Canal lombaire étroit: infiltrations de corticoïdes ou pas?

Dernière mise à jour 26/08/14 | Article
Canal lombaire étroit: infiltrations de corticoïdes ou pas?
Une large étude américaine remet en cause le recours aux corticoïdes dans le soulagement des douleurs ressenties par les personnes souffrant de sténoses lombaires. Controverses.

Canal lombaire étroit? On parle aussi de «sténose du canal vertébral»: il s’agit d’un syndrome qui trouve son origine dans l’existence d’un rétrécissement du canal des vertèbres au niveau lombaire. Ce syndrome clinique est souvent provoqué par l’arthrose, mais peut aussi être le fait d’une malformation congénitale. L’étroitesse du canal comprime les nerfs, ce qui peut provoque des douleurs dans le bas du dos ainsi que des sciatiques, phénomènes particulièrement douloureux et gênants. Lorsque les analgésiques et les anti-inflammatoires pris par voie orale ne sont plus suffisants contre les manifestations douloureuses, de nombreux médecins prescrivent ou pratiquent des infiltrations de corticoïdes pour soulager leurs patients. Ont-ils raison?

Inefficace?

Dans une étude récemment publiée dans le New England Journal of Medicine, une équipe de chercheurs remet en cause l’efficacité de ce procédé thérapeutique1. L’étude a été réalisée en double aveugle: ni les malades ni les médecins n’étaient informés de la nature précise de l’injection. Elle a été menée sur plusieurs sites hospitaliers, sur un total de 400 patients volontaires souffrant de sténose lombaire avec des expériences récurrentes de gêne et de douleurs (d’intensités «modérées» à «sévères») irradiant dans la jambe. Les participants ont été répartis en deux groupes: les membres du premier groupe ont reçu des infiltrations à base de glucocorticoïdes et d’un anesthésique d’action locale (lidocaïne); les membres du second groupe ont reçu des infiltrations uniquement composées de lidocaïne.

Surprise

Les volontaires ont ensuite été soumis à un questionnaire permettant d’évaluer leur état d’invalidité et l’intensité de leurs douleurs. Les chercheurs n’ont constaté aucune différence significative dans les résultats des questionnaires des deux groupes: qu’elles contiennent ou non des corticoïdes, les infiltrations produisaient les mêmes effets.

Le Dr Janna Friedly (Université de Washington), auteure principale de l’étude, confie qu’elle ne s’attendait pas à de telles conclusions: «Les infiltrations de corticoïdes sont souvent utilisées pour apaiser les sténoses lombaires; nous avons donc été surpris de découvrir qu’elles n’apportaient rien aux patients.»

Trop coûteux?

Dans le New York Times, la journaliste Pam Belluck explique que les infiltrations comportent relativement peu de risques. La Food and Drug Administration signale tout de même des cas exceptionnels de cécité, d’accidents vasculaires cérébraux, de paralysie et de mort. Et ces infiltrations représentent une lourde charge pour le budget américain de la Santé: environ 500 000 dollars par an.

Si les infiltrations de corticoïdes (dont l’efficacité a par ailleurs été prouvée dans d’autres cas, comme celui également très fréquent de la hernie discale) ne sont visiblement pas efficaces contre les souffrances dues à la sténose lombaire, faut-il abandonner cette voie pour ménager les caisses de l’Etat?

Ce n’est pas l’avis du Dr Gunnar Andersson, professeur au service de chirurgie orthopédique du Rush University Medical Center (Chicago). «Les infiltrations sont efficaces chez certains; chez d’autres, elles n’ont pas d’effet, ou alors à très court terme», explique-t-il. S’il tient à cette procédure thérapeutique, c’est avant tout parce que la médecine est relativement démunie face à la sténose lombaire. «Nous ne disposons d’aucun traitement permettant de s’attaquer au problème sous-jacent, ou d’agir sur la sténose de façon durable».

