LED: prudence avec les écrans

Dernière mise à jour 01/09/15 | Article
LED: prudence avec les écrans
Un mauvais usage des LED bleues font courir des risques, surtout aux petits. Mais les fabricants ne sont pas tenus de les indiquer.

Saviez-vous que certaines LED (lampes à diodes électroluminescentes) peuvent endommager la rétine, en particulier celle des enfants jusqu’à l’âge de 8-10 ans? En effet, le cristallin de leurs yeux n’absorbe pas les rayonnements de courtes longueurs d’onde.

Or, dès 2016, ce seront les seules lampes encore autorisées, avec les fluocompactes et certains halogènes. Selon l’industrie, les LED occuperont 90% du marché d’ici à 2020. Et elles éclairent déjà notre quotidien: lieux publics (rues, hôpitaux, supermarchés, écoles), phares de nos voitures (donc à hauteur des bébés en poussette et des petits enfants) et maisons (luminaires mais aussi éclairage d’appareils électriques et d’écrans TV, PC, smartphones, etc.).

Vieillissement de l’œil

Ce sont les LED bleues (à lumière blanche froide) qui sont en cause. «Ces diodes émettent une plus forte proportion de lumière bleue que la lumière naturelle, pouvant conduire à une réaction chimique nocive pour la rétine», explique la doctoresse Francine Behar-Cohen, directrice médicale de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, à Lausanne. Ce phénomène nocif, leblue light hazard, connu et décrit dans de nombreuses études, peut entraîner un vieillissement prématuré de l’œil, favorisant la dégénérescence maculaire (DMLA) ou pouvant l’aggraver. Cela suite à une exposition de niveau faible et répétée à cette lumière bleue, ou lors d’une exposition ponctuelle et intense. D’autres personnes que les enfants courent également un risque, notamment les professionnels exposés à de fortes intensités de lumière (électriciens, éclairagistes, gens du spectacle, chirurgiens, etc.).

En 2010, une étude de l’Anses (Agence nationale française de sécurité sanitaire), dirigée par Francine Behar-Cohen, révélait les risques sanitaires des LED au grand public. Fort heureusement, les experts ont constaté qu’une majorité des neuf produits testés était sans risque ou à risque faible, mais trois présentaient un risque modéré (2 sur une échelle de 0 à 3). Cela lors d’une durée limite d’exposition d’au mieux quelques dizaines de secondes. Un résultat inquiétant, quand on sait que les éclairages traditionnels à usage domestique ne doivent pas dépasser le groupe de risque 1.

Dès lors, l’Anses avait notamment recommandé l’obligation d’indiquer la classe de risque sur l’emballage ou d’éviter d’installer ces lampes dans les lieux fréquentés par les enfants (maternités, crèches) ou dans les jouets. En Suisse, la conseillère nationale Verte Yvonne Gilli (SG) a déposé en avril 2013 une interpellation à ce sujet. Sa demande a été balayée par le Conseil fédéral, arguant que ce risque n’était pas connu «de manière précise».

Mesures de prévention

Pour l’heure, le consommateur ne peut donc que se protéger en évitant, si possible, l’emploi des LED à lumière blanche et en préférant celles à lumière chaude. Et, bien sûr, en ne regardant jamais directement une diode non protégée (par un verre, un abat-jour) et en s’en éloignant le plus possible. Mieux vaut ainsi les éviter comme lampe de chevet ou veilleuse. Tout comme l’usage excessif de la tablette ou de l’ordinateur à l’heure du coucher. Car d’autres études récentes relèvent que les écrans équipés de LED bleues perturberaient aussi le cycle du sommeil.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Emotions
Supp_La Côte_hypersensibilité

Hypersensibilité: quand les émotions nous submergent

On les décrit comme des éponges émotionnelles, des personnes qui ressentent tout intensément, et souvent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
MV_syndrome_nid_vide

Syndrome du nid vide: comment le prévenir et le soigner

Plus de 35% des mères ressentent un sentiment d’inutilité après le départ de la maison de leurs enfants. Mais les pères souffrent aussi de ce qu’on appelle le «syndrome du nid vide».
PS40_instinct_parental_neurones

L'instinct parental, une histoire de neurones

Lauréate du Breakthrough Prize 2021, la neurobiologiste Catherine Dulac a mis au jour les réseaux neuronaux qui contrôlent l’instinct parental chez la souris. Une organisation du cerveau présente à la fois chez les mâles et les femelles.
Illustré_retour_jeunes_nid

Famille: le retour inattendu des jeunes dans le nid

Privés de cours en présentiel, de nombreux étudiants des grandes écoles reviennent vivre chez leurs parents. Pour le meilleur ou pour le pire? Interview de la Dre Katharina Auberjonois, responsable de la Consultation psychothérapeutique pour familles et couples aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Le point sur le syndrome du bébé secoué

Anne Baecher fait le point sur les dernières connaissances relatives au syndrome du bébé secoué.

Bébés secoués: un drame sans fin

Le syndrome du bébé secoué fait des dizaines de victimes chaque année en Suisse. Ce n’est pourtant que la pointe de l’iceberg. D’autres passent inaperçus mais développent plus tard des troubles de l’apprentissage et du comportement.

Les conséquences de la maltraitance faite aux enfants

A l’occasion de la présentation du film "Non, ce n’est pas moi…, Bastien Confino se penche sur la maltraitance faite aux enfants.
Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions