Une expédition en altitude, ça se prépare

Dernière mise à jour 16/02/18 | Article
expedition_altitude_prepare
Une expédition en montagne à haute altitude met le corps à rude épreuve. Le manque d’oxygène dû à la baisse de la pression atmosphérique, associé au froid et à l’activité physique, peuvent entraîner des malaises potentiellement graves, voire fatals. Veillez donc à bien vous préparer.

Avant de vous lancer dans une expédition en altitude, vous devriez évaluer votre aptitude à y participer avec votre médecin. Un âge avancé ou des problèmes de santé préexistants sont des facteurs de risque pouvant conduire à un malaise, mais les personnes jeunes et en bonne condition physique ne sont pas non plus à l’abri du mal des montagnes. Un médicament (l’acétazolamide, par exemple Diamox®) pourra vous être prescrit de manière préventive par votre médecin. Toutefois, la meilleure manière d’éviter les malaises lors d’une expédition en montagne consiste à prendre son temps pour l’ascension. Il est en général conseillé de ne pas franchir plus de 300 mètres d’altitude par jour au-delà de 2500 à 3000 mètres, afin de laisser le temps au corps de s’acclimater. Soyez également attentif à ne pas vous surmener (activité physique intense, manque de sommeil, etc.), car cela accroît le risque de malaise.

Mal des montagnes

Si vous montez trop vite, vous pourriez souffrir de symptômes variés tels que maux de tête, nausées, vertiges, insomnie et abattement, rassemblés sous le terme de «mal aigu des montagnes». Il vaut alors mieux vous arrêter pendant une journée avant de poursuivre votre ascension, voire redescendre de 500 à 1000 mètres et rester à cette altitude jusqu’à ce que vous soyez rétabli. Ne poursuivez pas votre expédition vaille que vaille, ou vous pourriez souffrir de problèmes encore plus graves, comme un œdème pulmonaire, entraînant des difficultés à respirer, ou un œdème cérébral, qui se manifeste par de forts maux de tête (qui ne sont soulagés ni par le paracétamol ni par l’ibuprofène), des vomissements et des troubles de l’équilibre. Ces affections sont graves et peuvent rapidement entraîner la mort. Elles imposent de redescendre (ou être redescendu) au plus vite en plaine et d’y être soigné par un médecin.

Éviter les gelures

L’équipement est primordial lors d’une expédition en altitude. Couvrez-vous bien (notamment le cou et le visage, mais aussi les mains, avec des gants recouverts par des moufles) et choisissez des vêtements parfaitement adaptés à votre taille (qui ne serrent pas). Veillez à garder vos mains et vos pieds bien au sec et alimentez-vous copieusement afin de pouvoir lutter contre le froid. En cas de gelure, il est possible de réchauffer les membres à l’aide d’eau chauffée à 37°C, mais uniquement une fois dans un lieu sûr et chaud. Une nouvelle exposition à un froid extrême risquerait d’entraîner de graves lésions des tissus.

______

Extrait de J’ai envie de comprendre… Ma santé en voyage, de Pascaline Minet, en collaboration avec le Dr Blaise Genton et la Dre Laurence Rochat, Ed. Planète Santé, 2015.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Dopage
Dopage sportif: la vérité sur l’«Aicar» et le «GW1516»

Dopage sportif: la vérité sur l’«Aicar» et le «GW1516»

Ces deux mystérieuses molécules sont au centre de bien des rumeurs dans les milieux sportifs. Elles ne...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bienfaits_l’altitude

Les bienfaits de l’altitude

Vivre ou séjourner à moyenne altitude est bénéfique, surtout si on y fait de l’exercice. Tout particulièrement pour les individus souffrant d’obésité ou d’hypertension, ainsi que pour les personnes âgées.
glisse_sans_accrocs

Pour une glisse sans accrocs

Sur les pistes, gare aux genoux des skieurs et aux poignets des snowboardeurs. Quant au casque, portez-le!
Pas besoin de gravir l’Himalaya pour souffrir du mal des montagnes

Pas besoin de gravir l’Himalaya pour souffrir du mal des montagnes

Ce trouble n’est pas réservé aux alpinistes de l’extrême. Il suffit souvent de monter au-delà de 2500 à 3000 mètres pour en ressentir les effets.
Videos sur le meme sujet

La montagne qui rend malade

Chaque année, des milliers de gens se rendent en altitude de par le monde. Que ce soient des alpinistes de haut niveau ou de simples touristes, ils sont nombreux à voir leur expédition ou voyage compromis par le mal aigu des montagnes qui, dans le pire des cas, peut tuer en quelques heures.

La montagne qui rend malade

Chaque année, des milliers de gens se rendent en altitude de par le monde. Que ce soient des alpinistes de haut niveau ou de simples touristes, ils sont nombreux à voir leur expédition ou voyage compromis par le mal aigu des montagnes qui, dans le pire des cas, peut tuer en quelques heures.

Une heure spéciale sur la médecine de montagne

A l'occasion du Congrès international de médecine de montagne (GRIMM), à Champéry, Bastien Confino et Anne Baecher vous propose une émission spéciale sur cette spécialité en direct de la station valaisanne.
Maladies sur le meme sujet
Le mal des montagnes

Maladies d'altitude

Environ une personne sur deux qui monte rapidement (en 24 heures) à une altitude de 4500 mètres souffrira d’un mal de montagne et une sur dix d’un œdème pulmonaire.