Les illusions d’optique: comment ça marche?

Dernière mise à jour 31/05/24 | Article
BV13_illusions_optique
Lorsqu’il existe une différence notable entre la réalité d’un objet et la perception que l’on en a, on parle d’illusion d’optique. Elle est la plupart du temps liée à une interprétation biaisée des images reçues par le cerveau.

Le saviez-vous?

Les illusions d’optique ne servent pas qu’à faire le buzz sur les réseaux: elles sont aussi utiles à la recherche. Puisqu’elles ont démontré qu’il n’était pas obli­gatoire de voir un objet dans son entier pour le distinguer, elles pourraient permettre d’identifier les informations essentielles à une bonne vision. Et pourquoi pas, à l’avenir, aider les personnes avec une déficience visuelle à mieux voir, avec moins d’informations à disposition.

Il existe trois types d’illusions d’optique

Celles qui sont…

1) … liées à la physique

Un exemple: lorsque l’on dépose, en biais, un stylo dans un verre d’eau, le stylo nous apparaît comme cassé en deux. Dans ce cas, c’est le phénomène de réfraction qui est responsable de l’illusion d’optique. La lumière est ralentie au moment de traverser l’eau, ce qui provoque un fléchissement des rayons lumineux et donc l’impression que la partie immergée du stylo s’est décalée. 

2) … liées à une interprétation du cerveau

Un exemple: le motif de Kanizsa. Pour ce triangle imaginaire, le cerveau «voit» un triangle blanc même s’il n’est pas représen­té. Avec ce type d’illusions, le plus fréquent, le cerveau reçoit une image qu’il va simpli­fier au maximum et interpréter pour la comprendre. Au risque de se tromper !

3) … liées à la physiologie de l’œil (et plus particulièrement de la rétine)

Un exemple: lorsqu’une image persiste alors que l’objet regardé n’a fait que passer. Il peut s’agir d’une image d’une forte intensité, par exemple émise par un projecteur, qui semble «rester» sur la rétine. Ces phénomènes restent mal compris.

Rien de grave!

Les illusions d’optique ne sont pas liées à une pathologie de l’œil. Les couleurs, la lumière ou encore la perspective peuvent perturber le travail du cerveau. Lors du traitement de l’information, l’expérience occupe une place très importante. En effet, pour comprendre une image, le cerveau va comparer la forme à analyser à d’autres déjà rencontrées.

Une grille comme référence

En matière d’illusion d’optique, la grille d’Hermann, composée de carreaux gris et de traits blancs, est devenue un classique. Des taches semblent visibles à chaque intersec­tion alors qu’il n’y en a pas. Connue depuis plus d’un siècle, cette grille serait créée par une activité physio­logique de la rétine, qui augmente le contraste entre les zones claires et les zones sombres. Certains scientifiques ont récemment suggéré que le responsable de cette illusion d’optique serait en fait… le cerveau.

______

Article repris du site  BienVu!

Articles sur le meme sujet
PS52_andrea_serino

«Une grande opportunité de faire évoluer la neuroréhabilitation»

Inauguré en novembre dernier à Lavigny par le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), l’Université de Lausanne (UNIL) et l’Institution de Lavigny* elle-même, le NeuroRehab Research Center (NeuroRehab) laisse augurer d’une nouvelle ère dans le domaine de la neuroréhabilitation, en particulier pour les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC) ou un traumatisme crânien sévère. Rencontre avec son directeur, le Pr Andrea Serino.
Videos sur le meme sujet

Les différents sens gérés par le cerveau

La "Semaine du Cerveau", qui s'ouvre aujourd'hui en Suisse, met en lumière notre organe le plus complexe avec une série de conférences et d'ateliers dédiés à la perception sensorielle.