Traitement de la rosacée: quelles avancées?

Dernière mise à jour 19/06/18 | Article
rosacee_avancees
Inflammatoire et chronique, la rosacée est une maladie de peau courante dont les multiples manifestations sont rassemblées en quatre sous-types. A chacun correspond un traitement distinct qui a pour objectif d’atténuer les symptômes et leur impact sur le patient.

Fréquente au sein de la population suisse, la rosacée est un trouble dermatologique chronique. Classifiée selon quatre types, chaque catégorie nécessite un traitement différent, qui agit cependant davantage sur les symptômes que sur les mécanismes de la pathologie, encore méconnus.

Qui est concerné?

De simples rougeurs de «bonne mine» à une souffrance défigurante, cette affection faciale, qui touche entre 2 et 10% des adultes en Europe, se manifeste de différentes façons. Les personnes concernées ont le plus souvent la peau, les cheveux et les yeux clairs, c’est pourquoi on parle de «malédiction des Celtes». Souvent confondue avec l’acné, elle débute à l’âge adulte et concerne plus particulièrement les femmes entre 40 et 50 ans.

Evolution de la rosacée

Pathologie fluctuant entre poussées et rémissions, certains facteurs environnementaux comme l’alcool, l’exposition au soleil, le sport, les épices, le stress et les changements de température sont à surveiller. Même si elle tend à se confirmer, la progression entre les différents stades de la maladie reste cependant incertaine et fait l’objet d’études plus approfondies.

Le système immunitaire en cause

Auto-inflammatoire, la survenue de la rosacée pourrait en fait venir d’une exacerbation du système immunitaire influencée par l’exposition aux UV, les radicaux libres d’oxygène, et différents microbes, notamment. On suspecte aussi une anomalie vasculaire du visage se traduisant par des bouffées vasomotrices et un érythème permanent (la couperose). Résultat, un œdème permanent du derme, favorisant un acarien responsable de lésions papulo-pustuleuses. Les peptides antimicrobiens (AMP) –protéines naturelles aux propriétés antimicrobiennes– activeraient aussi le système immunitaire, et joueraient un rôle déterminant dans cette affection. Par ailleurs, le récepteur TLR2 provoque dès son activation une réponse inflammatoire à la vitamine D issue des rayons UV et des agents microbiens. La rosacée serait en fait la réponse à cette hypersollicitation du système immunitaire. Dernière piste, la bactérie Bacillus oleronius qui contribuerait à déclencher la rosacée.

Quatre sous-types

Le premier sous-type de rosacée se caractérise par des érythèmes permanents ou transitoires, nommés «flushs». Les flushs sont des bouffées vasomotrices soudaines à l’origine de rougeurs et de chaleur, qui disparaissant spontanément. Changements de température, soleil, alcool, stress, émotions, nourriture épicée et sport en seraient les principaux déclencheurs.

Le sous-type papulo-pustuleux se manifeste quant à lui par un érythème qui touche plutôt la bouche et les paupières. Aucun comédon ni cicatrice ne sont visibles, mais des sensations de brûlure et de tiraillements interviennent.

Le phyma, un autre sous-type, consiste en un érythème et un épaississement cutané pouvant provoquer des nodules défigurants au niveau du nez, mais aussi des sourcils, des oreilles, du menton et des paupières. Les hommes de plus de 50 ans sont les plus concernés. On remarque une hypertrophie des glandes sébacées.

Enfin, la forme oculaire est une atteinte larmoyante avec des picotements ponctuels, une photosensibilité, une hypertrophie des paupières et de la conjonctive. Souvent négligée, elle pourrait concerner jusqu’à 9% de la population, 5% étant diagnostiqués par un dermatologue.
Les types plus rares de rosacée sont la forme fulminante, la forme de «Morbihans» (œdémateuse) et la forme granulomateuse. Il convient, dans tous les cas, de consulter un spécialiste.

Quels outils pour réduire l’impact de la rosacée?

