Les effets de la privation alimentaire

Dernière mise à jour 23/04/13 | Article
Les effets de la privation alimentaire
Priver son corps de nourriture peut avoir de lourdes conséquences à la fois psychologiques et physiques: c’est ce qu’a montré une étude réalisée au cours des années 1940 aux Etats-Unis, la «Minnesota Starvation Experiment».

Pendant plusieurs mois, une trentaine de volontaires masculins en bonne santé ont été soumis à une très forte restriction alimentaire: ils consommaient environ la moitié des apports caloriques journaliers recommandés. Durant cette période, la majorité d’entre eux ont souffert d’importants troubles psychologiques. Leurs préoccupations liées à la nourriture ont fortement augmenté, et des conduites boulimiques sont apparues chez certains. Les participants ont aussi souffert d’épisodes de dépression et d’anxiété, d’hypocondrie, de difficultés de concentration et de compréhension. Beaucoup ont adopté un comportement de repli sur soi et ont témoigné d’une baisse du désir sexuel. Les cobayes ont également eu des troubles du sommeil et des maux de tête ; ils sont enfin devenus hypersensibles au bruit et au froid. Ces différents symptômes ont progressivement disparu lorsque les participants ont repris un poids normal.

Quoique souvent moins marquées que dans cette expérience, les restrictions alimentaires qui accompagnent les TCAA (troubles du comportement alimentaire atypiques) ont aussi des répercussions sur le corps humain. Elles induisent notamment des perturbations hormonales qui peuvent mener à un arrêt des règles chez la femme. De plus, en se privant de manger, les patients se coupent peu à peu des sensations normales de faim et de satiété et, dès lors, ne contrôlent plus leur alimentation que par la pensée, ce qui renforce encore leur obsession pour la nourriture et les prescriptions diététiques.

Enfin, les épisodes de privation alimentaire entraînent des conditions biologiques qui favorisent le déclenchement d’incontrôlables fringales. Ces mécanismes physiques expliqueraient pourquoi les patients ont des difficultés à sortir du cycle vicieux des restrictions et des abus de nourriture, même lorsqu’ils vont mieux d’un point de vue psychologique.

A LIRE AUSSI

Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
vegetarisme_legumes

Végétarisme: tous les légumes ne se valent pas

Un régime végétarien est bon pour la santé et est même recommandé dans le cadre de la prévention des maladies cardiovasculaires. Mais attention, tous les végétaux ne sont pas égaux. Lorsqu’ils sont trop transformés, ils deviennent nuisibles.
faute_fodmap

Ballonnements, diarrhée, mauvaise digestion… et si c’était la faute des FODMAP?

Ces sucres à chaînes courtes peuvent causer des problèmes aux personnes sensibles, mais attention à ne pas les éviter sans raison.
graisses_role_benefique

Les graisses jouent un rôle bénéfique pour la santé

Pendant longtemps, le dogme d’une alimentation pauvre en gras a prévalu. Une étude, parue dans le très sérieux « Lancet », bouscule aujourd’hui cette affirmation.
Videos sur le meme sujet

Manger gras pour rester en bonne santé?

C'est le sucre qui nous rend malades, pas le gras! Diabète, obésité, syndromes métaboliques et foie gras sont le résultat de la montagne de sucre que nous avalons, y compris dans les produits allégés.

Paléo–Vegan: le choc des régimes

En 50 ans, notre nourriture a davantage changé que ces 10'000 dernières années. Face à son industrialisation croissante et les inquiétudes qu’elle crée, les régimes parfois extrêmes se multiplient.

Paléo – Vegan: le choc des régimes

En 50 ans, notre nourriture a davantage changé que ces 10'000 dernières années.