Mal des montagnes: en finir avec les idées reçues

Dernière mise à jour 04/07/13 | Vrai/Faux
Mal des montagnes: en finir avec les idées reçues
Le mal des montagnes est réservé uniquement aux non-sportifs? Aux enfants? Faut-il arrêter de boire ou au contraire bien s'hydrater? On vous dit tout!

Le mal des montagnes ne touche pas uniquement les alpinistes de l’extrême

VRAI. Nul besoin d’escalader l’Himalaya pour être touché par le mal aigu des montagnes. Il suffit de marcher dans les Alpes et de monter à plus de 2500 ou 3000 m d’altitude pour en être atteint.

Les enfants y sont plus sensibles que les adultes

FAUX. Contrairement à ce que l’on a longtemps pensé, les plus jeunes ne sont pas plus susceptibles que les adultes au mal de montagne.

Les sportifs ne risquent rien

FAUX. Certaines personnes sont sensibles au mal aigu des montagnes, d’autres non. Cela n’a rien à voir avec la condition physique et l’entraînement ne protège pas forcément contre l’apparition du trouble. Cela dit, les personnes bien entraînées produisent moins d’efforts lors d’une excursion ou d’un trekking et de ce fait, ils ont moins de risque de développer une maladie d’altitude.

Lorsque l’on souffre d’un œdème pulmonaire en montagne, il faut cesser de boire

FAUX. Surtout pas. Il est vrai qu’en altitude, certaines personnes peuvent être atteintes d’un œdème pulmonaire, maladie qui se manifeste par l’apparition de liquide dans les alvéoles de l’organe. Mais cesser de boire n’y change rien. Pire, «c’est dangereux», souligne Hervé Duplain, spécialiste de médecine d’altitude à l’Hôpital du Jura à Delémont. Le médecin déconseille aussi fortement de prendre des médicaments diurétiques pour uriner davantage car, dit-il, «ils ne font qu’aggraver la situation».

Il est dangereux d’avoir les mains qui gonflent

FAUX. Il n’est pas rare que les amateurs de montagne aient les mains, les pieds ou même les paupières qui gonflent. On peut d’ailleurs ressentir ces symptômes même sans avoir un mal aigu des montagnes. Quoi qu’il en soit, «ils ne signifient pas que l’on risque de souffrir d’un œdème pulmonaire ou cérébral», précise le spécialiste. Inutile de s’inquiéter de ces manifestations «qui n’ont rien de dangereux et qui disparaissent dès que l’on redescend».

A LIRE AUSSI

Natation
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
sport_seniors

Les bienfaits du sport chez les seniors

De plus en plus de retraités pratiquent une activité physique. Ils en retirent de nombreux bénéfices...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Pas besoin de gravir l’Himalaya pour souffrir du mal des montagnes

Pas besoin de gravir l’Himalaya pour souffrir du mal des montagnes

Ce trouble n’est pas réservé aux alpinistes de l’extrême. Il suffit souvent de monter au-delà de 2500 à 3000 mètres pour en ressentir les effets.
Les maux de la montagne

Les maux de la montagne

La haute montagne attire un public toujours plus large. Mais cette nouvelle catégorie de touristes n’a pas forcément conscience des dangers de ce milieu pour la santé. Car ils existent. Précisions.
Une personne admirant la montagne

Prêt pour une expédition en altitude?

La haute montagne fait de plus en plus rêver, et pas seulement les sportifs chevronnés. Chaque année, de plus en plus de gens se rendent en altitude, sans en connaître forcément les risques pour la santé. Or, le manque d’oxygène, associé au froid, représente un véritable stress pour le corps, d’autant plus quand on s’expose à ces conditions de façon prolongée.
Videos sur le meme sujet

MAM et oedèmes: les maladies de haute altitude

Rien de tel pour la santé qu'une balade en montagne. Mais attention lors de la montée en altitude. Le mal aigü des montagnes peut vous tomber dessus, surtout chez les alpinistes.

Avalanches: randonneurs et freeriders, soyez curieux!

De nombreux sportifs, amateurs de neige poudreuse ou de grands espaces se retrouvent chaque année pris au piège mortel d'une avalanche. Pour mieux comprendre le phénomène des avalanches, le point avec l'Antidote.

Sports de neige: des accidents à la pelle

Quel plaisir de dévaler une belle pente de neige! Mais gare à la chute! Un accident est vite arrivé, et les conséquences peuvent parfois s'avérer graves. L'antidote fait le point.
Maladies sur le meme sujet
Le mal des montagnes

Maladies d'altitude

Environ une personne sur deux qui monte rapidement (en 24 heures) à une altitude de 4500 mètres souffrira d’un mal de montagne et une sur dix d’un œdème pulmonaire.