Les conséquences psychiques et sociales de la rosacée sont latentes, avec parfois une angoisse de rougir en public et le risque que ces rougeurs soient confondues avec l’alcoolisme, et aboutissent à une perte de confiance en soi. Se protéger du soleil permet de contrer les radicaux libres dus aux UV. Le soin de la peau au quotidien à l’aide d’un nettoyage doux et d’une hydratation légère adaptée à la saison est recommandé. Gommages, peelings et fond de teint sont à proscrire. Il existe par ailleurs des techniques de maquillage afin de camoufler les rougeurs avec des correcteurs de teinte verte. Côté médicaments, des comprimés –notamment antibiotiques–, des gels et des collyres, ainsi que le laser et la chirurgie sont des outils pour remédier à la rosacée. Enfin, les recherches en cours laissent présager de nouveaux traitements pour la soigner.

Acné, lupus érythémaux, dermatite… A ne pas confondre!

Touchant les plus jeunes, l’acné comprend, à la différence de la rosacée, séborrhées, comédons, kystes, et ne se limite pas au visage. Les lupus, quant à eux, ne comportent pas de flushs, pas de papulo-pustules, et pas de photosensibilité. La dermatite séborrhéique peut s’associer à la rosacée avec des érythèmes sur les plis nasogéniens (rides allant du nez à la bouche), la gabelle («rides du lion»), les sourcils et le cuir chevelu. Enfin, bien que rare, il existe une rosacée induite par des médicaments.

 _________

Adapté de «Rosacée: où en sommes-nous?», Drs Justine Czernielewski, Conrad Curdin, Service de dermatologie, CHUV, Lausanne. In Revue Médicale Suisse 2016;12:1272-7, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Piqûres d'insectes
Allo_Dr_pique_guepe

Allô Docteur, mon enfant a été piqué par une guêpe

Que faire si votre enfant a été piqué par une guêpe, un frelon ou une abeille? Les réponses des Prs Annick...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Douleurs au tendon d’Achille: quel traitement?

Douleurs au tendon d’Achille: quel traitement?

Une blessure au tendon d’Achille est un problème bien connu des sportifs, particulièrement des adeptes...
Lire la suite
Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
dermatologie_solutions_maux_peau

Dermatologie: quelles solutions aux maux de la peau

On ne se souvient plus très bien quand ils sont apparus mais parfois, boutons, papules, rougeurs ou taches pigmentaires peuvent subitement sembler plus présents, voire plus pesants sur le moral. Une fois le bronzage estival disparu, les petits soucis de peau sont plus flagrants et l’automne peut être le bon moment pour consulter un dermatologue afin de faire le point et éventuellement entamer un traitement. Des traitements topiques aux séances de lumière pulsée ou de laser, l’arsenal des dermatologues est aujourd’hui bien étoffé et permet de proposer une prise en charge adaptée aux spécificités de chaque peau.
peau_enfant_benignes

Maladies de peau chez l’enfant: fréquentes et souvent bénignes

On parle souvent d’une «peau de bébé» en référence à une peau douce et parfaitement lisse. Pourtant, les problèmes de peau sont très fréquents chez les enfants et ce, à tout âge.
allergie_soleil

Comprendre l’allergie au soleil

En constante augmentation, les allergies au soleil apparaissent principalement au niveau du décolleté et des bras sous forme de minuscules papules rouges.
Videos sur le meme sujet

Quand les lasers vous font la peau

Huma Khamis sʹintéresse aux applications des lasers en dermatologie.

Cosmétiques: si vous saviez tout ce qui traverse la peau

Chaque jour, notre peau absorbe toute une série de substances. Des mesures de précaution peuvent être prises pour minimiser les impacts sur notre santé.

La lumière bleue pour traiter en douceur certaines dermatites

Les vertus de la lumière pour traiter ou prévenir les dépressions saisonnières ou les troubles du sommeil sont connues.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_acne

Acné

L’acné est une maladie du follicule sébacé formé par la glande sébacée et le poil. À la puberté, la glande sébacée sécrète du sébum en excès et trop épais, ce qui obstrue son orifice. C’est ce qui s’appelle la séborrhée. Cela provoque alors des comédons ouverts –les fameux points noirs– et des microkystes blancs, aussi appelés comédons fermés. Apparaissent également des pustules et des papules qui sont des petits boutons fermes et lisses.