Andersson explique qu’il est impossible de déterminer qui pourra bénéficier de la procédure. «Voilà ce que je dis à mes patients: "Vous pourriez essayer ceci avant d’opter pour l’intervention chirurgicale, mais je ne peux pas vous promettre que cela marchera à coup sûr".» Il les met toutefois en garde contre les injections répétées.

L’argumentation du Dr Andersson rappelle à quel point la question est complexe. L’étude publiée dans la célèbre revue américaine comporte d’autre part plusieurs zones d’ombre. Les infiltrations habituelles (corticoïdes et lidocaïne) et les autres (lidocaïne seule) ont obtenu les mêmes résultats positifs. Faut-il en conclure que ce type d’infiltration est inutile, ou que l’anesthésiant local est efficace par lui-même? Le Dr Friedly rejette cette seconde hypothèse. «Je ne pense pas que la lidocaïne a un effet à long terme. Mais certains pensent que la chose est possible.»

Exercice physique

Dans le New York Times, Pam Belluck rappelle quant à elle que les chercheurs ne se sont intéressés qu’à un type de sténose, la lombaire. Il existe d’autres formes de rétrécissements vertébraux, plus localisés et donc potentiellement plus faciles à traiter via des infiltrations.

Sur Planetesante.ch, le Dr Gaëlle Devillard rappelle que face à un mal dont les causes premières sont encore si mal connues, la meilleure arme demeure finalement la prévention. Et que cette dernière passe, comme c’est bien souvent le cas, par l’exercice physique.

__________

1. Un résumé (en anglais) de l’étude du New England Journal of Medicine est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Randonnée
Promeneuse sur un rocher

Randonneurs, évitez les serpents!

La randonnée est très appréciée en Suisse, et cela se comprend facilement au vu des paysages uniques...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
vrai_faux_mal_de_dos

Mal de dos: vérités et idées reçues

Huit personnes sur dix seront un jour ou l’autre victimes d’un mal de dos. Mais savez-vous quelles chaussures porter pour éviter ces douleurs ou encore quel matelas choisir?
mal_de_dos_dossier

Mal de dos, quand tu nous tiens... il faut bouger!

Très fréquente, la lombalgie peut avoir des origines diverses, tant la mécanique du dos est subtile et complexe. En déterminer son origine n’est pas simple, l’imagerie n’étant pas toujours d’une grande aide. Pour y remédier en revanche, un seul mot d’ordre: bouger!
Videos sur le meme sujet

Troubles musculo-squelettiques: un peu d’ergonomie svp!

Les troubles musculo-squelettiques sont la maladie professionnelle la plus courante en Suisse.

La préparation mentale dans le sport

Les sportifs professionnels subissent de plus en plus de pression, notamment à cause de sa surmédiatisation et des sports très exigeants avec des performances de plus en plus intenses.

Tout sur les maux de dos

Huit personnes sur dix souffriront un jour ou l'autre d'un mal de dos.
Maladies sur le meme sujet
Douleurs articulaires

Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme caractérisé par une inflammation de plusieurs articulations. «Poly» signifie plusieurs, et «arthr» signifie articulation.

Mains atteintes d'arthrose

Arthrose

L'arthrose est l'affection des articulations la plus fréquente et plus de la moitié des personnes en sont atteintes à des degrés divers après l’âge de 50 ans.

Mal de dos

Lombalgies communes (aiguës, subaiguës, chroniques)

La lombalgie est une douleur dans le bas du dos, qui s'accompagne souvent d'une limitation de la mobilité. La douleur peut parfois descendre jusqu'aux pieds ou remonter vers la nuque.

Symptômes sur le meme sujet
Playmobil

Arthralgies

J’ai mal à une/plusieurs articulation(s)
mal de dos

Sciatique

J’ai mal au dos / j'ai une sciatique
J'ai mal à la nuque

Cervicalgies

J'ai mal à la nuque / j'ai des cervicalgies