Contre le mal de dos, osez bouger

Dernière mise à jour 30/11/20 | Article
P20-04_mal_dos_bouger
On estime qu’environ 8 personnes sur 10 souffriront de douleurs dorsales une ou plusieurs fois dans leur vie. Si les causes de ces lombalgies sont souvent mystérieuses, il existe des façons de les prévenir ou, du moins, de les soulager.

Bouger. Voici le maître-mot des campagnes de prévention du mal de dos. Mais lorsque la douleur est déjà présente, les choses ne sont pas si simples. «Il faut dédramatiser le mouvement, explique Jean-Paul Gallice, physiothérapeute au sein des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Les patients ont parfois une kinésiophobie, soit une peur que le mouvement n’aggrave leurs douleurs et entraîne des lésions organiques délétères.» Pourtant, il n’y a pas de risque de «casser» son dos. L’activité physique est bel et bien la première des recommandations. En renforçant les muscles et en entretenant la souplesse, elle permet en outre de sécréter des analgésiques naturels, comme les endorphines, qui agissent sur la douleur… même si celle-ci ne disparaîtra pas totalement. «Lors de la reprise d’une activité physique, on est un peu obligé d’entrer dans la douleur pour arriver à en repousser les limites, explique le spécialiste. Elle sera encore présente, mais on parviendra peu à peu à atteindre un meilleur niveau.»

Quant au sport à privilégier, les recommandations ont évolué. La natation n’est plus la seule activité conseillée. Tous les sports aident à prévenir ou à soulager les douleurs, l’essentiel étant d’y prendre du plaisir, facteur important de la thérapie. «Il ne faut pas se forcer et se fixer des objectifs raisonnables, ajoute Jean-Paul Gallice. Mieux vaut en faire peu, mais régulièrement.» Seuls les sports violents, avec des risques de chute ou très techniques – comme l’équitation par exemple – sont déconseillés aux débutant·es chez qui des douleurs sont déjà installées.

Un accompagnement personnalisé

Des exercices classiques de relaxation, d’étirements et de musculation viennent souvent compléter la prise en charge. Mais leur fréquence et leur intensité sont spécifiques à chacun·e. «En physiothérapie, on n’a pas de recette miracle qui s’applique à tout le monde, résume Jean-Paul Gallice. On recherche chez chaque patient la dysharmonie dans son schéma de mouvements – son rythme lombo-pelvien – afin de la retravailler.» Des exercices, parfois associés à une thérapie manuelle (massages, manipulations), permettent d’améliorer la coordination et la fluidité de mouvement entre les hanches, le bassin et le buste.

Certaines approches plus standardisées proposent de soulager les douleurs dorsales, avec des résultats plus ou moins significatifs selon les études, comme le Pilates, le yoga, la méthode McKenzie, la méthode Mézières… «Elles peuvent être très bénéfiques pour certaines personnes, mais ne pas correspondre à d’autres, tempère le physiothérapeute. L’important est de se reconnaître dans l’activité.»

Lien causal mystérieux

Postures statiques, charges lourdes, répétition des mouvements… l’environnement professionnel peut être un facteur aggravant. Mais le lien de cause à effet dans l’apparition d’une douleur dorsale reste mystérieux. «On ne sait pas trop pourquoi telle ou telle personne, à un moment donné, voit se déclencher une douleur, explique Jean-Paul Gallice. On sait en revanche que les lésions anatomiques parfois visibles à la radio n’ont pas de lien direct avec la douleur.» On peut en effet ressentir une sensation douloureuse sans présenter de lésions et vice versa. «Ce n’est pas le dos qui est abîmé. Il s’agit plutôt d’un "bug" momentané de la coordination neuromusculaire.»

Dans la plupart des cas, une bonne hygiène de vie permet de compenser ce dysfonctionnement et même de prévenir une récidive. «Les messages de prévention s’adressent en effet plus particulièrement aux personnes qui ont connu, ou vivent au quotidien, avec des douleurs chroniques.»

Quand la douleur persiste

Dans la grande majorité des cas, un mal de dos n’a aucune cause spécifique et disparaît spontanément en quelques semaines. Mais certaines douleurs dorsales – une infime minorité, que l’on surnomme «drapeaux rouges» – peuvent justifier une consultation médicale si elles évoquent une fracture, une infection ou encore une tumeur. Après examen clinique, le médecin pourra demander des examens complémentaires, comme une imagerie médicale ou une analyse biologique.

_____

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Environnement
savoir_enfant_vers

Comment savoir si mon enfant a des vers?

Rien que les imaginer fait grimacer. Pourtant, les vers intestinaux sont largement répandus dans la population....
Lire la suite
Mécanismes du corps

Stimuler le nerf vague pour lutter contre l’inflammation

Plus long nerf du corps, le nerf vague est au cœur de la communication entre le cerveau et nos organes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PMS_solastalgie_eco_anxiete

Quand les bouleversements climatiques impactent notre santé mentale

Hausse des températures, fonte des glaciers, intensification des sécheresses, élévation du niveau de la mer… le dernier rapport du GIEC* a de quoi miner le moral. Et c’est d’ailleurs ce qui arrive à bon nombre d’entre nous, concerné·e·s par ce que l’on surnomme désormais l’anxiété environnementale ou solastalgie, soit une réaction psychologique consécutive à la crise climatique.
Videos sur le meme sujet

Mal de dos : c'est dans le cerveau ?

Plus de 80% d’entre nous souffrent ou souffriront un jour d’un mal de dos.

Je vis en ville, est-ce mauvais pour mes poumons?

Poussières minuscules, les particules fines peuvent provoquer des problèmes pulmonaires et cardiaques. En vivant en ville, y sommes-nous plus exposés?
Maladies sur le meme sujet
Mal de dos

Lombalgies communes (aiguës, subaiguës, chroniques)

La lombalgie est une douleur dans le bas du dos, qui s'accompagne souvent d'une limitation de la mobilité. La douleur peut parfois descendre jusqu'aux pieds ou remonter vers la nuque.

Symptômes sur le meme sujet
mal de dos

Sciatique

J’ai mal au dos / j'ai une sciatique
J'ai mal à la nuque

Cervicalgies

J'ai mal à la nuque / j'ai des cervicalgies