Lorsque certains fruits et légumes peuvent être dangereux

Dernière mise à jour 09/10/13 | Article
Lorsque certains fruits et légumes peuvent être dangereux
Des nausées, un mal de tête ou des vomissements après avoir consommé de simples caramboles, des feuilles de rhubarbe, ou des germes de pommes de terre? C'est la dure réalité, largement méconnue du grand public: certains végétaux, en raison de leurs composants potentiellement toxiques, peuvent constituer parfois un réel danger. Tenir compte des doses et de la juste façon de les apprêter, comme des prédispositions personnelles, peut grandement limiter les risques.

Avec le retour de l'automne, la cueillette des champignons connaît à nouveau une activité très intense. Mais les services d'urgence hospitalière aussi, hélas, tant il est vrai qu'ils doivent accueillir chaque année à pareille époque une cohorte d'imprudents, venus consulter pour des intoxications plus ou moins graves dues à l'ingestion de champignons non comestibles.

Or, si la toxicité des champignons sauvages est relativement connue, le grand public ignore d'ordinaire – et avec lui même certains médecins! – que d'autres aliments apparemment communs peuvent aussi être dangereux selon les circonstances. C'est le cas notamment de divers fruits et légumes, ou de quelques épices, dont une consommation importante ou la préparation inadéquate peuvent faire courir un risque majeur à certaines personnes.

Qui penserait par exemple que les pommes de terre, les tomates ou les aubergines pourraient être dangereuses? Toutes contiennent en effet une quantité plus ou moins élevée de solanine, un alcaloïde pouvant provoquer transpiration, vomissements ou spasmes de la respiration. C'est surtout dans les fleurs, les germes ou la peau que se concentre la solanine, et dans une moindre mesure dans le tubercule proprement dit. Les conditions de stockage, ou les meurtrissures provoquées durant la récolte, peuvent augmenter la concentration de cet alcaloïde, dont on pourra soupçonner le taux élevé en présence d'une amertume particulière ou si l'on ressent des brûlures.

Des haricots rouges aux amandes amères

Une autre substance montrée du doigt par les spécialistes est une lectine, la phytohémagglutinine, que l'on trouve entre autres dans les haricots rouges, et dont une consommation importante peut entraîner après une à trois heures des maux de ventre, des diarrhées et des vomissements. On incrimine surtout dans ce cas la mauvaise préparation ou une cuisson insuffisante. Pour limiter la concentration des haricots rouges en lectine, il suffit ainsi de les faire tremper durant cinq ou six heures avant de les faire cuire dans de l'eau pendant au moins dix minutes.

Quant au tristement réputé cyanure, il fait aussi partie des «faux amis» de la consommation de fruits et légumes. En effet, diverses substances cyanogènes se retrouvent dans les noyaux de plusieurs fruits comme les abricots, les pêches ou les amandes. La consommation d’une grande quantité de ces amandes amères peut entraîner dans l'heure qui suit des troubles graves, dus à une intoxication au cyanure: agitation, confusion mentale, convulsions, ou encore troubles du rythme cardiaque.

La consommation de manioc cru ou de pousses de bambou peut entraîner les mêmes troubles neurologiques.

Des cristaux à éviter

Les feuilles de rhubarbe, la carambole, l'oseille ou les épinards ont une fâcheuse tendance à contenir des quantités importantes d'acide oxalique, tout comme les betteraves, le thé, les cacahuètes ou le cacao. Or, les cristaux d'oxalate sont susceptibles d'obstruer les tubes rénaux et d'entraîner une néphropathie aiguë (affection rénale). Leur absorption peut également provoquer des dépôts tissulaires dans les parois vasculaires et dans le myocarde. Les patients urémiques et dialysés devraient donc être particulièrement vigilants, car l'ingestion de carambole, en raison du potentiel neurotoxique de l'oxalate, est potentiellement mortelle. Dans le cas – tout de même rare – d'une intoxication à l'oxalate, les spécialistes recommandent de beaucoup boire afin de favoriser rapidement l'élimination des cristaux au niveau du rein.

A l'occasion de ce petit tour d'horizon des délices – perfides – de la table, il ne faudrait pas oublier non plus le bon vieux bâton de réglisse de notre jeunesse. Car cette réglisse, disponible de nos jours sous forme de pâtes à friandise ou de sirop comme agents sucrants, a pour principal principe actif de la glycyrrhizine, susceptible d'induire à la fois une hypertension et une carence en potassium (hypokaliémie) lorsque consommée en excès. Plusieurs cas d'intoxication ont été décrits dans la littérature médicale, à l'occasion par exemple d'une hypertension inexpliquée, de la présence d'œdèmes périphériques, ou face à une hypokaliémie ayant entraîné une paralysie temporaire.

Du piment à la muscade

Ah, le piment! La réputation du piment est universelle, que ce soit en raison des qualités que lui prêtent de nombreux consommateurs (revigorant, aphrodisiaque, antibactérien, voire antiparasitaire) ou à cause des effets néfastes dont on l'accuse (cancérigène, diarrhéique, stimulateur des hémorroïdes). Ce qui fait la force du piment et de tous ses extraits, c'est un alcaloïde que l'on retrouve dans toutes ses espèces, la capsaïcine. C'est elle qui est responsable de la brûlure intense que l'on ressent lorsqu'on en consomme, et qui est due à son action sur les terminaisons nerveuses. Ici c'est à nouveau une consommation en grande quantité qui peut être dangereuse: elle peut provoquer des crises d'hypertension alors qu'on a montré chez l'animal qu'il risquait d'en résulter de graves troubles moteurs, pouvant même mener au décès.

Quant à la muscade, qui entre dans la composition de nombreux mélanges épicés, ses propriétés psychoactives et hallucinogènes sont connues de longue date. Elle les doit à son composant majeur, la myristicine, responsable d'effets tant neurologiques (vertiges, paresthésies, hallucinations) que cardiovasculaires (vasodilatation, tachycardie). Les cas graves, parfois mortels, ont découlé d'une consommation d'à peine 15 grammes de poudre de noix de muscade.

En conclusion, à l'heure où l'on recommande de consommer suffisamment de fruits et de légumes dans le cadre d'une alimentation équilibrée, il s'agit tout de même de bien ouvrir l'œil, et de comprendre que tout ce qui se trouve dans la nature n'est pas forcément innocent. Et de se souvenir du message du grand médecin suisse Paracelse: «Tout est poison, et rien n’est poison; seule la dose est déterminante».

Référence

Adapté de «Fruits et légumes: peuvent-ils être dangereux?», Drs Mathieu Pasquier et Fabrice Dami, Pr Bertrand Yersin, Service des urgences CHUV, in Revue Médicale Suisse 2013; 9: 1483-7, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
lait_clair_obscur

Le lait, un produit en clair-obscur

Il jouissait d’une image de santé, voire de pureté. Aujourd’hui, le lait suscite la méfiance. Faut-il continuer à en boire? Éléments de réponse.
 faim_satiete

Faim et satiété: l’important est de s’écouter

Les besoins nutritionnels varient d’une personne à l’autre. Ils évoluent également avec l’âge et en fonction de l’activité physique. L’important est de savoir s’écouter et de manger à satiété, ni trop, ni pas assez. Conseils et gourmandise avec les livres Bien manger pour ma santé*.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Videos sur le meme sujet

Une plateforme pour mieux s'informer sur notre alimentation

Il y a quelques semaines, l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) lançait une nouvelle plateforme en ligne.

Charcuterie et viande cancérogènes

L’annonce a rapidement fait le tour des médias: le Centre international de recherche sur le cancer considère la viande rouge comme "probablement cancérogène pour l’homme".

Huile de palme : la Palme de la malbouffe

Savons-nous vraiment ce que l'on mange?