Des repères visuels pour nous aider à moins manger

Dernière mise à jour 31/05/12 | Article
Chips
Quand on ouvre un paquet de chips, il est souvent difficile de s’arrêter avant de l’avoir entièrement terminé.

Mais les chercheurs de l’université de  Cornell ont peut-être trouvé une solution: des repères visuels comestibles aideraient certaines personnes à réduire leur consommation d’aliments et agirait comme des panneaux «stop» subconscients. Cette étude a été publiée dans la revue de l'American Psychological Association.

Le docteur Brian Wansink, spécialisé dans le comportement des consommateurs et auteur du livre Conditionnés pour trop manger. Comment l'environnement influence votre appétit a réalisé l’étude avec les psychologues Andrew Geier de l’université de Yale et Paul Rozin de l’université de Pennsylvanie.

Les universitaires ont mené une expérience sur deux groupes de 98 étudiants de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign et à l’université de Pennsylvanie et leur ont servi des chips à grignoter pendant qu’ils regardaient un film. Des pétales de chips de couleur rouge et comestibles avait été insérés à intervalles réguliers dans certains tubes. Dans la première étude, les chips rouges étaient répartis à intervalle régulier entre 7 et 14 pétales normaux de couleurs jaune. Dans la seconde expérience, les pétales rouges apparaissaient tous les 5 et 10 chips.

Selon le site Medical Xpress, les étudiants, qui ignoraient les raisons pour lesquelles certains pétales étaient de couleur rouge, ont consommé environ 50% de moins que ceux qui n’avaient pas d’indicateurs: 20 et 24 pétales en moyenne pour le premier groupe (7 et 14 pétales) par rapport à 45 pétales dans le groupe témoin (qui n’avait pas de repère), et 14 à 16 pétales pour le deuxième groupe  (5 et 10) comparé aux 35 pétales du groupe témoin.

Les participants étaient également davantage en mesure d’estimer combien de chips ils avaient mangé. Ceux du groupe témoin sous-estimaient leur consommation avec un écart d’environ 13 pétales, alors que pour les autres l’estimation était exacte à 1 pétale près.  

«Lorsque ce sont des aliments agréables au goût, les personnes mangent généralement ce qui est devant eux», déclare le Dr Brian Wansik dans le communiqué de l'université de Cornell. «En insérant des marqueurs visuels, cela nous permet de mieux contrôler la quantité que nous mangeons et d’interrompre nos habitudes alimentaires qui sont pratiquement automatisées.»

Selon Daily News, un Américain sur trois est obèse, «ces études pourraient donc avoir une importance majeure sur la santé publique», explique Brian Wansik. 

Article orginal: http://www.slate.fr/lien/56425/etude-scientifique-reperes-nourriture-aider-manger-moins

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Avalé en grande quantité, le sucre peut rendre accro

Plusieurs études scientifiques montrent qu’une alimentation très riche en fructose et en glucose déclenche des mécanismes cérébraux similaires à ceux de l’addiction aux drogues.

Le foie, usine de production et station d’épuration

Il participe à la digestion et à bien d’autres fonctions, parfois affectées par des virus ou par l’alcool. Ou encore par un excès de graisse, qui engendre une maladie en plein boom: la stéatose non alcoolique.

L'obésité pourrait toucher 20% de la population d'ici 2025

Une étude publiée dans la prestigieuse revue The Lancet tire la sonnette d’alarme: si rien n’est fait pour freiner la progression de l’obésité dans le monde, ce véritable fléau pourrait toucher 18% des hommes et 21% des femmes en 2025. Le livre "J’ai envie de comprendre... L’obésité", paru aux Editions Planète Santé, nous explique pourquoi il est urgent d’agir.
Videos sur le meme sujet

Régimes: ils font tous grossir!

Les régimes amincissants semblent avoir encore de beaux jours devant-eux. Ils nous ont vanté mille et une recettes pour maigrir vite et sans effort. L'émission "L'Antidote" se penche sur ces promesses miracles vendues pour nous faire perdre du poids en compagnie du Dr Eric Heraïef.

Surpoids et obésité: agir dès l'enfance

Les effets néfastes du surpoids sur la santé sont nombreux, et la situation est d'autant plus préoccupante lorsque le surpoids apparaît dès l'enfance.

L'obésité

Problème de santé publique majeur, l'obésité touche 7% de la population en Suisse. En cause, une consommation excessive de calories, un manque d'activité physique et des troubles du comportement