Maltraitance infantile: «Nous sommes tous des auteurs potentiels de mauvais traitements»

Dernière mise à jour 26/09/16 | Article
Spécialiste de la prévention et la prise en charge de la maltraitance infantile à l'Hôpital du Valais depuis dix ans, le Dr Jean-Jacques Cheseaux insiste sur les efforts à entreprendre pour lutter contre un fléau qui touche un enfant sur cinq.

«Je ne connais pas de parent qui se lève le matin en se disant: aujourd’hui, je vais frapper mon enfant», explique le Dr Jean-Jacques Cheseaux, spécialiste de la prévention de la maltraitance infantile au Service de pédiatrie du Centre Hospitalier du Valais Romand, à Sion. «Les actes de maltraitance résultent toujours d’une incapacité à gérer le stress, cette fraction de seconde où la barrière est franchie. En fonction des aléas de notre vie, nous sommes tous des auteurs potentiels de mauvais traitements.» Une situation plus fréquente qu’il n’y paraît puisqu’on estime qu’un enfant sur cinq est victime de mauvais traitements, toutes formes confondues. Et au-delà des victimes, il s’agit aussi de prendre en charge les auteurs: «Un père qui maltraite sont enfant est un père qui souffre et si on ne s’occupe pas de lui après avoir soigné le petit patient, on n’a que peu de chances de voir la spirale de la maltraitance cesser un jour.»

Un fléau aussi pour la société

Pour le Dr Cheseaux, les effets de la maltraitance, physique ou psychologique, ne s’arrêtent pas à l’enfant et sa famille, mais concernent toute la société. «Un enfant qui assiste à des scènes de violences conjugales n’ira pas sereinement en classe, risque de rater sa scolarité, ne sera pas préparé à apprendre un métier, ne pourra que difficilement s’insérer dans la société et risque de reproduire à son tour la violence dont il a été le témoin durant son enfance... Toute la société va souffrir de ce phénomène et nous devons mettre toute notre énergie à combattre les mauvais traitements envers les enfants.»

Prévention et dépistage dès la grossesse

À l’Hôpital du Valais par exemple, cet effort est entrepris dès les premiers contacts en vue d’un accouchement par l’équipe pluridisciplinaire du «groupe périnatal». Il s’agit alors d’identifier assez tôt les fragilités des futurs parents, leurs besoins pour remédier à leurs souffrances et mettre en place un réseau capable d’offrir soutien et sécurité à l’enfant et sa famille. L’activité du «groupe périnatal» repose avant tout sur le travail des sages-femmes conseillères qui rencontrent les futures mères qui en éprouvent le besoin et qui leur sont adressées par les obstétriciens, parfois par les sages-femmes indépendantes ou par le personnel des SIPE. «Dans l’idéal, nous aimerions qu’une consultation prénatale puisse être offerte à toutes les femmes enceintes après les trois premiers mois de grossesse.» Cet entretien d’une heure avec une sage-femme conseillère permettrait d’aborder des sujets difficiles, sans jugement. «Ce serait un bon investissement de prévention précoce», insiste le Dr Cheseaux. Avec des effets bénéfiques à long terme pour les enfants, les parents. Et la société.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Petit pion blanc mis en échec par des pions noirs

Quand la maltraitance laisse une cicatrice sur l’ADN

La maltraitance dans l’enfance peut provoquer des troubles psychiatriques à l’âge adulte. La nouveauté, c’est la découverte d’une modification génétique qui prouve ce lien.
Mains féminines tirant la corde à des mains masculines

Médée ou l’enfant comme instrument de vengeance de la femme

Harcèlement violent d’une femme pour priver son ex-conjoint de ses enfants après une rupture. Cette vengeance de la femme est appelée syndrome de Médée par les psychiatres. Des interventions médicales et légales existent pour aider les victimes.
Obésité, et si une violence subie était en cause?

Obésité, et si une violence subie était en cause?

L’obésité n’est pas seulement le résultat d’une alimentation excessive et d’une trop grande sédentarité. Le trouble est bien plus complexe, comme en attestent de nombreuses études qui confirment les liens entre obésité et antécédents de violence physique ou sexuelle.
Videos sur le meme sujet

Maltraitance infantile et psychose… l'importance de l'âge

Il existe un risque augmenté de développer une psychose chez les enfants qui ont été maltraités physiquement ou sexuellement.

Victimes d'agressions : les experts au service des vivants

AU CHUV, les médecins légistes sont au service des victimes d'agression.

Violence conjugale: dans la tête du cogneur

Que se passe-t-il dans la tête d'une personne qui bat son conjoint?