Perte de poids: la bonne méthode est celle qui s’adapte au patient

Dernière mise à jour 17/12/15 | Article
Perte de poids: la bonne méthode est celle qui s’adapte au patient
Chaque année, de nouveaux régimes paraissent dans les pages des magazines et des livres sur le sujet. Mais quelle est la bonne méthode pour perdre du poids de manière efficace et durable? Des chercheurs ont analysé des résultats d’études et apportent leur conclusion.

L’épidémie d’obésité que connaissent certains pays pousse les scientifiques à rechercher les causes de cette pathologie et les moyens à mettre en œuvre pour obtenir une perte de poids durable chez les patients atteints. Quels régimes alimentaires s’avèrent efficaces? Quelle est la vitesse idéale de perte de poids? Le poids rapidement perdu sera-t-il aussi rapidement repris?

Les régimes alimentaires

Il en existe de toutes sortes. D’une manière générale, les régimes alimentaires peuvent être classés selon leur «cible». On en retiendra donc trois catégories: les régimes pauvres en glucides, comme le régime Atkins®; les régimes faibles en lipides, comme le régime Ornish®; et enfin les régimes modérés en macronutriments, comme la formule Weight Watchers®. Les premiers poussent à consommer moins de glucides pour favoriser le phénomène d’oxydation des lipides, qui conduit à une diminution de l’appétit. Les deuxièmes visent à diminuer les lipides, pour qu’ils correspondent à 10-20% seulement de la ration calorique totale, et à privilégier les fruits et les légumes afin d’augmenter la satiété, grâce à de plus grandes quantités consommées. Le régime modéré en macronutriments, enfin, incite à manger de tout, mais en plus petites quantités.

Le régime idéal existe-t-il?

Des chercheurs ont effectué une méta-analyse pour comparer les résultats de différentes études portant sur ces divers régimes. Plus de 7000 participants suivant onze régimes différents ont donc été étudiés en observant leur perte de poids et leur indice de masse corporelle (IMC) à six et à douze mois du début du régime. Selon cette analyse, les régimes pauvres en glucides et en lipides affichent les meilleurs résultats. Cependant, les chercheurs notent également que les différences entre les régimes sont minimes et que la perte de poids diminue progressivement au fil du temps, pour régresser complètement à douze mois. Ce constat révèle la difficulté de la perte de poids sur le long terme et souligne que la notion d’adhésion au régime suivi est plus importante. Le patient doit donc trouver la formule qui lui convient et qu’il sera à même de respecter, sur le long terme.

Vitesse de la perte de poids

On a coutume de dire que le poids rapidement perdu sera aussitôt repris. Pourtant, cette notion semble remise en cause. En effet, les résultats d’une étude australienne portant sur 200 individus obèses démontre que la vitesse à laquelle le poids a été perdu n’a pas de répercussion ni sur la vitesse de reprise ni sur son degré d’importance.

En étudiant deux hormones qui influencent le poids, la leptine et la ghréline, cette étude a également montré que les sujets qui avaient repris le poids perdu présentaient une concentration élevée de leptine, une hormone qui inhibe la prise de poids. Ces constatations laissent penser que ces personnes pourraient souffrir d’une résistance à cette hormone: pour tenter de contrer cette non-réponse de l’organisme, celui-ci en augmenterait alors la production. La ghréline, une hormone fabriquée par l’estomac, stimule l’appétit et diminue la dépense énergétique. Elle pourrait donc aussi être une piste pour un futur traitement de l’obésité, si l’on parvenait à bloquer son action.

En conclusion, les chercheurs démontrent qu’il n’y a pas de régime idéal, ni de meilleur moyen pour tout le monde de perdre du poids. Un engagement à long terme, avec un rééquilibrage alimentaire personnalisé et supportable pour le patient, lui-même accompagné par des professionnels de santé spécialisés, semblent être les clés d’une perte de poids réussie et durable sur le long terme.

––––––––––––

Référence

Adapté de «Comment perdre du poids de manière efficace et durable: une revue de l’actualité», Drs Jorge C. Correia et Loïc Locatelli, Pr Alain Golay. Service d’enseignement thérapeutique pour maladies chroniques. Centre collaborateur de l’OMS. Département de médecine communautaire de premiers recours et des urgences HUG et Université de Genève. In Revue Médicale Suisse 2015:11:689-94, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Régimes
LMD_citron_cafe_tendance

Du citron dans le café: la nouvelle tendance pour maigrir fonctionne-t-elle?

Ananas, thé vert, concombre… nombreux sont les aliments vantés pour leurs vertus amincissantes. Certains...
Lire la suite
Constipation
constipation_hemorroides_lies

Constipation et hémorroïdes: des phénomènes parfois liés

Les hémorroïdes sont plus fréquentes qu’on ne le pense. Dans certains cas, elles peuvent être prévenues...
Lire la suite
Troubles digestifs
pancreas

Le fragile pancréas est une glande essentielle à la digestion

Peu connu, c’est pourtant un organe majeur. On ne le prend en compte qu’à partir de l’apparition des...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_chirurgie_bariatrique_pouce

La chirurgie bariatrique: un coup de pouce parfois nécessaire

Perdre du poids durablement est souvent long et difficile. Parfois, modifier son hygiène de vie ne suffit pas à faire disparaître les kilos en trop.
PULS_poids_emotions

Le poids des émotions

Derrière une silhouette opulente se cache la plupart du temps un rapport conflictuel à l’alimentation, voire un trouble du comportement alimentaire (TCA), comme la boulimie ou l’hyperphagie (compulsations alimentaires).
PULS_obesite_maladie_chronique

Face à l’obésité, agir sur tous les fronts

Partout dans le monde, l’obésité est un fléau. En Suisse, sa prévalence a doublé en vingt ans. Quelque 42% de la population affiche un poids supérieur à la norme, dont 11% est en situation d’obésité. Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) inaugurent un nouveau Centre de l’obésité et de la chirurgie bariatrique. Ce dernier concentre les compétences pour offrir une prise en charge multidisciplinaire et individualisée aux adultes et enfants souffrant de cette maladie chronique.
Videos sur le meme sujet

Ça nʹa pas de science: les cures détox

Il y a les opinions, les rumeurs, les modes et il y a la science.

Le point sur lʹaddiction alimentaire

Alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) parle aujourdʹhui dʹépidémie mondiale dʹobésité, Adrien Zerbini aborde une question en lien direct avec cette problématique: existe-t-il une addiction à lʹalimentation?

Surpoids et perception du corps chez les adolescents

Les adolescents sont-ils de plus en plus gros ? Et comment vivent-ils ce surpoids ?
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.