Le syndrome de Gilbert, méconnu mais répandu

Dernière mise à jour 27/06/22 | Article
PS45_syndrome_gilbert
Vous êtes souvent fatigué, ressentez parfois des douleurs au niveau du foie ou présentez un teint légèrement jaune? Vous êtes peut-être atteint du syndrome de Gilbert, une affection hépatique peu connue mais qui concernerait 6% de la population.

6% de la population serait concernée par le syndrome de Gilbert, mais une vaste proportion serait asymptomatique1

Portant le nom du médecin qui l’a décrite pour la première fois au début du 20e siècle, la maladie de Gilbert est un trouble du métabolisme qui peut rester asymptomatique durant des années. Des symptômes peuvent aussi survenir par poussées avant de disparaître à nouveau. Parfois, ceux-ci sont toutefois plus récurrents et affectent le quotidien. Fatigue, nausées, douleurs abdominales, coloration jaune de la peau et des yeux sont les désagréments le plus fréquemment cités. Certains facteurs sont par ailleurs soupçonnés d’agir comme des déclencheurs de ces symptômes: un jeûne alimentaire, un stress important, une infection, certains médicaments ou encore une mauvaise hygiène alimentaire. Mais aucune étude scientifique rigoureuse n’a permis à ce jour d’établir un lien de cause à effet.

Une enzyme fainéante

La maladie de Gilbert est une anomalie génétiquement transmise qui se caractérise par une dégradation et une élimination insuffisantes de la bilirubine, un pigment biliaire (lire encadré). Ce dysfonctionnement est dû à la déficience de la glucuronosyl-transférase, une enzyme du foie. «Chez les personnes concernées, cette enzyme est simplement plus paresseuse. Mais cela n’a d’impact ni sur la santé, ni sur l’espérance de vie, rassure le Pr Jean-Louis Frossard, médecin-chef du Service de gastro-entérologie et hépatologie des Hôpitaux universitaires de Genève. On parle donc plus volontiers de "syndrome" de Gilbert que de "maladie".» 

Le diagnostic se fait le plus souvent au détour d’une évaluation clinique et d’un bilan sanguin hépatique, qui présentera alors une élévation anormale du taux de bilirubine2 dans le sang, jusqu’à cinq fois supérieur à la moyenne. L’élévation du taux de bilirubine pouvant également être la conséquence de pathologies comme une hépatite, une cirrhose, une obstruction biliaire ou un cancer du pancréas, il est important d’exclure rapidement d’autres anomalies sous-jacentes. 

Le diagnostic peut éventuellement être confirmé par un test génétique qui indiquera la présence d’une mutation spécifique sur le gène UGT1A1. «Mais ce test n’est pas pris en charge par l’assurance maladie et n’a pas grande utilité, le bilan clinique étant suffisant», tempère le spécialiste. 

Conserver une bonne hygiène de vie

S’agissant d’un trouble métabolique, le syndrome de Gilbert ne nécessite donc aucun suivi ni traitement particulier. «Si le taux de bilirubine reste très élevé pendant longtemps, on surveille néanmoins la formation de calculs dans la vésicule biliaire, mais ce sont des cas extrêmement rares», ajoute Jean-Louis Frossard. Certains patients témoignent d’une amélioration des symptômes après l’éviction d’aliments transformés, gras ou sucrés, la réduction du stress et plus globalement l’adoption d’une bonne hygiène de vie. Mais aucune donnée scientifique ne permet de confirmer ce ressenti. Il est à noter qu’une attention particulière doit être apportée en cas de prescription de certains médicaments qui pourraient voir leur effet ralenti par le dysfonctionnement enzymatique.

La bilirubine, c’est quoi?

Les globules rouges de notre sang ont une durée de vie de 120 jours. Lors de leur destruction au niveau de la rate, ils sont en partie transformés en bilirubine (dite «libre» ou «non conjuguée»), un pigment jaune qui sera transporté jusqu’au foie. Là, sous l’action de la glucuronosyl-transférase, une enzyme spécifique, la bilirubine devient «conjuguée», avant d’être excrétée par le foie via les voies biliaires vers le tube digestif où elle donne leur coloration aux selles.

Un taux anormalement élevé de bilirubine totale peut donc être le reflet d’un problème de destruction des globules rouges ou d’un mauvais fonctionnement du foie ou de la vésicule biliaire. Si la bilirubine conjuguée demeure basse, il peut s’agir d’un syndrome de Gilbert. Un bilan sanguin approfondi et des explorations à l’aide de l’imagerie médicale permettront de déceler les causes de ces dysfonctionnements (obstruction, maladie hépatique, etc.).

Un possible effet protecteur

Des travaux semblent montrer qu’une hyperbilirubinémie non conjuguée modérée dans le cadre du syndrome de Gilbert – sans autre trouble associé – pourrait avoir un rôle vasculaire protecteur3 et être associée à un risque moindre de certains cancers.4

Une corrélation qui nécessite encore des études scientifiques solides, mais qui pourrait nous en apprendre plus sur l’action de la bilirubine.

________

1 Owens D, Evans J. Population studies on Gilbert's syndrome. Journal of Medical Genetics 1975;12:152-156.

2 On parle ici d’une augmentation de la bilirubine totale, alors que la forme conjuguée demeure basse (lire encadré).

3 Vítek L, Jirsa M, Brodanová M, et al. Gilbert syndrome and ischemic heart disease: a protective effect of elevated bilirubin levels. Atherosclerosis 2002;160(2):449-56. doi: 10.1016/s0021-9150(01)00601-3.

4 Inoguchi T, Nohara Y, Nojiri C, et al. Association of serum bilirubin levels with risk of cancer development and total death. Sci Rep 2021;11:13224.

Paru dans Planète Santé magazine N° 45 – Juin 2022

A LIRE AUSSI

Environnement
savoir_enfant_vers

Comment savoir si mon enfant a des vers?

Rien que les imaginer fait grimacer. Pourtant, les vers intestinaux sont largement répandus dans la population....
Lire la suite
Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Mécanismes du corps

Stimuler le nerf vague pour lutter contre l’inflammation

Plus long nerf du corps, le nerf vague est au cœur de la communication entre le cerveau et nos organes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_zoom_sein

Zoom sur le sein

Symbole de la féminité, le sein possède la particularité d’être grandement influencé au cours de la vie par les hormones. Son fonctionnement est aussi fascinant que sa taille et ses formes sont diverses. Ces dernières ne jouent aucun rôle sur la santé ou la capacité d’allaiter.
BV_infographie_influx_nerveux

Le chemin de l’information visuelle dans le cerveau

Pour qu’une information perçue soit traitée par le cerveau, elle suit d’abord un long chemin à travers l’œil, puis le nerf optique, jusqu’au cortex visuel.
BV_zoom_iris

Zoom sur l’iris

En se contractant et en se dilatant, cette membrane colorée modifie la taille de la pupille en fonction de la luminosité.
Videos sur le meme sujet

Quand le caca va, tout va !

Rien de plus naturel et universel que le caca, mais il inspire le dégoût et le rejet bien au-delà des cultures.

Quand le caca va, tout va !

Rien de plus naturel et universel que le caca, mais il inspire le dégoût et le rejet bien au-delà des cultures.

Le corps humain est étrange

Il y a des choses à propos de nos corps qui sont parfois intrigantes et à propos desquelles on a souvent des questions.