Gros plan sur l’effet rebond à l'arrêt d'un traitement

Dernière mise à jour 17/05/18 | Audio
Loading the player ...
Etre encore plus malade à l'arrêt d'un médicament qu’en début de traitement, c’est une situation à laquelle ont été confrontés de nombreux patients.

Ce phénomène a un nom "l’effet rebond". Il a fait beaucoup parler de lui ces derniers mois avec le Prolia, un médicament destiné à soigner l’ostéoporose. 
Les explications d'Yves Roulet, pharmacien à la Pharmacie des hôpitaux du nord vaudois et de la Broye, et d'Olivier Lamy, médecin chef au Centre des maladies osseuses du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Un sujet préparé par Stéphane Délétroz.

Une émission CQFD - RTS La Première

Articles sur le meme sujet
mystere_cracs_articulaires

Le mystère des «cracs» articulaires

Les bruits articulaires sont une source de questionnements, voire d’anxiété. Peu d’investigations ont été réalisées sur ces manifestations fréquentes. Voici toutefois quelques pistes.
Sept éternelles questions sur la fièvre

Sept éternelles questions sur la fièvre

Frissons et sensations de chaleur, lequel d’entre nous n’a jamais connu les désagréments de la fièvre? Pourtant, elle continue d’inquiéter et de véhiculer de fausses vérités.
Puls_systeme_vestibulaire

Le système vestibulaire

Pour se repérer dans l’espace et percevoir les mouvements, les humains, comme tous les mammifères, se reposent sur une structure aux mécanismes complexes et encore mystérieux: le système vestibulaire. Avec ses trois canaux semi-circulaires et ses deux cavités, cet organe sensoriel assure le maintien de l’équilibre et stabilise le regard. Mal connus, les troubles vestibulaires bouleversent la vie quotidienne.
Videos sur le meme sujet

Le comment du pourquoi: l'éternuement

Pourquoi est-ce qu'on éternue?

La localisation des sons par l'oreille humaine

Comment nos oreilles repèrent-elles les sons qui viennent du bas, du haut, de la gauche ou encore de la droite?

Longue vie aux protéines: la frétillante dynéine

Sans les protéines, nous ne sommes rien.