Le cerveau fabrique tous les médicaments

Dernière mise à jour 11/07/12 | Article
Rouages formant un cerveau
Un médicament prescrit par un médecin optimiste et convaincant est plus efficace. C’est la magie de l’effet placebo.

Effet placebo ou nocebo? Le Pr Patrick Lemoine, psychiatre, docteur en neurosciences, auteur de nombreux ouvrages sur les troubles du sommeil et de l’anxiété, dévoile le pouvoir du mental sur la santé.

Une définition du placebo/nocebo?

Un placebo est une substance inerte – sucre, lactose, etc. – donnée dans un contexte thérapeutique. L’effet placebo, c’est l’écart mesuré entre l’effet prévisible et le résultat constaté. Il est dit placebo quand il est bénéfique, nocebo lorsqu’il est néfaste.

Quel est son rôle dans la médecine d’aujourd’hui?

Beaucoup plus important qu’on ne le pense, à la fois pour les médicaments et les médecins. Environ 40% des remèdes distribués n’ont pas prouvé leur efficacité. Par ailleurs, des études ont montré que l’attitude du thérapeute est déterminante. Lorsqu’un soignant prescrit un traitement dans un domaine qu’il aime et auquel il croit, il aura un effet placebo-inducteur. Dans un domaine qu’il n’aime pas, il sera nocebo-inducteur.

La conviction du médecin est donc aussi importante que la croyance du patient?

Oui. Je raconte souvent l’histoire du Dr Stewart Wolf, un médecin américain réputé. Dans les années 60, il découvre l’existence d’un médicament non commercialisé contre l’asthme. Il commande un échantillon et le prescrit à un patient gravement atteint. Les effets sont immédiats. Ce dernier ne fait plus de crises pour la première fois depuis dix-sept ans. Etonné, le Dr Wolf réclame à la firme un placebo. Deux jours après l’avoir avalé, le patient rechute. Cinq allers-retours entre placebo et médicament donnent tous un résultat favorable au vrai comprimé. Le médecin, enthousiaste, fait part de ses observations au laboratoire, qui répond: «Depuis le début, nous ne vous avons fourni que des placebos.»

Comment est-ce possible?

En réalité, le cerveau est capable en permanence de synthétiser tous les médicaments nécessaires pour guérir à peu près n’importe quelle maladie, ce qui nous permet de ne pas être tout le temps malades. Entre autres circonstances, ce mécanisme auto-thérapeutique se déclenche dans le cadre d’une relation de confiance entre un médecin convaincu de ce qu’il propose et un patient qui a de fortes attentes. Quand le Dr Wolf prescrit le placebo, le patient décrypte les signes non verbaux d’une absence de conviction.

Le placebo a-t-il un effet sur tout le monde?

Absolument. Y compris d’ailleurs les nourrissons et les animaux. Ce n’est pas lié au quotient intellectuel du patient, ni à une forme de névrose. Au contraire, ça fonctionne mieux avec des sujets parfaitement sains d’esprit.

Et le nocebo alors?

Les mécanismes sont les mêmes, sauf que l’effet est inversé. Pour des raisons qu’on ignore, au lieu d’avoir une action bénéfique, les substances produites par le corps ont des conséquences néfastes. Mais là encore, le phénomène est fortement corrélé à l’attitude du soignant. On observe des effets nocebo quand les rapports avec le patient sont mauvais, si le médecin n’a pas d’attente ou qu’il ne croit pas au médicament prescrit.

Quelle est la plus grande découverte en médecine?

La vaccination et j’espère bien qu’un jour (je suis sérieux) il y aura des vaccins contre la schizophrénie, l’autisme, le trouble bipolaire...

 

Bio +

Pr Patrick Lemoine

«40% des médicaments n’ont pas prouvé leur efficacité», selon le Pr Patrick Lemoine.

Né en 1950 à Thonon-les-Bains, Patrick Lemoine est docteur en médecine, psychiatre et titulaire d’une spécialisation en neurosciences. Il a été research fellow à Stanford et chercheur associé à Montréal. Il est aujourd’hui coordinateur médical international du groupe de cliniques psychiatriques Clinéa-Orpéa. Outre Le mystère du placebo (1996), il a publié récemment: Dites-nous, Patrick Lemoine, à quoi sert vraiment un psy? (2010), Le mystère du nocebo (2011) et La Fontaine, les animaux et nous (2011).

(Photo: © JULIEN GREGORIO / PHOVEA)

 

Pulsations - juillet-août 2012

Article original: http://bookapp.fr/api/hug/viewer/viewer.php?mag=HUGE_127#9

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
rire_bon_sante

Rire est vraiment bon pour notre santé

Nous rions en moyenne une vingtaine de fois par jour, et c’est tant mieux. Réduction du stress, activation des muscles, renforcement du lien social: les bienfaits du rire sont nombreux.
musique_modifie_cerveau

La musique modifie notre cerveau

Jouer d’un instrument est une activité très complète, qui a des effets bénéfiques sur le plan intellectuel et cérébral. A force de s’entraîner, les musiciens assidus auraient même un cerveau différent de la moyenne.
Videos sur le meme sujet

Des neurones qui réécrivent les souvenirs traumatiques

Des neuroscientifiques de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont localisé les cellules permettant de reprogrammer des souvenirs d’expériences traumatiques en souvenirs de sécurité.

Dans la tête... d'un rebelle

La plupart des gens sont convaincus d’être un peu rebelle, juste quand il le faut.

Rencontre avec Bogdan Draganski, un spécialiste de l'imagerie cérébrale

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.