Traiter les apnées du sommeil positionnelles

Dernière mise à jour 11/03/14 | Article
Traiter les apnées du sommeil positionnelles
Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS), communément appelé «apnées du sommeil», toucherait plus de 120 000 personnes en Suisse, soit 4% des hommes et 2% des femmes d’âge moyen.

Caractérisé par une obstruction partielle ou complète des voies aériennes supérieures (VAS), qui se répète plusieurs fois par heure au cours de la nuit, le SAOS peut avoir des conséquences importantes sur la santé. Outre son impact sur la qualité du sommeil et le fonctionnement du système nerveux, le SAOS favoriserait également la survenue de maladies et accidents cardiovasculaires.

SAOS positionnel

Chez plus de la moitié des patients concernés par le SAOS, la position adoptée durant le sommeil modifie considérablement la fréquence et la sévérité des pauses respiratoires nocturnes. On parle de SAOS «positionnel» lorsque la position dorsale augmente de plus de 50% ces apnées, et de SAOS «positionnel exclusif» quand les obstructions ne se produisent que si le patient dort sur le dos. Ces formes positionnelles de SAOS se retrouvent préférentiellement chez les personnes jeunes, dont l’indice de masse corporelle est bas et avec un nombre d’apnées par heure de sommeil peu élevé.

Traitement

Le choix d’une option thérapeutique prend en compte le degré de sévérité du syndrome, les répercussions sur la vie en journée, les conditions médicales associées, les préférences et les attentes du patient. Quel que soit le traitement choisi le médecin renseignera le patient sur les règles de base d’hygiène de sommeil à respecter et sur les facteurs de risques sur lesquels il peut agir (excès de poids, consommation d’alcool, de somnifères ou de médicaments myorelaxants).

Actuellement le traitement de choix du SAOS est l’administration d’une pression positive continue (CPAP – continous positive airway pressure). Le patient dort alors avec un masque relié à un appareil électrique qui génère la pression d’air dite positive. Celle-ci lutte mécaniquement contre l’obstruction des voies respiratoires. Cependant, le port du masque, associé au bruit de la machine, peut parfois constituer un obstacle dans le suivi du traitement à long terme.

Thérapie positionnelle

Il existe aujourd’hui différentes «thérapies positionnelles», consistant à décourager le sommeil en position dorsale. On trouve par exemple des dispositifs visant à rendre la position dorsale inconfortable, voire douloureuse. D’autres jouent plutôt sur un effet de volume dérangeant, et se présentent sous la forme d’un coussin muni de bretelles. Ce système présente l’avantage de ne pas provoquer de douleurs dorsales. Récemment, une troisième méthode a été développée: il s’agit d’un dispositif qui se porte autour du thorax ou du cou. Celui-ci vibre lorsque le patient se met sur le dos, l’amenant ainsi à changer de position.

Coût et efficacité

En Suisse, il est maintenant possible de trouver différents modèles de gilets munis de coussins dans les boutiques d’équipements médicaux ou chez les orthopédistes. Sur demande motivée, certaines caisses maladie acceptent de rembourser tout ou partie de ces dispositifs. Les systèmes vibrants sont plus onéreux (entre 500 et 600 francs) et pour l’instant non remboursés.

Concernant l’efficacité de la thérapie positionnelle, les quelques études menées ont montré une réduction significative des apnées du sommeil, dans le cas de syndromes légers à modérés. Il faut cependant noter que ces travaux n’ont porté que sur de petits échantillons de malades et n’ont pas évalué l’effet de la thérapie positionnelle sur les troubles neuro-cognitifs ou le risque cardiovasculaire associés au SAOS.

La thérapie positionnelle représente donc une alternative valable pour le traitement des cas les plus légers de SAOS positionnel exclusif, mais l’efficacité de la CPAP demeure supérieure. Cette approche doit donc rester le traitement de première ligne. Il est également possible de coupler les deux approches, la thérapie positionnelle permettant de diminuer le niveau de pression positive à appliquer, ce qui peut être d’une grande aide pour les patients intolérants.

 

Référence

Adapté de «Syndrome d’apnées du sommeil positionnel» par Drs S. Vat, J. Haba-Rubio et R. Heinzer, Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil et Service de pneumologie, CHUV.In Revue médicale suisse 2013; 9: 2150-4. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Apnée du sommeil
Aspirateur

Les secrets révélés de l'apnée du sommeil

Des millions de personnes s’étouffent chaque nuit. La coupable? L’évolution.
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
sommeil_fatalite

Même s’ils sont de plus en plus fréquents, les troubles du sommeil ne sont pas une fatalité

De plus en plus observé et contrôlé, le sommeil reste une fonction biologique mystérieuse. Pourquoi certains ont de la peine à s’endormir? Et comment aborder les problèmes d’insomnie? Les réponses du Dr Raphaël Heinzer, co-auteur du livre «Je rêve de dormir» aux éditions Favre et fondateur du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) qui fêtera ses dix ans le 13 décembre prochain.
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir d’apnées du sommeil. Ce questionnaire simple a été mis au point par le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
Aspirateur

Les secrets révélés de l'apnée du sommeil

Des millions de personnes s’étouffent chaque nuit. La coupable? L’évolution.
Videos sur le meme sujet

Apnées du sommeil: des solutions pour vivre avec

Qu'est-ce que les apnées du sommeil? Comment lutter contre et les prévenir ? L'antidote fait le point.