Le papillomavirus, un cas à part

Dernière mise à jour 17/11/20 | Article
pulsations_papillomavirus_part
Le papillomavirus humain (ou HPV) est l’infection sexuellement transmissible la plus répandue. Ces virus sont si fréquents dans la population – en particulier chez les 16 à 25 ans – qu’on les considère comme des marqueurs d’activité sexuelle: 90% des personnes sexuellement actives seront en contact avec des HPV au cours de leur vie. Dans la plupart des cas, ces infections ne provoquent aucun symptôme et guérissent spontanément.

Le chiffre

260 Le nombre de nouveaux cas de cancer du col de l’utérus chaque année en Suisse.

Néanmoins, on se méfie de la famille des HPV qui, contrairement aux autres IST, peut provoquer un cancer. Derrière cet acronyme se cachent en fait plus de 200 génotypes.  Si la majorité d’entre eux n’est responsable que de verrues génitales (condylomes), une vingtaine est en cause dans les dysplasies (modification anormale des cellules qui constituent la surface du col utérin) et autres lésions cancéreuses. L’infection au HPV peut être à l’origine d’un cancer du col de l’utérus, mais aussi de cancers dans les sphères anogénitale (vagin, vulve, anus, pénis) et ORL, y compris chez l’homme.

Comment s’en prémunir

Le préservatif ne permet pas à lui seul de s’en protéger, les papillomavirus se transmettant aussi par contact cutané. D’où l’intérêt de la vaccination, qui couvre quelques-uns des HPV les plus agressifs.  Elle est recommandée chez les filles entre 11 et 26 ans et, depuis 2016, chez les garçons, idéalement avant les premiers rapports sexuels. Le vaccin est remboursé s’il est effectué dans le cadre des programmes cantonaux de vaccination. Limiter le nombre de partenaires est également conseillé.

Quant au dépistage du cancer du col de l’utérus (frottis), qui décèle les lésions précancéreuses, il a permis de diminuer drastiquement l’incidence de ce cancer.  Il doit être répété tous les trois ans chez les femmes entre 21 et 70 ans.

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Santé sexuelle
Les humains sont-ils monogames ou polygames?

Les humains sont-ils monogames ou polygames?

Les archéologues, les anthropologues et les biologistes sont d'accord sur un point: la question est complexe.
Lire la suite
Libido
L’excitation sexuelle atténue nos sensations de dégoût

L’excitation sexuelle atténue nos sensations de dégoût

Une nouvelle étude montre que les sensations de dégoût s’atténuent sous l’effet de l’excitation sexuelle...
Lire la suite
Santé sexuelle
Non, l'excentricité sexuelle n'est pas une maladie mentale

Non, l'excentricité sexuelle n'est pas une maladie mentale

Faire entrer dans le DSM V les «troubles paraphiliques» est une décision superflue, non scientifique...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
pulsations_interview_Bianchi-Demicheli

«Le plaisir est un moteur fondamental»

Interview du Pr Francesco Bianchi­Demicheli, responsable de l’Unité de médecine sexuelle et sexologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
pulsations_vih_idées_reçues

VIH: stop aux idées reçues

Après une prise de risque, un délai est-il nécessaire pour détecter le VIH dans le sang? Quand une personne séropositive prend un traitement, est-il nécessaire d’utiliser des préservatifs? Etc... Questions-réponses sur le VIH.
pulsations_infections_sexuellement_transmissibles_protéger

Connaître les infections sexuellement transmissibles (IST) pour mieux s’en protéger

Longtemps occultées par le sida, les autres infections sexuellement transmissibles occupent aujourd’hui le devant de la scène. La recrudescence de maladies que l’on croyait oubliées et la méconnaissance de leurs risques, surtout chez les jeunes, inquiètent. Et si l’information et la promotion d’une sexualité positive étaient la meilleure des préventions?
Videos sur le meme sujet

Bilan: vaccination contre le papillomavirus chez les jeunes filles

Le HPV, ou le papillomavirus humain, est connu pour favoriser le développement du cancer du col de l’utérus.