Pour bien mémoriser, il faut donner la juste récompense

Dernière mise à jour 25/11/20 | Article
LMD_mémoriser_donner_récompense
Selon une étude de l’Université de Genève, trouver la bonne dose de récompense permet un fonctionnement optimal de la mémoire. Un savant équilibre qui pourrait être bénéfique pour de nombreux types d’apprentissages.

Ni trop, ni pas assez. C’est, en résumé, le mi-cuit tout helvétique de récompense qu’il faut nous faire miroiter pour rendre notre mémoire efficace. Les scientifiques avaient depuis longtemps compris une intuition que tout le monde peut vérifier: si on donne ou promet une récompense sous forme d’argent à une personne pour qu’elle retienne une information explicite (lire encadré), la mémorisation se fait mieux. Ce que des chercheurs de l’Université de Genève ont maintenant découvert, c’est que récompenser trop souvent est contre-productif pour la mémoire.

Mémoire explicite et automatique

Se souvenir d’une association: voilà la définition basique de la mémoire. «La mémoire explicite, c’est être capable de se rappeler qu’une chose va avec une autre, explique Sophie Schwartz, neuroscientifique à l’Université de Genève. Comme avec les mots pour les langues. On encode et on se souvient que telle suite de lettres dans une langue étrangère correspond à un autre mot dans une autre langue.» La particularité de ce type de mémoire est qu’on peut accéder à cette connaissance, et par exemple la communiquer à autrui. La plupart du temps, cela correspond à ce que les gens comprennent sous le terme de mémoire. On enregistre et on se souvient d’épisodes de vie, du nom des gens ou alors on imagine des plans pour le futur.

Il faut différencier ce type d’apprentissage, qui est celui étudié dans la recherche genevoise, des formes de mémoire automatique, ou procédurale, qui consiste, par exemple, à apprendre à faire du vélo ou du ski. Dans la mémoire procédurale, la personne est incapable de savoir comment elle arrive à effectuer la tâche en question. «Lorsque nous n’avons plus skié depuis des années, illustre encore Sophie Schwartz, nous sommes souvent très étonnés de réaliser que nous skions toujours très élégamment. Cet étonnement vient du fait que nous ne savons pas exactement ni comment nous avons appris la séquence des mouvements précis, ni si nous l’avons retenue, au contraire d’autres formes d’apprentissages que nous pouvons expliciter et pour lesquelles nous apprécions bien mieux si nous nous en souvenons bien ou pas.»

Augmentation de la dopamine

En cause, la dopamine, l’hormone du plaisir. «Lorsqu’on donne une récompense, cela entraîne une augmentation de la dopamine dans le cerveau, en particulier l’aire tegmentale ventrale (voir infographie). Celle-ci se trouve au cœur de notre système de récompense», explique Sophie Schwartz, professeure au Département des neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine de l’UNIGE, qui a dirigé les travaux de cette étude. Parallèlement, si cette récompense est associée à la nécessité de retenir une association, l’hippocampe, une zone centrale de la mémoire qui encode et stocke les souvenirs, va également se mettre en activité. Pour une mémorisation efficace, c’est le dialogue neuronal entre l’hippocampe, d’une part, et le circuit de la récompense, d’autre part, qui est important. Plus celui-ci est de qualité, mieux une personne enregistre les associations qui sont à la base du processus de mémoire. Là se trouve la subtilité des résultats de l’étude genevoise. Pour que ce dialogue soit le plus performant possible et que la motivation pour retenir une information soit maintenue, il faut que le régime, autrement dit la temporalité avec laquelle une récompense va être donnée, ne soit ni trop faible ni trop élevé. Si on donne une récompense de manière trop répétée, le cerveau se rend compte qu’il n’en tire pas plus de bénéfice. A l’inverse, si la récompense n’est obtenue que trop rarement, la motivation diminue rapidement aussi, ce qui influence notre capacité à encoder les informations. «Imaginons une cueillette de baies en forêt, illustre Sophie Schwartz. S’il y en a partout, inutile de se souvenir où en trouver. S’il n’y en a que très peu, l’effort à fournir pour retenir leur localisation et ensuite aller les ramasser est trop grand par rapport au gain possible – quelques baies qui ne nous nourriront pas. En revanche, si les baies sont réparties en groupes dans la forêt, se souvenir de leur emplacement exact permettra d’en ramasser plus en peu de temps.»

