Que faire pour éviter le mal des montagnes?

Dernière mise à jour 04/07/13 | Top conseils
Que faire pour éviter le mal des montagnes?
Le mal aigu des montagnes n’a rien de grave, mais il oblige à redescendre rapidement en plaine, ce qui a de quoi gâcher la plus belle course. Que faire pour l’éviter? Les conseils d’Hervé Duplain, médecin-chef du service de médecine interne à l’Hôpital du Jura à Delémont.

Préparer sa course

Lorsqu’on part en montagne, «il faut se donner du temps », souligne le spécialiste de médecine d’altitude, afin de se réserver des jours de repos en cas de besoin.

Il est d’ailleurs nécessaire de planifier son séjour pour ne pas avoir à «franchir plus de 300 ou 400 mètres d’altitude entre deux étapes», c’est-à-dire entre les endroits où l’on passe la nuit. Entre-temps, on peut aller au-delà et gravir un plus haut sommet, «cela a une importance moindre».

Boire régulièrement

La marche en montagne demande un effort physique qui fait transpirer. Les amateurs doivent donc éviter la déshydratation, «qui est un des facteurs de risque du mal des montagnes». Il est donc nécessaire de se munir de bouteilles ou de gourdes d’eau. Pour s’assurer que l’on boit bien assez, il suffit de surveiller ses urines «qui doivent être claires; si elles sont foncées, c’est le signe que l’on n’est pas suffisamment hydraté».

Bien manger

Pour s’adapter au stress de l’altitude, «l’organisme a besoin d’énergie, le mieux étant d’en consommer sous forme d’hydrates de carbone, c’est-à-dire de sucres», dit le médecin, en rappelant que les personnes dénutries augmentent leur risque de souffrir du mal des montagnes. A ceux qui partent pour de lointaines destinations et qui pourraient être surpris par les habitudes culinaires du lieu, le spécialiste recommande d’emporter «du chocolat et des barres de céréales». Quant au ginkgo biloba, qui est parfois recommandé, «il ne peut pas faire de mal, mais son bénéfice n’est pas prouvé».

Contre-indications

Les promenades en altitude sont fortement déconseillées à ceux qui «souffrent de maladies cardiaques ou pulmonaires sévères», souligne Hervé Duplain. Il recommande donc aux personnes concernées «d’en discuter avec leur médecin avant de partir». Quant aux femmes enceintes qui sont affectées par la pré-éclampsie (une hypertension artérielle spécifique à la grossesse), elles devraient plutôt s’abstenir; en revanche, les autres «ne sont pas plus sujettes au mal des montagnes que l’ensemble de la population».

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
expedition_altitude_prepare

Une expédition en altitude, ça se prépare

Une expédition en montagne à haute altitude met le corps à rude épreuve. Le manque d’oxygène dû à la baisse de la pression atmosphérique, associé au froid et à l’activité physique, peuvent entraîner des malaises potentiellement graves, voire fatals. Veillez donc à bien vous préparer.
glisse_sans_accrocs

Pour une glisse sans accrocs

Sur les pistes, gare aux genoux des skieurs et aux poignets des snowboardeurs. Quant au casque, portez-le!
Pas besoin de gravir l’Himalaya pour souffrir du mal des montagnes

Pas besoin de gravir l’Himalaya pour souffrir du mal des montagnes

Ce trouble n’est pas réservé aux alpinistes de l’extrême. Il suffit souvent de monter au-delà de 2500 à 3000 mètres pour en ressentir les effets.
Videos sur le meme sujet

La montagne qui rend malade

Chaque année, des milliers de gens se rendent en altitude de par le monde. Que ce soient des alpinistes de haut niveau ou de simples touristes, ils sont nombreux à voir leur expédition ou voyage compromis par le mal aigu des montagnes qui, dans le pire des cas, peut tuer en quelques heures.

La montagne qui rend malade

Chaque année, des milliers de gens se rendent en altitude de par le monde. Que ce soient des alpinistes de haut niveau ou de simples touristes, ils sont nombreux à voir leur expédition ou voyage compromis par le mal aigu des montagnes qui, dans le pire des cas, peut tuer en quelques heures.

Une heure spéciale sur la médecine de montagne

A l'occasion du Congrès international de médecine de montagne (GRIMM), à Champéry, Bastien Confino et Anne Baecher vous propose une émission spéciale sur cette spécialité en direct de la station valaisanne.
Maladies sur le meme sujet
Le mal des montagnes

Maladies d'altitude

Environ une personne sur deux qui monte rapidement (en 24 heures) à une altitude de 4500 mètres souffrira d’un mal de montagne et une sur dix d’un œdème pulmonaire.