Un acide biliaire aux vertus multiples

Dernière mise à jour 12/06/12 | Article
Vesicule biliaire
Des chercheurs de l'EPFL ont montré que des molécules qui imitent l’action de l’acide biliaire pourraient un jour être utilisées pour traiter les maladies cardiovasculaires.

Les maladies cardiovasculaires constituent une des premières causes de décès dans les pays industrialisés. Elles sont fréquemment liées à des problèmes d’obésité et de diabète. Ces pathologies auraient en commun une inflammation chronique modérée. Publiée dans Cell Metabolism le 7 décembre 2011, une étude appuie cette théorie. Elle démontre qu’un acide biliaire modifié, appelé INT-777, et déjà connu pour ses effets antidiabétiques, permet de prévenir l’athérosclérose. Cet effet est dû à une action anti-inflammatoire. La molécule semble de fait être un candidat prometteur pour traiter le syndrome métabolique – un ensemble de pathologies associant notamment diabète et troubles cardiovasculaires.

Les chercheurs lausannois, Kristina Schoonjans et Johan Auwerx, ont traité des souris susceptibles de développer l’athérosclérose avec l’acide biliaire modifié INT-777. Ils ont relevé une baisse significative de la formation de plaques d’athérosclérose. Ces plaques contiennent des cellules inflammatoires appelées macrophages, qui sont formées à l’intérieur de la moelle osseuse.

L’INN-777 n’a pas que des effets protecteurs contre l’athérosclérose. Dans une recherche précédente, les mêmes chercheurs avaient également démontré que la molécule permettait d’enrayer le développement de l’obésité et du diabète, en provoquant la sécrétion d’une hormone impliquée dans la production de l’insuline. C’est pourquoi cet acide biliaire modifié semble être un candidat prometteur contre ce que l’on appelle le syndrome métabolique, qui combine diabète et troubles cardiovasculaires. Les effets anti-inflammatoires de la molécule sont à la fois significatifs et modérés, ce qui laisse penser qu’elle n’interférera pas avec le fonctionnement immunitaire. Des essais cliniques feront l’objet d’une prochaine étape.

Depuis l’Antiquité, les hommes attribuent des propriétés médicinales aux acides biliaires. On a la preuve aujourd'hui que les intuitions des Anciens étaient justes!

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

L'obésité pourrait toucher 20% de la population d'ici 2025

Une étude publiée dans la prestigieuse revue The Lancet tire la sonnette d’alarme: si rien n’est fait pour freiner la progression de l’obésité dans le monde, ce véritable fléau pourrait toucher 18% des hommes et 21% des femmes en 2025. Le livre "J’ai envie de comprendre... L’obésité", paru aux Editions Planète Santé, nous explique pourquoi il est urgent d’agir.
cellulite_meconnue

La cellulite est méconnue mais il ne faut pas en faire une maladie

Liée à une mauvaise répartition des graisses, la peau d’orange a des causes peu claires. Contrairement à nombre d’idées reçues, la génétique pourrait jouer un rôle prépondérant.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur le bruxisme

Anne Baecher vous dit tout sur le bruxisme ou le fait de grincer des dents pendant le sommeil.

Des zombies contre l'obésité

Jouer sur son smartphone à un jeu de zombies pour prévenir l’obésité chez les ados, c'est un concept au cœur du projet européen Pegaso
Maladies sur le meme sujet
Diabete

Diabète

Le diabète est une anomalie de l’utilisation du sucre (glucose) en raison d'un manque d'insuline ou d'une moins grande sensibilité de l'organisme à l'insuline.