et des interactions sociales.
entree_scolaire_serenite

La rentrée scolaire en toute sérénité

L’heure de la rentrée scolaire a sonné. Comment bien accompagner son enfant? Les conseils d’un expert.
Videos sur le meme sujet

L'influence de l'âge du père sur la santé psychique des enfants

Concernant l’influence de l’âge des parents sur la santé des enfants, c'est généralement celui de la mère qui est évoqué.

Le syndrome de Münchausen par procuration, une forme étrange de maltraitance

Les personnes qui souffrent du syndrome de Münchausen simulent tous les symptômes d'une maladie afin d'attirer sur elles l'attention des médecins et des soignants.

Comment la Suisse abandonne ses enfants à l'industrie du tabac

Grâce à la prévention, le nombre de fumeurs diminue en Suisse, sauf chez les jeunes.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_acne

Acné

L’acné est une maladie du follicule sébacé formé par la glande sébacée et le poil. À la puberté, la glande sébacée sécrète du sébum en excès et trop épais, ce qui obstrue son orifice. C’est ce qui s’appelle la séborrhée. Cela provoque alors des comédons ouverts –les fameux points noirs– et des microkystes blancs, aussi appelés comédons fermés. Apparaissent également des pustules et des papules qui sont des petits boutons fermes et lisses.

Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions