Le stress au travail n’est pas cancérogène

Dernière mise à jour 18/02/13 | Article
Le stress au travail n’est pas cancérogène
Etre stressé dans son milieu professionnel n’est pas une bonne chose pour la santé. On ne saurait pour autant extrapoler. Une vaste étude finlandaise conclut que cette situation n’est pas associée à une augmentation du risque de souffrir d’un cancer.

Mesurer l’intensité du stress sur le lieu de travail. Puis tenter d’évaluer s’il y a un lien avec telle ou telle affection. Voilà bien un sujet capital en termes de santé publique. Nous savons tous ou presque que le stress au travail est responsable de nombreux effets néfastes sur la santé. Qu’en est-il du développement des lésions cancéreuses? Un vaste travail reprenant les travaux existants (une méta-analyse) conduite par l'Institut finlandais de la santé au travail et l'University College de Londres montre que cette association est très faible. Ses conclusions sont basées sur un échantillon global de plus 116.000 participants vivant dans six pays (Finlande, France, Pays-Bas, Suède, Danemark et Royaume-Uni). Elles sont publiées dans l’édition datée du 8 février du British Medical Journal. L’étude peut être consultée ici-même. Les auteurs écartent tout lien entre le stress au travail et le cancer colorectal ainsi que les cancers du poumon, du sein et de la prostate.

Seules quelques études avaient examiné l’association entre le stress au travail et le risque de cancer. Des études ont déjà suggéré de nombreux risques liés au stress comme certains troubles cardiaques à commencer par l’infarctus ou la baisse de fertilité chez les femmes ou enfin le risque de décès prématuré.

On sait s’autre par qu’environ 90% des cancers sont associés de diverses manières à des facteurs environnementaux comme les rayonnements UV ou la fumée du tabac. A l’inverse, une faible proportion ne le sont pas et on peut formuler l’hypothèse qu’ils peuvent être liés à des facteurs psychologiques comme le stress. Et ce d’autant que le stress peut provoquer une inflammation chronique qui peut jouer différents rôles différents dans le développement des lésions cancéreuses.

Les chercheurs du Consortium IPD-travail, dirigés par l'Institut finlandais de la santé au travail ont mené une méta-analyse sur 12 études portant au total sur 116.000 participants âgés de 17 à 70 ans. Le stress (ou « tension ») au travail (job strain) a été réparti en plusieurs catégories: tension élevée (exigences élevées et faible maîtrise), travail actif (forte demande et niveau élevé de contrôle), travail passif (faible demande et faible maîtrise) et tension faible (faible demande et niveau élevé de contrôle). Les données sur les cas de cancer ont été obtenues à partir des registres du cancer, des décès nationaux et d'hospitalisation.

Au final les résultats montrent que 5% des participants ont développé une forme de cancer dans les douze années qui ont suivi le début des observations. Pour autant, les chercheurs n'ont trouvé aucune preuve d'une association entre stress au travail et risque global de cancer. Ils suggèrent notamment que la plupart des associations qui ont pu être rapportées dans le cadre de précédentes études seraient liées en réalité à des facteurs spécifiques comme le travail de nuit ou par quarts. Un travail récent avait établi un lien entre travail de nuit et affections cardiaques. Un autre entre cancer du sein et travail de nuit.

Au vu de leurs investigations, les auteurs finlandais estiment pour leur part être en mesure de confirmer que le stress au travail est peu susceptible d'être un facteur important de risque d’affections cancéreuses.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
effet_paradoxal_stress

L’effet paradoxal du stress

Parfois bénéfique, parfois délétère, le stress conditionne nos capacités de mémorisation. Un équilibre fragile qui, une fois rompu, peut tout faire basculer.
antidépresseurs_mal_connus

Les effets des antidépresseurs sont encore mal connus

En Suisse, les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à prendre des antidépresseurs. Mais, prudence, ces produits ne sont pas la solution à toutes les formes de dépression.
ravages_stress_coeur

Les insidieux ravages du stress sur le cœur

Une nouvelle étude médicale publiée dans le réputé The Lancet montre que le stress doit désormais être également soupçonné dans la survenue des maladies cardiovasculaires, au même titre que les facteurs de risque classiques.
Videos sur le meme sujet

Le stress de la présidentielle américaine

La présidentielle américaine a été une source de stress pour de nombreux Américains.

La ville rend fou

Les villes se densifient tout autour du monde.

Le travail: est-ce vraiment la santé?

On travaille beaucoup en Suisse... en moyenne 1800 heures chaque année si l'on est employé à plein temps. Mais est-on heureux de travailler autant ? Le travail permet-il de se sentir bien et d'être en bonne santé ou au contraire est-il plutôt source de mal-être et de maladies ? Réponses dans l'émission l'Antidote.