Prêt pour une expédition en altitude?

Dernière mise à jour 03/02/12 | Top conseils
Une personne admirant la montagne
La haute montagne fait de plus en plus rêver, et pas seulement les sportifs chevronnés. Chaque année, de plus en plus de gens se rendent en altitude, sans en connaître forcément les risques pour la santé. Or, le manque d’oxygène, associé au froid, représente un véritable stress pour le corps, d’autant plus quand on s’expose à ces conditions de façon prolongée.

Des symptômes tels que des nausées, des vomissements, des maux de tête, de l’insomnie, un essoufflement, des troubles de la coordination par exemple, peuvent apparaître. Dans les pires des cas, des problèmes plus sérieux tels qu’un œdème cérébral ou pulmonaire peuvent aussi se présenter.

Pour répondre à une demande croissante, le CHUV a ouvert en 2007 une consultation spécialisée en médecine de montagne. Le but de cette consultation est d’évaluer le risque individuel en fonction de l’état de santé, des antécédents médicaux, de la condition physique des patients, etc. et de proposer une prise en charge personnalisée, autant pour les amateurs que pour les sportifs confirmés. «Notre rôle est d’informer les patients sur les pathologies liées à l’altitude et de les aider à les reconnaître», explique le Prof. Claudio Sartori, Médecin Adjoint responsable de cette consultation. Ce travail de prévention est complété par un examen clinique, un test de réactivité pulmonaire au manque d’oxygène et un dépistage des problèmes potentiels liés à la pratique d’une activité physique en haute altitude.

Consultation médecine de montagne du CHUV

Tel secrétariat 021 314 09 30
Mardi et jeudi après-midi sur rendez-vous

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Noyade
noyade_seche

La noyade sèche existe-t-elle?

Depuis le début du mois de mai, la Centrale Téléphonique des Médecins de Garde (CTMG) a reçu plus de...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
expedition_altitude_prepare

Une expédition en altitude, ça se prépare

Une expédition en montagne à haute altitude met le corps à rude épreuve. Le manque d’oxygène dû à la baisse de la pression atmosphérique, associé au froid et à l’activité physique, peuvent entraîner des malaises potentiellement graves, voire fatals. Veillez donc à bien vous préparer.
glisse_sans_accrocs

Pour une glisse sans accrocs

Sur les pistes, gare aux genoux des skieurs et aux poignets des snowboardeurs. Quant au casque, portez-le!
Pas besoin de gravir l’Himalaya pour souffrir du mal des montagnes

Pas besoin de gravir l’Himalaya pour souffrir du mal des montagnes

Ce trouble n’est pas réservé aux alpinistes de l’extrême. Il suffit souvent de monter au-delà de 2500 à 3000 mètres pour en ressentir les effets.
Videos sur le meme sujet

Une heure spéciale sur la médecine de montagne

A l'occasion du Congrès international de médecine de montagne (GRIMM), à Champéry, Bastien Confino et Anne Baecher vous propose une émission spéciale sur cette spécialité en direct de la station valaisanne.

Quand on devient un danger pour soi-même en montagne

Nader Perroud, médecin, spécialiste FMH en psychiatrie et psychothérapie au Département de santé mentale et de psychiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), parle de risque et de sports extrêmes en altitude.

Un caisson hyperbare dans ses bagages

Qui dit montagne dit altitude.
Maladies sur le meme sujet
Le mal des montagnes

Maladies d'altitude

Environ une personne sur deux qui monte rapidement (en 24 heures) à une altitude de 4500 mètres souffrira d’un mal de montagne et une sur dix d’un œdème pulmonaire.