Pas seulement l’argent

Pour arriver à démontrer l’importance de la dose de récompense dans l’encodage des souvenirs, les chercheurs genevois ont demandé à une trentaine de sujets de se souvenir d’associations entre des figurines qui leur étaient présentées sur un écran et une série d’objets. Une bonne réponse était associée à des points gagnés et chaque mauvaise réponse à des points perdus. Les points étaient ensuite convertis en argent. Vingt minutes plus tard, les sujets devaient à nouveau se souvenir des mêmes associations pour engranger des points supplémentaires. «Nous avons utilisé l’argent comme récompense, commente la neuroscientifique genevoise. Mais cela marche aussi avec de la nourriture ou des images érotiques.» La récompense est en fait un mode de survie essentiel qui est associé à nos besoins fondamentaux: le sexe pour la reproduction, la nourriture mais aussi l’habitat et la protection. Toute forme de récompense secondaire, comme l’argent, qui peut renforcer ces besoins primaires, va fonctionner. «Peu importe le type de récompense, s’amuse Sophie Schwartz. Le mécanisme est essentiellement le même. La motivation intrinsèque, celle qui nous pousse à avoir envie de relever et réussir des défis, ou le besoin de reconnaissance sociale par nos pairs marchent aussi.» Il en va de même pour le pendant de la récompense: la punition, qui est une forme de récompense inversée. S’en souvenir est important car cela équivaut à une menace. Les émotions négatives liées à ce souvenir nous rappellent le danger et font que nous encodons mieux le souvenir.

Une balance individuelle

Mais comment atteindre le niveau optimal de récompense pour apprendre le mieux possible? «Le point d’équilibre est plus ou moins le même pour tous, même s’il y a bien entendu des différences interindividuelles, répond Sophie Schwartz. Il y a des gens qui vont être plus sensibles à la récompense et d’autres à la punition. C’est comme une balance. Ce qui est aussi intrigant, c’est que cela semble être lié à des traits de personnalité, hérités génétiquement ou acquis dans l’enfance, qui persistent dans le temps. Ils peuvent changer en fonction des expériences de vie ou lors de psychothérapies, mais il y a une forme de constance.» Concrètement, pour mesurer son niveau personnel de récompense, il existe des échelles (lire encadré). Une fois trouvé, cet équilibre entre récompense et punition permet de bien hiérarchiser les souvenirs et de les faire perdurer. Même si, dans l’expérience genevoise, le temps de pause était de 20 minutes seulement, le mécanisme est identique pour un apprentissage plus long. «Notre cerveau doit détecter, pour des questions de survie, des contextes où il n’a pas besoin de faire plus d’efforts que nécessaire, détaille encore Sophie Schwartz. C’est une question d’économie d’énergie. Lorsque la récompense est trop forte, continuer à apprendre n’est plus si important. Si je n’ai jamais de récompense, c’est trop d’énergie pour ma survie, il faut changer de stratégie.»

Des découvertes qui, outre faire rêver étudiants et parents, devraient être intégrées dans les stratégies d’enseignement. Il ne faudrait ainsi pas féliciter continuellement un élève très bon, mais seulement lorsqu’il réussit une tâche très difficile. A l’inverse, il faut récompenser un élève qui a plus de difficulté pour qu’il garde une motivation à apprendre. «L’important est d’adapter le niveau et surtout la fréquence des évaluations positives, conclut Sophie Schwartz. Il s’agit de bien répartir dans le temps les récompenses, qui ne doivent pas être obligatoirement des notes. C’est souvent quand les évaluations ne sont pas suffisamment régulières, comme à l’Université, que les échecs augmentent, surtout pour les étudiants qui ont une relativement faible motivation intrinsèque.»

