Mal des montagnes: en finir avec les idées reçues

Dernière mise à jour 04/07/13 | Vrai/Faux
Mal des montagnes: en finir avec les idées reçues
Le mal des montagnes est réservé uniquement aux non-sportifs? Aux enfants? Faut-il arrêter de boire ou au contraire bien s'hydrater? On vous dit tout!

Le mal des montagnes ne touche pas uniquement les alpinistes de l’extrême

VRAI. Nul besoin d’escalader l’Himalaya pour être touché par le mal aigu des montagnes. Il suffit de marcher dans les Alpes et de monter à plus de 2500 ou 3000 m d’altitude pour en être atteint.

Les enfants y sont plus sensibles que les adultes

FAUX. Contrairement à ce que l’on a longtemps pensé, les plus jeunes ne sont pas plus susceptibles que les adultes au mal de montagne.

Les sportifs ne risquent rien

FAUX. Certaines personnes sont sensibles au mal aigu des montagnes, d’autres non. Cela n’a rien à voir avec la condition physique et l’entraînement ne protège pas forcément contre l’apparition du trouble. Cela dit, les personnes bien entraînées produisent moins d’efforts lors d’une excursion ou d’un trekking et de ce fait, ils ont moins de risque de développer une maladie d’altitude.

Lorsque l’on souffre d’un œdème pulmonaire en montagne, il faut cesser de boire

FAUX. Surtout pas. Il est vrai qu’en altitude, certaines personnes peuvent être atteintes d’un œdème pulmonaire, maladie qui se manifeste par l’apparition de liquide dans les alvéoles de l’organe. Mais cesser de boire n’y change rien. Pire, «c’est dangereux», souligne Hervé Duplain, spécialiste de médecine d’altitude à l’Hôpital du Jura à Delémont. Le médecin déconseille aussi fortement de prendre des médicaments diurétiques pour uriner davantage car, dit-il, «ils ne font qu’aggraver la situation».

Il est dangereux d’avoir les mains qui gonflent

FAUX. Il n’est pas rare que les amateurs de montagne aient les mains, les pieds ou même les paupières qui gonflent. On peut d’ailleurs ressentir ces symptômes même sans avoir un mal aigu des montagnes. Quoi qu’il en soit, «ils ne signifient pas que l’on risque de souffrir d’un œdème pulmonaire ou cérébral», précise le spécialiste. Inutile de s’inquiéter de ces manifestations «qui n’ont rien de dangereux et qui disparaissent dès que l’on redescend».

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Noyade
noyade_seche

La noyade sèche existe-t-elle?

Depuis le début du mois de mai, la Centrale Téléphonique des Médecins de Garde (CTMG) a reçu plus de...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
expedition_altitude_prepare

Une expédition en altitude, ça se prépare

Une expédition en montagne à haute altitude met le corps à rude épreuve. Le manque d’oxygène dû à la baisse de la pression atmosphérique, associé au froid et à l’activité physique, peuvent entraîner des malaises potentiellement graves, voire fatals. Veillez donc à bien vous préparer.
glisse_sans_accrocs

Pour une glisse sans accrocs

Sur les pistes, gare aux genoux des skieurs et aux poignets des snowboardeurs. Quant au casque, portez-le!
Pas besoin de gravir l’Himalaya pour souffrir du mal des montagnes

Pas besoin de gravir l’Himalaya pour souffrir du mal des montagnes

Ce trouble n’est pas réservé aux alpinistes de l’extrême. Il suffit souvent de monter au-delà de 2500 à 3000 mètres pour en ressentir les effets.
Videos sur le meme sujet

Une heure spéciale sur la médecine de montagne

A l'occasion du Congrès international de médecine de montagne (GRIMM), à Champéry, Bastien Confino et Anne Baecher vous propose une émission spéciale sur cette spécialité en direct de la station valaisanne.

Quand on devient un danger pour soi-même en montagne

Nader Perroud, médecin, spécialiste FMH en psychiatrie et psychothérapie au Département de santé mentale et de psychiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), parle de risque et de sports extrêmes en altitude.

Un caisson hyperbare dans ses bagages

Qui dit montagne dit altitude.
Maladies sur le meme sujet
Le mal des montagnes

Maladies d'altitude

Environ une personne sur deux qui monte rapidement (en 24 heures) à une altitude de 4500 mètres souffrira d’un mal de montagne et une sur dix d’un œdème pulmonaire.