Questionnaire de sensibilité à la punition et à la récompense

Des chercheurs ont développé un questionnaire pour évaluer la sensibilité d’une personne à la récompense ou à la punition, qui sont les deux versants d’une même pièce. Nous en donnons quelques éléments. Cet extrait donne juste une tendance et ne doit être en aucun cas pris pour argent comptant. Le test complet doit être réalisé avec un spécialiste.

Si votre réponse est Non encerclez le chiffre 1, si c'est Plutôt non encerclez le chiffre 2, si c'est Plutôt oui encerclez le chiffre 3, et si c'est Oui encerclez le chiffre 4. Il n'y a pas de réponses justes ou fausses.

     

1. Est-ce que la perspective d'obtenir de l'argent vous motive fortement à faire certaines choses?     1 2 3 4   

2. Est-ce que vous préférez ne pas demander quelque chose quand vous n'êtes pas sûr de l'obtenir?     1 2 3 4

3. Avez-vous souvent peur des situations nouvelles ou inattendues?     1 2 3 4

4. Trouvez-vous difficile de téléphoner à quelqu'un que vous ne connaissez pas?     1 2 3 4

5. Est-ce que vous faites souvent des choses pour recevoir des compliments?     1 2 3 4

6. Est-ce que vous aimez être le centre d'attention lors d'une fête ou d'un autre événement?     1 2 3 4

7. Pour les tâches pour lesquelles vous n'êtes pas préparé(e), est-ce que vous attachez une grande importance à la possibilité d'échouer?     1 2 3 4

8. Est-ce que vous consacrez beaucoup de votre temps à acquérir une bonne image?     1 2 3 4

9. Êtes-vous facilement découragé(e) face aux situations difficiles?     1 2 3 4

10. Quand vous êtes en groupe, est-ce que vous essayez de dire les choses les plus intelligentes et/ou les plus drôles?     1 2 3 4

    

Sensibilité à la récompense: faites la somme des chiffres encerclés pour les questions : 1, 5, 6, 8, 10

Sensibilité à la punition: faites la somme des chiffres encerclés pour les questions : 2, 3, 4, 7, 9

Dans ce questionnaire raccourci, les scores maximums sont 20 et les scores minimums 5. Plus votre score est élevé, plus forte est la tendance.

Lien vers le questionnaire complet: http://www.uclep.be/wp-content/uploads/pdf/SPSRQ-French.pdf

___________

Paru dans Le Matin Dimanche le 20/09/2020.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Mécanismes du cerveau
La maladie de Charcot est une difficile lutte contre la mort

La maladie de Charcot est une difficile lutte contre la mort

La sclérose latérale amyotrophique fait partie des maladies orphelines qui frappent l’opinion publique...
Lire la suite
Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
liberer_mauvais_souvenirs

Se libérer des mauvais souvenirs

Parfois, un épisode douloureux vécu dans le passé empêche d’apprécier pleinement le présent. Pour éviter de ruminer ou de déprimer… il faut agir!
memoire_nous_fascine

Cette mémoire qui nous fascine

Se souvenir du passé aide à mieux vivre le présent. Mais notre équilibre, explique le psychiatre Eric Bonvin, dépend aussi de notre capacité à oublier.
trous_memoire_inquieter

Trous de mémoire, quand s’inquiéter?

Avec l’âge, la mémoire se fragilise et peut nous jouer des tours. Mais comment savoir si nos oublis sont bénins ou s’ils doivent être pris au sérieux? Éléments de réponse.
Videos sur le meme sujet

Une juste récompense pour une bonne mémoire

Notre cerveau aime les récompenses et en recevoir l'aide à retenir des informations.

Le sport, c'est bon pour la mémoire

Une séance intensive de vélo de seulement quinze minutes améliore la mémoire.

Du nouveau sur la mémoire à long terme

Silvio Dolzan s'intéresse à la mémoire à long terme.